Tendances – Musique : Rom Bak, le hip-hop à la vitesse supérieure

On le sait : le hip-hop est en vogue au Cambodge. Chaque année voit les figures de cette scène musicale devenir de plus en plus populaires dans la société khmère.Et, en début d’année, s’est tenue la deuxième édition de la première compétition de danse hip-hop du Cambodge, le « Rom Bak Battle,» une compétition à laquelle ont participé plusieurs danseurs de renommée mondiale.

Cambodge Mag en parlait dans son édition en ligne il y a quelques semaines à l’occasion du portrait de Khénory Sok, jeune femme spécialiste de l’évènementiel culturel qui met bénévolement ses talents au service du développement de la scène hip-hop Cambodgienne.

Battle de Rom Bak
Battle de Rom Bak

Concept

Tout ce travail – et il est considérable – s’effectue via l’association Rom Bak, première à conceptualiser et lancer une compétition de danse hip-hop au Cambodge. Particularité très importante des ‘’battle de Rom Bak’’ : elles sont internationales, et permettent donc aux talents locaux une première exposition très importante à la fois pour leur apprentissage et leur développement artistique.

C’est Bboy Peanut, danseur américain et cambodgien, la danseuse australienne Bgirl Melski, et le franco-cambodgien Vibol qui les premiers sont à l’initiative de Rom Bak, cherchant dès 2013 à donner plus de visibilité internationale à la scène et à la culture urbaine de Phnom Penh.

Vitesse supérieure

Aujourd’hui, Rom Bak passe à la vitesse supérieure. L’ambition est de professionnaliser, de monter en niveau, et de faire du « rom bak battle » de Phnom Penh un évènement annuel qui pourrait rayonner dans toute l’Asie du Sud-Est. Depuis 2017, une nouvelle équipe est à l’œuvre et une association loi 1901 a été créée en France, aidant l’équipe à monter de niveau et organiser des évènements à la qualité toujours meilleure.

Mobilisation

L’équipe de Rom Bak a fortement mobilisé son réseau pour faire de cette deuxième édition une réussite. Dans le jury, on comptait des légendes du hip-hop mondial, comme le français Niako – lauréat l’an dernier de la plus grande compétition de hip-hop en France, Andrew « Agame » Mam, danseur américano-khmer, le cambodgien Bboy Freshh (l’un des premiers enfants des rues formé par l’ONG Tiny Toones et un leader la scène hip-hop cambodgienne), le français Bboy Sitha, et le danois Joel De Andrade.

Cette année, c’était d’ailleurs plus qu’une bataille, mais un programme de deux jours autour du hip-hop incluant un atelier-classe de danse house par Andrew Mam, une projection d’un court-métrage de Kavich Neang, New Land Broken, un atelier de danse hip-hop par Niako, et un concert de KlapYaHandz. Riche programme donc – et l’audience a été au rendez-vous. Les fans attendent avec impatience l’année prochaine !

Texte par Hugo Roussel- Photographies © Rithivong

Haut de page