Santé – Capacité limitée à l’hôpital pédiatrique face à l’épidémie de dengue

Alors qu’une forte épidémie de dengue touche le pays, l’Hôpital national des Enfants a atteint la capacité maximale de patients qu’il peut accueillir.

Moustique tigre – Crédit photo: Pixabay libre de droit

Le nouveau centre pédiatrique, construit sur trois étages, est surchargé. En effet, toutes les chambres sont occupées et les derniers espaces disponibles, près des ascenseurs, ont été aménagés et nettoyés dans les règles pour accueillir des lits et matelas supplémentaires. Plusieurs enfants, âgés de sept mois à seize ans, y sont allongés, équipés de perfusions.

Une situation alarmante

Alors que certaines familles de province n’ont qu’un enfant touché par la maladie, la famille entière est souvent contrainte de se déplacer et séjourner à l’hôpital.

Si les nouveaux arrivants sont stressés et inquiets pour leurs enfants diagnostiqués porteurs de la dengue, les peurs se dissipent après quelques nuits passées à l’hôpital ; les enfants étant bien pris en charge et les symptômes se dissipant.

Kim Pheakdey, une employée de l’hôpital pédiatrique, souligne le nombre élevé de cas de dengue, et donc de nouveaux patients. Chaque jour, ils se doivent de gérer les parents inquiets, le manque d’espace, et la multiplication des enregistrements. Néanmoins, elle rappelle que l’équipe médicale fait de son mieux pour traiter les patients. En période de pic épidémique, les familles font également preuve de compréhension et se rendent compte des nombreux efforts réalisés.

Témoignages des familles

M. et Mme Phal témoignent : “Après une consultation médicale en province pour fièvre, puis l’apparition d’éruptions cutanées, les médecins nous ont conseillé de nous rendre à l’hôpital. Afin de protéger notre fille, notre temps était compté pour rejoindre l’hôpital, situé à 183 kilomètres. Cet hôpital est réputé et notre nièce avait été sauvée ici l’année passée“.

Après cinq nuit d’hospitalisation, un camp de fortune composé d’un matelas et d’un lit convertible a été aménagé pour les cinq membres de la famille. M. Phal souligne les efforts opérés par l’équipe médicale. Malgré le manque d’espace et de chambres disponibles, les médecins et infirmières font de leur mieux pour les enfants malades.

Un employé du Conseil des Ministres, M. Tith Virintra, a quant à lui pu bénéficier d’une chambre VIP avec climatisation pour son jeune garçon.

Il a également rendu visite à sa nièce hospitalisée sur ses conseils dans l’hôpital. Malgré son admission dans l’espace commun, surchargé, il souligne “qu’on ne peut en vouloir à l’hôpital. Les premiers patients ont pu obtenir des chambres privées. Néanmoins, la situation est acceptable dès lors que l’équipe médicale porte attention aux enfants malades“.

Plus loin, allongée sur un matelas, c’est une grand-mère de 72 ans qui tente de faire sourire son petit fils de sept mois. Les parents, travaillant dans les usines textiles du sud de la ville, cette dernière a fait le déplacement depuis Pursat pour s’occuper du petit garçon. “Je ne voulais pas que mes enfants m’en veuillent d’avoir laisser la situation se dégrader. Je reste contente des services fournis et des vérifications régulières réalisées par les médecins” témoigne-t-elle.

Recommandations ministérielles

Le Ministère de la Santé a publié les instructions sur le comportement à adopter en cas de dengue.

Depuis le début de l’année, plus de 13 800 cas et 24 décès ont été enregistrés. La ville de Phnom Penh, ainsi que les provinces de Kampong Chhnang, Preah Vihear, Siem Reap, Kratie, Kampong Thom, Kampong Cham, Oddar Meanchey et Banteay Meanchey, sont les plus touchées.

Afin de stabiliser et limiter l’épidémie, les mesures de prévention diffusées doivent être respectées. À cet effet, les équipes médicales observent des améliorations, tant dans le comportement des patients que dans les services fournis par les hôpitaux.

Malgré une augmentation de 85% du nombre de cas, le Cambodge n’est pas le seul pays de l’ASEAN touché par cette épidémie. En effet, les Philippines enregistrent plus de 105 000 cas de dengue sur les premiers mois de l’année.

Avec AKP, Phnom Penh, Juillet 2019.

Haut de page