Coopération – RECOFTC : Pour renforcer la gestion communautaire des ressources naturelles

Le financement durable et l’amélioration des moyens de subsistance sont identifiés comme de nouvelles priorités dans la gestion communautaire des ressources naturelles.

SE Keo Omaliss et David Ganz se serrent la main après avoir signé un protocole d'accord entre RECOFTC et l'administration forestière le 3 septembre 2019. © Bureau de Keo Omaliss, Administration forestière
S.E. Keo Omaliss et David Ganz se serrent la main après avoir signé un protocole d’accord entre RECOFTC et l’administration forestière le 3 septembre 2019. © Bureau de Keo Omaliss, Administration forestière

Partenariat

Lors d’une série de signatures, la semaine dernière à Phnom Penh, l’administration forestière et le ministère de l’Environnement ont reconnu l’importance des efforts entrepris localement pour la protection des forêts du royaume. Les responsables des deux organismes gouvernementaux ont signé deux protocoles d’accord avec le Centre pour la population et les forêts (RECOFTC).

« Le gouvernement royal du Cambodge s’est engagé à conserver les ressources forestières tout en permettant aux communautés d’utiliser ces ressources naturelles », a déclaré S.E. Keo Omaliss, directeur général de l’Administration forestière.

« la preservation de l’environnement est bénéfique au public en contribuant à la conservation de la biodiversité pour le développement durable au Cambodge », a déclaré SE Sao ​​Sopheap, secrétaire d’État auprès du ministère de l’Environnement.

RECOFTC

Depuis 2006, RECOFTC a formé plus de 20 300 Cambodgiens à la gestion communautaire des ressources naturelles. Le travail de l’organisation a contribué à l’élaboration des Lignes directrices de 2006 sur la foresterie communautaire et des Lignes directrices de 2017 sur les aires protégées communautaires. Les deux lois sont essentielles à l’établissement de forêts communautaires et d’aires protégées dans le pays.

Il existe actuellement 636 forêts communautaires et 168 aires protégées communautaires au Cambodge.

« C’est un grand succès pour le Cambodge et pour les communautés qui ont le droit d’accéder aux ressources naturelles du Cambodge, de les utiliser et de les gérer », a déclaré Omaliss. Selon lui, plus de 80 % de la population cambodgienne vit à proximité ou dans les forêts du pays.

Menaces

Mais il reste encore du travail à faire. Les forêts du Cambodge continuent de faire face à des menaces d’accaparement des terres, d’exploitation forestière illégale et de développement non durable.

Afin de résoudre ces problèmes dans cette nouvelle phase de partenariat, RECOFTC travaillera au développement de systèmes de financement durables et à l’amélioration des moyens de subsistance des communautés vivant à l’intérieur et autour des forêts.

Les membres de la communauté à Phnom Dek Chambok Hos patrouillent dans leur forêt communautaire près du sanctuaire de Prey Lang. La communauté a créé une entreprise d'écotourisme pour promouvoir la conservation des forêts. © RECOFTC, 2018.
Les membres de la communauté à Phnom Dek Chambok Hos patrouillent dans leur forêt communautaire près du sanctuaire de Prey Lang. La communauté a créé une entreprise d’écotourisme pour promouvoir la conservation des forêts. © RECOFTC, 2018.

« Nous devons placer les communautés au centre de la gestion de nos forêts et veiller à ce que leurs moyens de subsistance continuent de s’améliorer », a déclaré Hou Kalyan, directeur du programme RECOFTC au Cambodge. « Si nous faisons cela, cela ouvrira de nouvelles possibilités pour la protection de nos précieuses forêts », a-t-il conclu.

Haut de page