Agriculture : Consolider le dialogue entre le secteur privé le gouvernement royal

S.E. Veng Sakhon (1), ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, a rencontré ce mardi le président d’EuroCham, M. Arnaud Darc.

L’entretien avait pour objet d’examiner les questions soulevées par le Comité de l’agroalimentaire de la Chambre de Commerce Européenne au Cambodge dans sa troisième édition du  « Livre blanc » .

le président d’Eurocham, M. Arnaud Darc, et S.E. Veng Sakhon, ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche

Le comité agroalimentaire d’EuroCham a été créé en 2018, à la suite du vif intérêt manifesté par ses membres des secteurs de l’agriculture et de la transformation des aliments.

Plate-forme de dialogue

« A l’image des autres comités sectoriels, le Comité de l’industrie agroalimentaire fournit aux membres une plate-forme stratégique pour débattre et identifier les problèmes affectant leurs activités. Il s’agit aussi, et surtout, de proposer des solutions constructives et réalistes au gouvernement royal du Cambodge. La collaboration facilitée par cette plate-forme a façonné notre nouveau chapitre agroalimentaire, et appuie les efforts d’EuroCham dans sa promotion du dialogue public-privé. Il s’agit aussi, pour le Comité, de partager les meilleures pratiques internationales dans un large éventail de secteurs », a déclaré M. Darc dans une publication Facebook.

« Au cours de notre rencontre, le ministre s’est félicité du renforcement de la coopération avec le secteur privé afin d’améliorer la compétitivité du secteur agricole. Pour rappel, le Comité avait organisé son premier événement sur ce secteur, en février 2019, en invitant le ministre à présider un déjeuner au cours duquel celui-ci avait partagé sa vision et ses projets pour le secteur», a poursuivi le président d’Eurocham.

« Le succès de cet événement a démontré l’empressement du secteur à un engagement plus étroit avec le gouvernement royal du Cambodge. EuroCham s’efforcera de le faciliter. »

Efficacité

Selon EuroCham, la nécessité d’un échange formel efficace pour les agro-industries a été confirmée en mai 2018, avec l’interdiction inattendue de l’importation de produits phytopharmaceutiques à la suite d’un grave incident de contamination de l’eau.

Avec l’aide du Comité, EuroCham a pu mieux sensibiliser à propos de l’impact négatif d’une telle interdiction sur le secteur agricole. À la suite d’une enquête concernant cette contamination, le ministère a été en mesure de lever l’interdiction et s’est engagé à renforcer les efforts avec les autorités compétentes pour lutter contre l’importation de produits contrefaits.

Questions prioritaires

Substances interdites

Pour ce chapitre inaugural, les membres du comité ont identifié cinq priorités pour lesquelles ils ont proposé des recommandations pratiques. La première d’entre elles vise à mettre en évidence les limitations de la loi sur la santé et la production animales adoptée en 2016. En effet, cette loi interdit explicitement l’utilisation de substances nocives pour l’homme et les animaux, mais les substances spécifiques n’ont pas encore été définies. Cela reste donc sujet à interprétation. Par conséquent, l’utilisation de substances dangereuses dans la production alimentaire, en particulier les béta-agonistes (2), s’est généralisée.

Intrants agricoles importés illégalement

La deuxième recommandation concerne la disponibilité d’intrants agricoles importés illégalement.

Les distributeurs légitimes d’intrants agricoles doivent se conformer à des exigences strictes avant d’être autorisés à vendre aux clients.

Agriculteur de Siem Reap. Photo AKP
Agriculteur de Siem Reap. Photo AKP

Cela comprend l’obtention de licences de commerce, d’entreposage et d’importation de leurs produits, chacun entraînant des coûts non négligeables. Alors que les distributeurs illégaux, eux, contournent totalement ce processus de conformité. Ces derniers peuvent vendre des produits potentiellement dangereux, non adaptés au marché cambodgien, à des prix très inférieurs à ceux que peuvent offrir les concurrents opérant légalement. Cela nuit considérablement à la rentabilité et à l’attractivité du secteur.

Conditions de travail

Le secteur agricole est un employeur majeur et un moteur de l’économie cambodgienne. Il est soumis à de fortes exigences en matière de main-d’œuvre, et à des avantages stipulés par la loi sur le travail. Les autres secteurs n’ont pas la nécessité de suivre ces exigences.

Ouvriers agricoles. Photographie AKP
Ouvriers agricoles. Photographie AKP

La recommandation d’EuroCham a pour objet de souligner que ces conditions supplémentaires doivent être prises en compte par le gouvernement royal du Cambodge, qui s’efforce de mettre en œuvre de nouvelles réformes du marché du travail, telles que l’adoption d’un salaire minimum standard. « Conscients que de telles réformes du travail sont certainement les bienvenues, nous estimons qu’il faut trouver un équilibre prenant en compte l’aide apportée par ces avantages supplémentaires », indique M. Darc.

Diversifier la production rizicole

La compétitivité des exportations de produits agricoles du Cambodge fait l’objet d’une attention croissante suite à la décision de la Commission européenne (CE) de mettre en œuvre des mesures de sauvegarde des exportations de riz cambodgien vers l’Union européenne.

Champ de riz. Photographie Christophe Gargiulo
Champ de riz. Photographie Christophe Gargiulo

« En conséquence, nous soulignons la nécessité pour le Cambodge de diversifier sa production de riz en cultivant un plus grand nombre de variétés, et suggérons que le riz hybride soit officiellement accepté et cultivé comme moyen de minimiser les impacts résultants de telles décisions (CE) », argumente Arnaud Darc.

Tester la qualité de l’eau

« Enfin, notre dernière recommandation vise à clarifier une exigence du ministère de l’Environnement selon laquelle les entreprises agricoles doivent effectuer des tests de qualité de l’eau par l’intermédiaire des laboratoires du ministère de l’Environnement. Bien que nos membres reconnaissent certainement la nécessité d’une analyse régulière de l’impact sur l’environnement, nous affirmons que l’utilisation obligatoire du laboratoire officiel limite la concurrence et pourrait altérer l’objectivité des résultats des tests »

« Notre comité est très satisfait du niveau d’engagement, nous sommes heureux de rendre compte de ces discussions fructueuses avec le ministère de l’Agriculture, des Forêts et des Pêcheries, discussions dont les résultats seront officialisés ultérieurement », conclut le président d’EuroCham.

(1) Avec plus de trente ans d’expérience au sein du gouvernement royal, S.E. Veng Sakhon est devenu ministre du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche depuis avril 2016. Avant d’occuper ce poste, S.E. Veng Sakhon a été sous-secrétaire d’État de 1998 à 2004 et secrétaire d’État au ministère des Ressources en eau et de la Météorologie de 2004 à 2016. Il a également exercé diverses fonctions au sein du gouvernement royal.

(2) Les bêta-agonistes sont des produits chimiques utilisés pour augmenter la masse musculaire de certains animaux d’élevage. Ces substances sont totalement interdites en Europe.

Haut de page