Sorties – Exposition Ti Prasap, mise en lumière de l’art contemporain cambodgien

L’hôtel Treeline Urban Resort de Siem Reap a dévoilé sa prochaine exposition portant sur les artistes cambodgiens contemporains. Intitulée Ti Prasap, signifiant rencontre et convergence, l’exposition qui ouvrira ses portes le 21 juillet prochain met en lumière les créations d’artistes méconnus.

Chhim Sothy, Fish Season, Crédit Photo: Treeline Urban Resort

Des artistes à l’exposition internationale

Pour la première fois depuis 10 ans, le grand public découvrira les peintures à l’huile du “grand-père de l’art cambodgien contemporain”, Svay Ken. Celui-ci figure parmi les quelques artistes survivants du génocide khmer rouge.
La critique américaine Erin Gleeson explique “qu’il est le premier artiste cambodgien à avoir sincèrement dépeint la vie quotidienne“. Ses œuvres mettent en avant la vie des populations, ainsi que les traumatismes de la guerre civile.

Les réalisations de l’artiste Pich Sopheap seront également exposées. Ses sculptures créées en sac en jute, rotin ou encore bambou, ont déjà envahi les plus grands musées internationaux comme le MoMa de New York, ou le Singapore Art Museum.
Durant l’exposition en plein air, les visiteurs pourront observer les premières œuvres de l’artiste : peintures à l’encre, aquarelles et montages verts.

Remarquables et diversifiées, les œuvres exposées pourraient concurrencer les galeries mondialement connues.
Un vivier d’artistes présents mettra en avant l’art cambodgien contemporain : les peintures de Kvay Samnang, les collages de Leang Seckon, le crayon de Chan Dany, les huiles et acryliques de Chhim Sothy, ou encore les sculptures de Kchao Touch.

Origines de l’exposition : un Australien passionné

La collection d’œuvres a été réunie par l’Asutralien Larry Strange, installé au Cambodge depuis 15 ans. Ayant étudié l’histoire du pays, l’australien, à la tête du centre de recherche CDRI a développé une passion pour l’art contemporain.

J’ai commencé à collectionner en 2004, ignorant alors le fait que je composais réellement une collection,  plus que je n’achetais des œuvres que j’aimais lorsque l’occasion se présentait. Je n’avais pas conscience que mes premières acquisitions seraient plus tard internationalement reconnues et que leurs auteurs deviendraient mes amis”, indique Larry.

Représentant les plus importants artistes cambodgiens, la collection de Larry Strange met en relief l’histoire de l’art contemporain cambodgien. “Elle démontre également les évolutions de cet art qui résonne tant localement qu’internationalement“, comme le soulève le directeur artistique du projet Sa Sa Arts de Phnom Penh, Vuth Lyno.

Collage de Leang-Seckon. Crédit Photo : Treeline Urban Resort

La volonté de mettre en avant l’art cambodgien

L’art contemporain cambodgien est arrivé récemment sur la scène artistique mondiale ; 90% des artistes ayant été tués durant le régime des khmers rouges.
Malgré une nouvelle génération d’artistes passionnés et engagés, les diverses infrastructures artistiques tendent encore à être développées et restaurées : écoles d’art, centres d’exposition, musées.

Dans cette optique, l’hôtel Treeline Urban Resort, installé sur les bords de la rivière de Siem Reap, accueille sa troisième exposition.

Ayant pour objectif la promotion de l’art cambodgien et le soutien des communautés locales, l’hôtel souhaite également créer une fondation pour promouvoir les artistes en devenir.

Joni Aker, la directrice de l’hôtel, indique que “la créativité est l’essence même de notre ADN. Nous souhaitons promouvoir l’héritage culturel cambodgien et les communautés tout en soutenant les talents et jeunes créateurs.”

Information Pratique

Le vernissage de l’exposition se tiendra le Samedi 20 juillet 2019 à l’hôtel Treeline Urban Resort de Siem Reap.

Haut de page