Gastronomie : Olive, Cuisine de saison à Siem Reap

Pour paraphraser le grand Brassens, on pourrait fredonner sur l’air de la Vénus callipyge, que « nul ne peut aujourd’hui trépasser sans voir Angkor », tant il est vrai que les temples khmers de la région de Siem Reap, pour les touristes de tout poil et les amateurs de vieilles pierres, constituent l’une des destinations qu’il convient de placer tout en haut de la liste des merveilles du génie humain que l’on se doit de voir au moins une fois dans sa vie.

Reprendre des forces

Après avoir tenté de déchiffrer les bas-reliefs d’Angkor Vat, après s’être émerveillé devant la candeur des scènes de la vie quotidienne et le réalisme de celles de batailles reproduites sur les murs du Bayon, après avoir déambulé sur la terrasse du roi lépreux et s’être émerveillé devant les éléphants tricéphales qui gardent les portes de la cité royale d’Angkor Thom, après s’être nourri la tête et le cœur des vestiges majestueux de l’ancien empire khmer, c’est vers son corps et à ses besoins primaires qu’il convient de reporter toute son attention.

Pour restaurer ses forces en préparation d’une nouvelle journée de découverte inoubliable, les options dînatoires qui s’offrent aux affamés dans la cité des temples sont multiples. Cambodge Mag en a déjà présenté quelques-unes : la Cuisine Wat Damnak, Malis Siem Reap, Khéma Angkor, par exemple, constituent des adresses à privilégier.

Lors d’un récent séjour à Siem Reap, votre serviteur a visité quelques tables qui méritent aussi que l’on s’y intéresse. C’est le cas par exemple du restaurant « Olive, Cuisine de saison ».

Devanture de l’établissement (Crédits photo : Pascal Médeville
Devanture de l’établissement

Demeure coloniale

Cet établissement fondé en 2014 a posé ses pénates dans une vieille demeure coloniale restaurée, datant des années 1930, caractérisée par ses hauts plafonds et de superbes murs en brique. La décoration intérieure met en exergue de belles poutres de bois, des fleurs fraîches apportent une touche élégante aux tables, et la musique d’ambiance contribue à créer une atmosphère « cosy ». Une jolie terrasse est aussi proposée à ceux qui préfèrent dîner à la fraîche.

Côté cuisine, la philosophie mise en œuvre met l’accent sur la fraîcheur et la saisonnalité des ingrédients, qui sont, dans toute la mesure du possible, sourcés localement. L’accent est mis sur le plaisir des papilles et des yeux.

Spécialités

Parmi les spécialités du restaurant, citons le mini-soufflé au bleu, le tartare de thon et avocat, les grosses crevettes cuites au four dans leur fourreau de bacon, le filet de veau cuit à la poêle avec ses morilles, ou encore la soupe glacée aux fraises. De jolies spécialités de pâtes sont aussi proposées.

Tartare d’avocat et de thon
Tartare d’avocat et de thon

À la carte

À la carte, on pourra faire son choix parmi une multitude d’entrées, salades, soupes, mets de poissons ou de viande. Nous avons eu par exemple l’insigne plaisir de déguster le cabillaud cuit au four, accompagné d’un ragoût d’edamame, de cœurs d’artichaut, de bacon… La cuisson était tout simplement parfaite, les assaisonnements irréprochables.

Cabillaud rôti : une cuisson maîtrisée
Cabillaud rôti : une cuisson maîtrisée

Desserts

Les desserts sont bien entendu faits maison. Une mention particulière pour le Paris Brest, de facture classique, qui ne le cède en rien à ceux que l’on peut trouver dans les meilleures pâtisseries de l’Hexagone. Les curieux pourront aussi essayer la crème brûlée parfumée à la vanille de Banteay Srei ou encore la soupe glacée à la rhubarbe.

Paris-Brest, à déguster sans modération
Paris-Brest, à déguster sans modération

Le service, amical, attentif et efficace, mérite également des louanges.

Les prix pratiqués, relativement élevés, sont largement justifiés par la qualité des ingrédients, de la cuisine et du service.

Olive, Cuisine de saison
319, Svay Damgkum (près de la pagode Wat Prom Rath)
Ouvert tous les jours de 10 h à 22 h

Notes (sur 5) :
Atmosphère : 4,5
Service : 4,5
Qualité des produits : 4,5
Présentation des plats : 4,5
Rapport qualité/prix : 4,5
Note globale : 4,5

Texte et photographies : Pascal Médeville

Haut de page