Tour de table : Le meilleur de la gastronomie coréenne à Phnom Penh

La culture populaire coréenne est depuis plusieurs années l’objet d’un engouement qui va grandissant, que ce soit en Asie ou dans le reste du monde. La « k-pop » la plus débridée, les « soap operas » les plus larmoyants, la mode vestimentaire coréenne… tous les pans de la culture contemporaine du « Pays du matin calme » ont leur aficionados.

La cuisine coréenne ne fait pas exception, et on voit fleurir dans toutes les villes, y compris Phnom Penh, des restaurants qui mettent en avant les kimchis et autres barbecues aux saveurs de la péninsule. Cambodge Mag est allé explorer quelques restaurants qui concoctent pour les amateurs les mets les plus emblématiques de cette cuisine, et en a sélectionné trois qui donnent un aperçu assez éclectique de la palette gustative de la péninsule d’Asie du Nord-Est.

Jaru : tradition et excellence

Jaru est l’un des plus anciens restaurants coréens de Phnom Penh en activité. Ouvert en 1997 Monivong sous le nom de Dong Gu Bak, c’est en 2000 que le restaurant (rebaptisé Jaru en 2005) a déménagé pour occuper l’emplacement actuel, une maison de plain pied sise au 15 de la rue 282, dans le quartier de Boeung Keng Kang 1, entre les rues 63 et 57.

Jaru : tradition et excellence
Jaru : tradition et excellence

Plusieurs médias internationaux ont fait les éloges de cet établissement, allant jusqu’à lui décerner le titre de « meilleur restaurant coréen de Phnom Penh ». Jaru est en tout cas fort bien noté sur les réseaux sociaux et se trouve en excellente position dans les classements.

La salle de l’établissement est décorée avec élégance, les tables sont agréablement espacées. Le service est chaleureux et efficace. La clientèle est plutôt cosmopolite.

La carte propose quelques grands classiques de Corée : viandes grillées, soupes goûteuses, savoureux poissons, crêpes aux fruits de mer, riz sauté au kimchi, et bien sûr les incontournables bibimbaps : riz cuit dans un grand bol de céramique très chaud, qui forme une croûte de riz croustillante sur ses parois, agrémenté de légumes, de viande et surmonté d’un œuf sur la plat. On mélange vigoureusement le tout pour obtenir un plan consistant, qui assouvira toutes les fringales.

A savourer également, les nouilles froides au kimchi (le kimchi est une préparation typiquement coréenne, pour laquelle des légumes, notamment du « chou chinois », sont laissés à mariner plusieurs semaines dans de la saumure), le bulgogi (viande marinée puis grillée), diverses préparations à base de tofu, poulet frit… Jaru offre aux amateurs un éventail très large de la gastronomie coréenne.

A signaler : une soupe (raisonnablement) pimentée, agrémentée de l’incontournable kimchi, aux saveurs riches et subtiles, garnie de saucisses, appelé « Special spicy stew with broth & assorted sausages ».

Soupe aux saucisses et au kimchi
Soupe aux saucisses et au kimchi

Jaru, #15, Street 282, BKK1, ouvert de 10h30 à 22h00.

Sik Gaek : barbecue et grillades

Au-delà des kimchis et autres bibimbap, les viandes grillées sur du charbon de bois constituent un pan important de l’alimentation coréenne. Des restaurants se spécialisent dans ces préparations, où sont essentiels la qualité de la matière première, les accompagnements et la maîtrise de l’art de la grillade. A Phnom Penh, l’établissement qui illustre le mieux l’art du barbecue coréen est sans doute le Sik Gaek.

Ici, le menu est lui aussi éclectique, mais le restaurant vaut surtout pour ses grillades. Pour les clients amateurs de ce type de mets, Sik Gaek dispose de salons privatifs dont les tables sont percées d’un orifice destiné à recevoir un seau de charbon de bois incandescent, au-dessus duquel vient une grille métallique où grillera la viande choisie.

Grille prête à recevoir la viande à griller
Grille prête à recevoir la viande à griller

Pour les viandes, on n’aura que l’embarras du choix : poitrine de porc, travers marinés à la sauce de soja, viande de bœuf persillée … On sélectionne les morceaux de sa préférence avec d’autant plus de plaisir qu’ils sont servis avec tous les accompagnements qui s’imposent : gousses d’ail, oignon émincé, feuilles de salade pour envelopper la viande grillée, légumes et tofu marinés, sauce pimentée… L’ensemble est copieux, et ce ne sera que pour des raisons de pure gourmandise que l’on voudra peut-être agrémenter son repas d’un joli poisson grillé, d’une soupe goûteuse et de riz.

Sik Gaek, no. 231, angle des rues 352 et 63, BKK1
Ouvert de 11h00 à 14h00 et de 17h00 à 22h00

Bonchon : la restauration rapide du Pays du matin calme

Bonchon est une chaîne de restauration rapide, créée aux États-Unis, et proposant de la cuisine coréenne (il faut savoir que la communauté coréenne en Amérique est nombreuse, l’immigration à partir de Corée ayant été stimulée par la présence des troupes américaines dans le sud de la péninsule depuis la fin de la guerre des Corée).

Le fondateur de l’enseigne Bonchon, Mr. Jinduk Sek, s’est inspiré des petites échoppes omniprésentes en Corée proposant des plats simples de poulet frit.

Bonchon a été créée en 2007, et s’est rapidement fait une assez grande réputation en raison des qualités gustatives de son poulet frit. Il a même été dit que Bonchon proposait le « meilleur poulet frit de Manhattan ». La chaîne s’est étendue et on retrouve les restaurants de l’enseigne dans de nombreux pays : États-Unis, Corée du Sud, Singapour, Indonésie, Philippines, Thaïlande, et désormais Cambodge. Ainsi, à Phnom Penh, on ne compte pas moins de 12 restaurants Bonchon.

Assortiment de poulet frit, avec accompagnement trempette au kimchi
Assortiment de poulet frit, avec accompagnement trempette au kimchi

La carte de tous ces établissements est bien sûr standardisée. Le poulet frit y occupe une place de choix, et plusieurs « combos » de tailles diverses pourront assouvir les petits et gros appétits. Les morceaux de poulet (ailes et pilons) sont enrobés de pâte assaisonnée qui confère une texture agréablement croquante et un goût savoureux.

En plus du poulet frit, les amateurs pourront aussi goûter aux « gyoza » (raviolis) frits à la mode coréenne, à des salades, du tofu, du kimchi, divers riz sautés. En somme, la carte de Bonchon offre un éventail suffisant de mets pour satisfaire les envies éclectiques.

Les prix pratiqués sont ceux de la restauration rapide : modiques.

Les adresses des établissements ainsi que le menu complet de l’enseigne Bonchon se trouvent sur le site de l’entreprise au Cambodge : http://www.bonchon.com.kh/.

Texte et photos : Pascal Médeville

Haut de page