Relations Internationales : Le Cambodge rappelle les USA à l’ordre

Le Cambodge a appelé les États-Unis à cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures du pays sous prétexte de défense des droits de l’homme et de respect de la démocratie.

le ministre cambodgien des affaires étrangères et de la coopération internationale, S.E. Prak Sokhonn
Le ministre cambodgien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E. Prak Sokhonn

La déclaration, publiée mardi par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, intervient après que l’ambassade américaine à Phnom Penh a publié mardi un clip vidéo dans lequel le porte-parole du département d’État américain, Morgan Ortagus, appelle à la libération de Kem Sokha.

« Le Cambodge exhorte les politiciens étrangers à adhérer au multilatéralisme fondé sur les règles régissant les relations internationales, à respecter la souveraineté du Cambodge et à faire preuve de la plus grande retenue en évitant de s’immiscer dans les affaires intérieures du Cambodge », indique le communiqué.

Selon l’annonce, depuis le 9 septembre 2018, Kem Sokha a été libéré pour des raisons « humanitaires afin de rester dans le confort de son foyer alors que sa famille reste sous surveillance judiciaire ».

« Nous souhaitons rappeler que la tentative de renversement de régime par des moyens non démocratiques n’est pas l’exercice fondamental des droits de l’homme », précise le document.

« Le gouvernement cambodgien a le droit souverain de prendre les mesures juridiques nécessaires contre les personnes ou entités violant la Constitution cambodgienne afin de protéger la sécurité nationale . »

Le chef de l’opposition a été arrêté le 3 septembre 2017 et inculpé de trahison pour conspiration avec une puissance étrangère dans le but de renverser le gouvernement. Kem Sokha pourrait être condamné à 30 ans de prison s’il est reconnu coupable.

Haut de page