Sommet de l’eau : Premier ministre, « Le Cambodge doit protéger ses abondants ressources en eau »

3e Sommet de l’Eau à Budapest

Lors du Sommet de l’eau à Budapest, le Premier ministre Hun Sen a réaffirmé l’engagement du Cambodge à mettre en œuvre des mesures en faveur de la protection de cette ressource.

Le Premier ministre Hun Sen lors du 3e Sommet de l'eau à Budapest
Le Premier ministre Hun Sen lors du 3e Sommet de l’eau à Budapest

Le chef du gouvernement royal a rappelé, lors de son discours, que le Cambodge disposait d’abondantes ressources en eau douce provenant du Mékong et du lac Tonle Sap, et que le royaume s’est engagé à les protéger.

« Le Cambodge doit protéger cette ressource, l’eau est ” l’or blanc “, et un élément stratégique du développement économique durable », a-t-il déclaré.

Il a aussi indiqué que le Cambodge poursuit une collaboration continue avec les organisations internationales, telles que la Commission du fleuve Mékong, l’organisation de la sous-région du Grand Mékong et le Programme des Nations Unies pour le développement.

Abondance et nécessité

« Le Cambodge dispose de ressources abondantes en eau douce, provenant du Mékong, du Tonlé Sap et de ses affluents ainsi que d’autres bassins fluviaux, et potentiellement de l’eau souterraine », a ajouté S.E. Hun Sen.

D’après lui, « l’eau est un soutien indispensable pour les moyens de subsistance des citoyens, l’agriculture, la pêche, la biodiversité, la navigation, l’hydroélectricité, l’écotourisme, la culture, l’éducation. Une ressource indispensable, non seulement dans le passé, mais aussi au présent et pour l’avenir. »

La disponibilité en eau dépend généralement des conditions géographiques et climatiques variant selon les saisons et les années. « En même temps, la gestion des réservoirs locaux, la construction d’infrastructures hydrauliques, et une gestion efficace de l’eau sont essentielles ».

Prévention

Le Premier ministre a également profité du Sommet pour partager sa vision sur la gestion de l’eau. « Je voudrais informer le Sommet que le Cambodge est fermement engagé dans la protection et la prévention des pénuries à travers la mise en œuvre de plans et d’actions stratégiques », a-t-il déclaré.

Pour lui, cet engagement consiste à :

  1. Renforcer l’application effective des lois, des lignes politiques et du plan directeur sur la gestion des ressources en eau.
  2. Renforcer les mécanismes de gestion des ressources en eau le long des fleuves, des cours d’eau et des bassins aux niveaux national et sous-national. Cela est possible en élaborant et en mettant en œuvre des plans de gestion des ressources en eau ; en gérant les ressources en eau de manière équilibrée et équitable ; en élaborant une carte des inondations et des eaux souterraines, en construisant des réservoirs, des barrages et des systèmes d’évacuation des eaux.
  3. Créer un centre de gestion des ressources humaines et des données pour collecter des données sur l’eau et le climat aux fins d’analyse et de statistiques.
  4. Promouvoir et encourager le secteur privé à s’engager dans le développement des ressources en eau, à augmenter le budget national et à mobiliser les aides des institutions financières internationales et des pays partenaires afin de garantir un approvisionnement en eau efficace et durable.

Défis

« Le Cambodge attache une grande importance à la gestion de l’eau. Mais, le pays doit faire face à plusieurs défis, notamment la croissance démographique, le développement rapide et la demande croissante en matière d’eau, d’énergie et de sécurité alimentaire », a affirmé le Premier ministre, ajoutant : « Le changement climatique menace le système de gestion des ressources en eau en termes de durabilité. A cet égard, le gouvernement royal du Cambodge renforcera la coopération aux niveaux régional et international, pour nos intérêts communs, aujourd’hui et demain.

Avec AKP Phnom Penh, octobre 2019 —

Haut de page