Environnement – Preah Sihanouk : Retour à l’envoyeur pour les conteneurs de déchets

14 des 83 conteneurs remplis de déchets plastiques, découverts en juillet dernier, repartent dans leurs pays d’origine.

Retour à l'envoyeur pour les conteneurs de déchets
Retour à l’envoyeur pour les conteneurs de déchets

Retour à l’envoyeur

La société locale de fabrication de plastique, Chungyuen Plastic Manufacture Co, ltd, a renvoyé 14 des 83 conteneurs remplis de déchets plastiques dans leur pays d’origine. Et, ceux qui n’ont pu être expédiés partiront le 25 octobre 2019.

Le Département général des douanes et de l’accise (DGDA) a publié l’information vendredi.

Différé

Pour justifier la date éloignée concernant l’envoi des conteneurs restants, le DGDA explique : « La société de transport a été confrontée à des problèmes tels que des retards dans l’expédition dus à des conditions météorologiques défavorables et à une certaine confusion liée aux réservations d’autres clients. La société a donc obtenu l’autorisation de différer l’expédition des 69 conteneurs de déchets plastiques restants. »

Amende

L’entreprise a déjà payé une amende de 1,03 milliard de riels (253 900 dollars US) pour avoir importé illégalement des déchets au Cambodge.

Chungyuen Plastic Manufacture Co, ltd avait introduit ces déchets dans le pays en 27 expéditions
Chungyuen Plastic Manufacture Co, ltd avait introduit ces déchets dans le pays en 27 expéditions

Les autorités avaient découvert les conteneurs en question au port autonome de Preah Sihanouk le 16 juillet dernier. Selon le DGDA, la Chungyuen Plastic Manufacture Co, ltd avait introduit ces déchets dans le pays en 27 expéditions, de septembre 2018 à janvier 2019.

Origine

« Les déchets, pesant au total 1 592 tonnes, ont été acheminés vers le pays depuis les États-Unis et le Canada », a précisé le directeur général du DGDA, M. Kun Nhim. Il a ajouté que 70 conteneurs, pesant 1 322 tonnes chacun, venaient des États-Unis. Les 13 autres (270 tonnes) provenaient du Canada.

Toxique ?

Avant d’arriver au Cambodge, ils ont traversé les ports de Singapour, de Malaisie et du Vietnam. « Les tests de laboratoire menés par le DGDR et le ministère de l’Environnement ont confirmé que les déchets importés ne contenaient aucune substance toxique », a confirmé Neth Pheaktra, secrétaire d’État et porte-parole du ministère de l’Environnement.

Selon le Fonds mondial pour la nature, plus de 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année. Ils finissent dans des décharges ou dans les océans, générant une pollution de plus en plus inquiétante que la communauté internationale est actuellement incapable de gérer.

Le Cambodge n’est pas une poubelle

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré fin juillet que le royaume n’autorisait aucune importation de déchets à des fins de recyclage. « Le Cambodge n’est pas une poubelle où les pays étrangers peuvent se débarrasser de leurs déchets », avait-il déclaré.

Chaque année, le Cambodge produit 4 millions de tonnes de déchets dont 20 % sont des déchets plastiques.

Haut de page