Energie : Les projets hydroélectriques de Koh Kong doivent être revus

Le gouvernement a demandé à une entreprise chinoise intéressée par la construction de deux centrales hydroélectriques dans la province de Koh Kong de revoir son étude de faisabilité.

Les projets hydroélectriques de Koh Kong doivent être revus
Les projets hydroélectriques de Koh Kong doivent être revus. Illustration RFA (cc)

Le projet Huadian Lower Stung Russei Chrum envisage la construction de deux barrages de 100 et 70 mégawatts dans le district de Mondul Sima.

À revoir

Lors d’une réunion lundi entre le ministère des Mines et de l’Énergie et l’Autorité de l’électricité du Cambodge (AEC), la société chinoise a présenté les résultats de l’étude de faisabilité. Cependant, les officiels cambodgiens ont déclaré que les résultats n’étaient pas concluants. Ils ont invité leurs interlocuteurs chinois à mener une nouvelle étude.

Yim Piseth, président de l’AEC avance que le projet proposé par la partie chinoise est incomplet et que des recherches supplémentaires sont nécessaires.

« La société a présenté les résultats de son étude lors de la réunion. Cependant, après quelques discussions, quelques points d’achoppement subsistaient et nous avons donc demandé à l’entreprise de revoir son document », a conclu M. Piseth.

Pour accompagner la société dans cette révision, le ministère a décidé de créer un groupe de travail composé de responsables du ministère, de l’AEC et de l’Électricité du Cambodge.

Les barrages hydroélectriques portent le nom de « Stung Veal Thmor Kambot » et « Stung Russei Chrum Kandal », a précisé le ministère.

China Huadian Corp.

China Huadian Lower Stung Russei Chrum (Cambodge) est une filiale de China Huadian Corp., qui exploite actuellement une centrale de 338 MW dans ce même district où elle souhaite construire de nouveaux ouvrages.

Ce barrage de 338 MW a été mis en service en 2015 après près de cinq ans de construction. Il est exploité dans le cadre d’un contrat de construction-exploitation-transfert de 30 ans avec le gouvernement cambodgien. Ayant coûté 578 millions de dollars, le barrage génère aujourd’hui 1,2 milliard de kWh par an.

Haut de page