Santé : Résistance inquiétante aux médicaments contre la malaria

Les scientifiques de la région lancent un signal d’alarme face à la résistance aux médicaments de lutte contre la malaria.

Les moustiques, vecteurs de la maladie – Crédit Photo : Kassgallerie

Des souches résistantes aux antibiotiques

Observée d’abord au Cambodge, la résistance aux antibiotiques contre deux souches du parasite se répand au Vietnam, au Laos et au nord de la Thaïlande.  À l’heure actuelle, plus de 80% des parasites Plasmodium au Cambodge, au Vietnam et en Thaïlande, vecteurs du paludisme, résistent aux médicaments.

En charge de l’étude, Roberto Amato, de l’Institut britannique Wellcom Sanger et l’Université d’Oxford, indique que ces nouvelles souches, KEL1/PLA1, se développent rapidement au regard des parasites habituellement identifiés dans la région ; et deviennent d’ailleurs prédominantes dans les régions précitées.

Olivo Miotto, co-réalisateur de l’étude menée, indique “que la vitesse de développement de ce parasite résistant en Asie du Sud-Est est particulièrement inquiétante“.

La malaria, également connue sous le nom de paludisme est une maladie parasitaire dont la transmission est causée par des moustiques. Les  moustiques de type Anopheles infectés piquent habituellement la nuit.

Présente dans les régions tropicales d’Afrique, elle sévit également en Asie du Sud-Est.

La malaria peut être guérie par élimination des parasites du corps de la personne atteinte. Néanmoins, la résistance aux antibiotiques croît dans la majorité des pays à travers le monde.

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de 2011, il y avait environ 220 millions d’épisodes de paludisme en 2017, dont 13% en Asie du Sud-Est. Les taux de mortalité diminuent en raison des mesures prises pour lutter contre la maladie : utilisation de moustiquaires, amélioration des outils de diagnostic, disponibilité des médicaments antipaludiques.

Avec VOA Khmer, Juillet 2019

Haut de page