Environnement : La chasse aux vendeurs d’ivoire est ouverte

Le ministère de l’Environnement appelle tous les propriétaires de magasins de souvenirs à cesser immédiatement de vendre des sculptures, bijoux et accessoires en ivoire ou corne de rhinocéros.

Boutique de souvenirs en ivoire
Boutique de souvenirs en ivoire

En théorie, selon la loi cambodgienne, il est strictement interdit de vendre, d’importer ou d’exporter ces produits. Malgré cela, nombreuses sont les boutiques de souvenirs qui en vendent depuis de longues années.

Dans une déclaration datée du 30 août, le ministère a indiqué aux propriétaires de magasins de souvenirs qu’ils devaient remettre aux autorités tous les articles prohibés en vente dans leurs magasins.

À défaut, des poursuites judiciaires seront engagées.

Neth Pheaktra, porte-parole du ministère de l’Environnement, a déclaré que le ministère a déjà informé 32 propriétaires de magasins de souvenirs dans les provinces de Siem Reap et de Sihanoukville.

Boutique de souvenirs en ivoire

« Les personnes impliquées dans la vente, l’importation et l’exportation de ces produits interdits feront l’objet d’une peine d’emprisonnement. Ce genre d’activité dans le royaume a un impact négatif sur les efforts du gouvernement royal du Cambodge en tant que membre de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages. », a-t-il ajouté.

Selon le ministère, de 2016 à fin 2018, les autorités cambodgiennes ont saisi plus de cinq tonnes d’ivoire.

Avec Ouk Saphan — AKP Phnom Penh. Photographies : ministère de l’Environnement

Haut de page