Lire et relire : Jaraï de Loup Durand

Jaraï se veut le roman emblématique du ”monde blanc” en Indochine. Jaraï relate l’histoire de Lara, le dernier “Blanc” à quitter le Cambodge un an après l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges, et de son amour pour ce pays hospitalier détruit si rapidement.

Note de l’éditeur

Kutchaï est un guerrier jaraï de la forêt, un géant au rire silencieux. Lara, le blanc, est issu de la cinquième génération en Indochine. Il sera le dernier Blanc à quitter le Cambodge, pays qu’il considère alors comme le sien.

Ce livre, à travers l’histoire croisée de personnages qui tous ont vécu sous d’autres noms au Cambodge, relate la destruction de ce royaume paisible impliqué malgré lui dans le conflit meurtrier du Vietnam voisin.

Il aura fallu quatre ans pour réduire en cendres un pays où l’on avait coutume de dire : le Vietnamien plante le riz, le Cambodgien le regarde pousser, le Lao l’écoute et le Chinois le vend…

Avis de lecteur (Babelio)

Une histoire d’une très grande force.

J’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire de cette période sombre par tous ces personnages. Le lecteur est confronté à la violence des actes, ressent la montée de la haine au fil du livre. C’est également très touchant d’avoir les ressentis de tous les personnages sur la situation, qu’ils soient natifs du Cambodge ou non.
Cela nous prouve aussi qu’on peut se sentir pleinement citoyen d’un pays, l’aimer au péril de sa vie, sans pour autant y être né.

Ce livre est magnifique, et si vous vous rendez au Cambodge cette histoire est réellement un incontournable pour y découvrir ses monuments si mystérieux et les mentalités de l’époque. Un gros gros coup de coeur!

A propos de l’auteur

Loup Durand, écrivain et scénariste, a longuement parcouru l’Asie et l’Amérique du Sud pour United Press International, le Washington Post, Borba, etc. Par jeu, il écrit en 1967 un roman policier, La Porte d’or (prix du Quai des Orfèvres).

Il ne commence toutefois à écrire régulièrement qu’une dizaine d’années plus tard avec Pirates et Barbaresques en Méditerranée en 1975, Le Caïd en 1976, Un amour d’araignée (prix du Roman d’aventures) en 1976, la série T.N.T. chez Robert Laffont (9 volumes de 1978 à 1980), Jaraï en 1980, La Porte de Kerkabanac en 1982, Daddy en 1987, Le Jaguar en 1989, Le grand silence en 1994.

Loup Durand est mort le 18 avril 1995 à Paris

Pour acheter le livre, cliquer ici…

Haut de page