Economie – Immobilier : Le Cambodge reste attractif pour les investisseurs

La stabilité économique et le fort afflux d’investissements directs étrangers (IDE) au cours du premier semestre de cette année constituent un indicateur fort de la croissance régulière et continue de l’immobilier cambodgien, avancent les experts du secteur.

Fin juillet, la Banque nationale du Cambodge (BNC) prévoyait une croissance économique de plus de 7% en 2019. Les secteurs de la construction, de l’immobilier et du tourisme seraient les acteurs stratégiques de cette croissance, soulignait la banque.

Dans le même temps, le Conseil pour le développement du Cambodge (CDC) a révélé au début de ce mois avoir approuvé des investissements pour une valeur globale de 5,2 milliards de dollars US au cours du premier semestre de l’année.

Cela représente une augmentation de 48,5% par rapport à la même période en 2018.

Confiance grandissante

Ann Sothida, directrice de la société de services immobiliers CBRE (Cambodge), déclare que l’afflux continu d’investissements étrangers reflète la confiance grandissante des investisseurs dans l’environnement des affaires au Cambodge.

Phnom Penh, une ville en pleine mutation
Phnom Penh, une ville en pleine mutation. Photographie Christophe Gargiulo

«La forte croissance de l’économie est un bon signe pour le secteur immobilier et renforce la confiance de tous les acteurs du secteur», confie-t-elle.

Elle ajoute que le nombre croissant d’approbations des projets auprès du CDC signifie que la demande de terrains pour usines va augmenter, en particulier dans les zones autour de Phnom Penh. «Le nombre d’enquêtes sur les terrains [commerciaux] dans les banlieues de Phnom Penh est en augmentation constante et rien n’indique que cela va ralentir.»

Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo

Usines délocalisées au Cambodge

Selon Sothida, de plus en plus d’usines se délocalisent au Cambodge depuis la Chine. Cela crée davantage de demande pour les locaux d’usine et les bureaux, précise-t-elle. Les données de CBRE indiquent que l’utilisation des locaux à bureaux au cours des six premiers mois de cette année était de 6 500 mètres carrés. Cela représente plus du double comparé à la même période en 2018.

La surface totale de bureaux dans la capitale Phnom Penh s’élevait à près de 360 ​​000 mètres carrés à fin juillet 2019. Beaucoup pensent que le Royaume jouera également un rôle plus important dans le secteur manufacturier dans les années à venir.

Exports

Selon la BNC, le Cambodge a exporté des marchandises pour 6,8 milliards de dollars au premier semestre de cette année. Ce chiffre représente près de la moitié du PIB du pays et a augmenté de 13% par rapport à la même période l’année dernière.

Vongsey Visoth, secrétaire d’État au ministère de l’Économie et des Finances, a confirmé, lors d’un séminaire le mois dernier, que la croissance des exportations resterait forte tout au long de l’année.

«Au cours des six premiers mois de l’année, il n’y a pas eu de ralentissement. La croissance des exportations a été forte », a-t-il déclaré, ajoutant que le secteur du vêtement se porte bien, car les importations de matières premières augmentent.

Risque

Cependant, malgré cette évolution positive, il existe aussi un risque croissant qui pourrait perturber le développement de l’économie cambodgienne. Le retrait potentiel du programme européen “Tout sauf les armes” pourrait nuire à la croissance du secteur. La perte de l’accord TSA pourrait avoir des conséquences sur l’industrie du vêtement au Cambodge, qui représente 16% du PIB du pays.

Avec https://www.realestate.com.kh/

Haut de page