Société : Nuon Chea, Un homme froid, distant et sans coeur

La communauté internationale apprenait ce dimanche 8 août la mort de Nuon Chea, alias frère numéro deux. Il est décédé à l’hôpital de l’amitié Khmer-Soviet dans lequel il avait été transféré pour traitement médical depuis le 2 juillet 2019.

Le secret pour maître-mot

Nuon Chea, de son vrai nom Lao Kim Lorn, apparaît encore aujourd’hui comme une personnalité encore mal connue du régime des Khmers rouges. Une des raisons principales de cette méconnaissance fut sa faculté à rester dans l’ombre. D’abord membre du parti communiste thaï, diplômé de l’université de Thammasat à Bangkok, il rejoint les mouvements de guérilla Issarak avant de séjourner à Hanoï de 1952 à 1954. (les dates précises ne sont pas connues).

Nuon Chea, Un homme froid, distant et sans coeur
Nuon Chea, Un homme froid, distant et sans coeur. Photographie CETC (cc)

Très rapidement, il s’affirme comme numéro deux du Comité Central du Parti communiste du Kampuchea aux côtés de Tou Samouth et de Saloth Sar, alias Pol Pot et futur numéro un. Ce dernier n’était à l’époque que le numéro 3 dans l’organigramme du parti. Mais, il  parviendra aux commandes de l’Angkar à la mort de Tou Samouth, capturé par la police du Prince Norodom Sihanouk en 1962. Durant la période du Sangkum, Nuon Chea vit à Phnom Penh sous l’étiquette d’un marchand. Il est alors un des seuls dirigeants du parti à échapper à la surveillance du Prince Norodom Sihanouk.

Un homme froid, distant et sans coeur

Après la prise de Phnom Penh en Avril 1975, Nuon Chea est nommé numéro 2 du Comité Permanent du Comité Central, chargé du travail du Parti, du bien-être social, de la culture, de la propagande et de l’éducation formelle. Il est notamment responsable des centres de rééducation de Boeng Trabek et de Kompong Cham (B17 et B18). Proche de Son Sen, ils travaillent tous deux à la gestion du centre S-21 (Tuol Sleng).

Sous ses ordres, Duch tue les derniers prisonniers résidants à S-21 avant l’arrivée des soldats vietnamiens en 1979 dans la capitale. Il est aussi l’instigateur avec Pol Pot des purges de l’Est, qui furent parmi les plus sanglantes du Kampuchéa Démocratique.

Nuon Chea est régulièrement décrit comme un homme froid et distant, brutal et sans cœur. Il n’était pas particulièrement apprécié par ses subordonnés contrairement à Pol Pot et Son Sen, qui usèrent de leur charisme et de leur talent d’orateur pour charmer – endoctriner et soumettre leurs sympathisants.

Après sa reddition en 1998, Nuon Chea niera toute décision prise de sa part, tout en s’excusant « non seulement pour les vies humaines mais aussi pour celles des animaux perdues pendant la guerre ».

Nuon Chea, Un homme froid, distant et sans coeur. Photographie CETC (cc)
Nuon Chea. Photographie CETC (cc)

Il sera finalement arrêté en 2007 dans la ville de Pailin pour être jugé. Il sera alors accusé de crimes de guerre, de crime contre l’humanité et de génocide. Il est condamné à la prison à perpétuité en 2014. En 2018 il est reconnu coupable de génocide à l’encontre des minorités vietnamiennes.

Mme Sou Soeurn déposant devant les Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens dans l'affaire 002/02 contre Nuon Chea et Khieu Samphan
Mme Sou Soeurn déposant devant les Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens dans l’affaire 002/02 contre Nuon Chea et Khieu Samphan

Durant sa dernière déclaration lue par son avocat, Nuon Chea affirme à propos des massacres : « nous n’avons tué que les personnes méchantes, pas les bonnes ».

Par Hugo Bolorinos

Haut de page