Portrait : Mélanie Mossard  - la passionaria de l’entrepreneuriat social 

Un sourire contagieux, des yeux qui pétillent…on est vite séduit par la personnalité solaire et joyeuse de Mélanie Mossard, et surtout conquis par sa fougue et cette bienveillance si rare pour quelqu’un d’aussi jeune.  

Mélanie n’est pas encore très connue du grand public mais ne tardera pas à l’être. C’est en tout cas une référence incontournable dans le milieu des start-ups et pour tous les jeunes entrepreneurs cambodgiens qu’elle conseille, forme et soutient depuis 4 ans chez Impact Hub, un incubateur d’entreprises. 

Mélanie Mossard
Mélanie Mossard – Directrice du soutien aux start-ups au sein d’Impact Hub

Un parcours tourné vers l’international

Née dans un petit village près de Nantes d’un père agriculteur et d’une mère assistante sociale, elle concède volontiers que le milieu qui l’a vu grandir ne l’avait pas particulièrement préparée aux si riches expériences qu’elle a pu vivre. On comprend néanmoins, à travers toutes les anecdotes qu’elle cite avec humour, à quel point cette jeune femme a su transformer tous les obstacles rencontrés en formidables opportunités, voire en leçons de vie  : à travers le sport d’abord, elle raconte comment la pratique du cross-country à haut niveau (avec une participation au championnat de France à l’adolescence) lui a permis d’aiguiser son esprit de compétition dans des conditions difficiles  ; un mental d’acier qui lui permet à 18 ans de participer au Raid EDHEC, une course par équipe (3 garçons et une fille) de 5 jours, 250km et 10 000m de dénivelés cumulés… C’était la plus jeune participante et elle retient de cette aventure éprouvante physiquement surtout ce formidable esprit d’équipe et cette conviction que rien n’est impossible pour peu qu’on y croit.  

Aller au bout des choses et donner le meilleur de soi-même  : cette recherche d’excellence lui a été transmise par ses parents et Mélanie ne cessera de l’appliquer tout au long de sa vie, à commencer par ses études.
Elle obtient mention très bien au Bac et intègre à 18 ans l’IESEG, une école de commerce reconnue notamment pour sa grande ouverture à l’international. 

Mélanie y découvre l’association ENACTUS qui promeut l’entrepreneuriat social et là, c’est le coup de foudre  : elle se passionne pour tout ce qui tourne autour du développement durable et à impact. Parmi les meilleurs de sa promo, elle pourrait prétendre à rejoindre n’importe quelle université de prestige lors des échanges universitaires mais préfère prendre le contrepied de ses camarades et part au Pérou. Elle veut démontrer qu’«il est possible d’apprendre n’importe où, sans suivre les chemins tout tracés »  ; une expérience passionnante entre découverte de la forêt amazonienne et cours avec l’ancien Ministre de l’environnement du Pérou 

Une passion pour l’entrepreneuriat social

À son retour, elle prend la tête du le Voyages du Club international de l’IESEG et s’occupe d’organiser des voyages pour les étudiants, découvre des pays différents toutes les trois semaines et apprend à s’adapter à toutes les cultures. Dans la foulée, elle participe au concours “VISION 2025 – Imaginez l’école de vos rêves” et s’impose avec son projet audacieux, collaboratif et entrepreneurial basé sur des interactions entre différents écosystèmes. Le premier prix  ? Un voyage pour apprendre les nouvelles façons d’apprendre. Son choix se porte sur l’Inde et son «Barefoot College » qui enseigne «aux grands-mères illettrées comment devenir ingénieures solaires en 6 mois », une expérience étonnante qui la renforce dans sa conviction intime qu’il n’est pas nécessaire de faire de «grandes »  études pour résoudre des problèmes. 

Au fond, elle connait déjà sa vocation  : l’entrepreneuriat social et les écosystèmes associés. Elle débute d’ailleurs une carrière comme consultante junior dans ce domaine. 

Signe du destin, un ami lui fait découvrir le « Impact Hub »  de San Francisco. Elle adore le concept et postule comme stagiaire à tous les Impact Hub du monde entier. AlbertCremonesi et Laura Smitheman, les fondateurs d’Impact Hub Phnom Penh sont parmi les premiers à lui répondre. Elle débarque en 2015 à Phnom Penh, elle n’a que 22 ans et ne connait absolument rien du pays. 

Une formidable aventure commence alors et elle dure encore aujourd’hui. 

Mélanie Mossard
Mélanie Mossard – Une passion pour l’entrepreneuriat social

L’aventure Impact Hub de Phnom Penh

Impact Hub démarre alors modestement ses activités et Mélanie officie comme stagiaire en communication, y impulse sa passion et ses idées novatrices, elle facilite notamment un cours en ligne avec le prestigieux MIT. Elle devient rapidement Community manager, et prépare en parallèle son mémoire de fin d’études avec pour sujet  « la pertinence d’Impact Hub dans l’écosystème entrepreneurial cambodgien  ». 

Pour répondre à cette question, elle se plonge dans la réalité éprouvante du quotidien des entrepreneurs et découvre le potentiel important de l’entrepreneuriat local au Cambodge et l’impact positif qu’il aurait au niveau du pays.  

Elle réalise également qu’il existe alors très peu d’exemples cambodgiens à suivre  : l’entrepreneuriat social au Cambodge étant alors dominé par des ONG étrangères, en quête de pérennité. Mélanie évoque avec émotion l’un des premiers entrepreneurs cambodgiens soutenu par Impact Hub  : Hav Kongngy, le fondateur de «  My Dream Home  » et souligne avec fierté la réussite de celui-ci, malgré des débuts très difficiles 

Aujourd’hui, Mélanie occupe la position de Directrice du soutien aux start-ups au sein d’Impact Hub. Une progression éclair, au sein de l’entreprise, justifiée par des résultats remarquables auxquels Mélanie a largement contribué. Impact Hub a lancé divers programmes soutenus par de nombreux partenaires aussi bien publics que privés (Youth Eco Labs, Toyota Impact Challenge, Hub Entrepreneurs Club, SmartStartSmartsparkUrban Mobility Incubator).
Rien qu’en 201
6-2018, près de 182 start-ups et 377 entrepreneurs essentiellement cambodgiens ont bénéficié de ces programmes dans des secteurs très porteurs tels que la tech, l’énergie, l’éducation ou l’agro-industrie  ; beaucoup ont été distingués dans des compétitions et la plupart visent à avoir un impact sur la société cambodgienne  : environnemental, inclusif ou éducatif. 

Connecter tous ces jeunes talents cambodgiens, leur donner le courage d’entreprendre, les révéler à eux-mêmes, c’est ce qui la fait avancer tous les jours. Enfant du 21ème siècle, elle croit au pouvoir des réseaux.  Pour elle, « il n’est pas possible d’avoir un impact durable de façon isolé, cela nécessite une action collective ». Un engagement qui ne l’empêche pas d’étancher sa soif de curiosité et d’aventures aux quatre coins du monde  en embarquant par exemple pendant 2 semaines dans un train parcourant l’Inde avec 500 des plus brillants potentiels pour refaire le monde ou partir régulièrement découvrir le Cambodge à vélo et rencontrer ses habitants en compagnie de jeunes cambodgiennes qu’elle entraine avec elle. 

Mélanie n’a que 26 ans, les pieds sur terre, la tête dans les étoiles, un talent fou et la vie devant elle pour continuer à inspirer jour après jour des générations d’entrepreneurs, au Cambodge et ailleurs.
Non, le monde n’a pas fini d’entendre parler d’elle.
 

Par Ratana Phurik-Callebaut 

Haut de page