Culture – Arts4peace : Le grand rendez-vous des arts cambodgiens

En novembre prochain, l’association Cambodian Living Arts proposera à Phnom Penh le festival Arts4peace, une manifestation culturelle exceptionnelle qui durera dix jours.

Cet événement est une véritable célébration des arts et de la culture du Cambodge. Il est aussi destiné à rendre hommage aux efforts incroyables déployés par trois générations d’artistes locaux pour faire revivre, transmettre et développer les arts et la culture du royaume.

Le festival Arts4peace marquera également le quarantième anniversaire de la chute des Khmers rouges et le vingtième de Cambodian Living Arts.

Du 14 au 24 novembre 2019, des sites autour de la ville proposeront des spectacles modernes et traditionnels. Des discussions, des ateliers et des expositions sont également au programme. De plus, le festival sera retransmis en ligne pour permettre aux diasporas et aux amoureux de la culture et du Cambodge de ne rien manquer.

Le programme complet sera annoncé lors de la soirée de lancement du Festival Arts4peace, le samedi 21 septembre 2019 au Cambodian-Japan Cooperation Center (CJCC).

Les billets pour le festival seront en vente sur www.arts4peacefestival.org à partir du mardi 24 septembre 2019.

Les temps forts

Bangsokol : un requiem pour le Cambodge

Les 21/22/23 novembre, au Théâtre Chaktomuk

Bangsokol : Un requiem pour le Cambodge, première grande production symphonique au Cambodge à la fin des années 1970, est une pièce unique et émouvante qui mêle musique, voix et éléments visuels. Composée par HIM Sophy, avec des projections de films de Rithy PANH, la production Bangsokol a effectué des tournées à Melbourne, New York, Boston et Paris. La première au Cambodge se déroulera le vendredi 22 novembre 2019 en présence de Sa Majesté le roi Norodom Sihamoni, Patron des arts vivants cambodgiens.

Héros méconnus de la culture cambodgienne

Le 14 novembre, à l’Institut des Langues étrangères et en ligne

Il s’agit d’un nouveau projet visant à découvrir ceux qui ont apporté une contribution essentielle au renouveau et au développement des arts cambodgiens, mais dont le travail n’a pas forcément été reconnu par le public. Neuf chercheurs locaux ont exploré chaque province du Cambodge à la recherche de 25 héros inconnus. Ils documenteront leur travail et interrogeront ces gens d’exception pour en savoir plus sur leur passion pour les arts et la culture. Cambodian Living Arts partagera leurs histoires pendant le festival.

Renaissance des anciens spectacles

Au Cambodian-Japan Cooperation Center, les dates seront divulguées ultérieurement

Le festival comportera des spectacles qui n’ont pas été proposés sur scène à Phnom Penh depuis de nombreuses années. Yike Mak Theung, un opéra folklorique traditionnel, contant une histoire d’amour du XVIIIe siècle et mettant en scène un couple déchiré par la jalousie d’un prince puissant, sera au programme.

Le Chapei Dang Weng (la guitare cambodgienne à deux cordes et à long manche) et le Smot (une forme de chant cérémonial) seront interprétés par trois générations d’artistes — les anciens maîtres, leurs anciens étudiants, et ceux de la nouvelle génération.

Nouvelles créations

Au Cambodian-Japan Cooperation Center, les dates seront divulguées ultérieurement.

Les nouveaux spectacles créés en partenariat avec Cambodian Living Arts seront également sur scène comme « K’dey Sromai », qui est une pièce de danse contemporaine chorégraphiée par CHAMROEUN Sophea, ancienne étudiante au CLA, et qui exprime les espoirs et les aspirations des artistes.

Trois nouvelles pièces de théâtre moderne seront présentées en première : « Alone Again », « Fortune Teller » et « Chapei Man » créées respectivement par CHHON Sina ; LIM Phanna et NEN Phearith ; et SUON Sotheara, Jayanta CHONGTHAM et SOUNG Sopheak.

Discussions, dialogues et ateliers

À l’Institut des Langues étrangères, les dates seront divulguées ultérieurement.

Des sessions ouvertes à l’Institut donneront aux festivaliers la possibilité d’explorer des thèmes tels que la liberté et l’espoir, l’inclusion et le plaidoyer. Un dialogue approfondi et passionnant entre les générations sera possible par le biais d’ateliers pratiques et de discussions animées par des membres influents de la communauté artistique cambodgienne.

Phloeun PRIM, directeur général de Cambodian Living Arts, a déclaré :

« Il est si rare d’avoir un aussi large éventail de formes d’art dans un seul festival — de voir l’opéra traditionnel Yike présenté aux côtés d’un théâtre parlé original, et une musique originale présentée avec des arts anciens comme le Smot et le Chapei Dang Weng. Je suis vraiment honoré que CLA ait eu l’occasion de travailler avec autant de gens superbes au cours de ces deux dernières décennies. »

« Personnellement, j’ai hâte de voir les résultats du projet Unsung Heroes. Cela me rappelle les racines de Cambodian Living Arts dans les années 1990 alors que nous travaillions avec chaque village pour retrouver les derniers artistes maîtres du pays et les aider à transmettre leurs connaissances à la prochaine génération. Avec les jeunes chercheurs qui identifient maintenant ceux qui ont tant contribué à la renaissance des arts, ce projet me rappelle vraiment les efforts, le dévouement et l’amour pour les arts qui existent partout au Cambodge. Sans cela, la transformation qu’a connue le pays au cours des 40 dernières années n’aurait tout simplement pas été possible », a-t-il ajouté.

 

Haut de page