Musique : DJ Maily, première femme DJ au Cambodge

Vatheanith Khun, alias DJ Maily, pétillante, pleine de vie et cheveux roses, a accepté de nous rencontrer pour nous faire découvrir son univers. 25 ans et déjà bien connue au Cambodge, DJ Maily ne se laisse pas impressionner. Après avoir commencé sa carrière en 2013, elle est devenue la première DJ féminine du Cambodge, une fierté pour elle.

CM : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Mon prénom est Vatheanith Khun, mon nom de scène est DJ Maily, j’ai 25 ans, je suis née et j’habite au Cambodge.

CM : Qu’avez-vous effectué comme études ?

Après le lycée, j’ai commencé à travailler en entreprise, j’ai travaillé dur et je suis devenue marketing manager. C’était une expérience géniale, j’ai beaucoup appris.

CM : Pourquoi avez-vous commencé à faire de la musique ?

Au début, je regardais des vidéos sur YouTube et je suis tombée sur des clips de thaïlandaises qui mixaient. Ça m’a vraiment intéressée.
Et je me suis dit « pourquoi je ne pourrais pas aussi devenir DJ ? » Surtout qu’à cette époque, au Cambodge, il n’y avait pas de femme DJ. Je trouvais ça super de pouvoir devenir la première femme DJ du Cambodge. Je me suis dit que si je voulais être DJ, personne ne pourrait m’en empêcher.
J’ai aussi toujours aimé la musique, danser : ce métier était fait pour moi. J’ai donc décidé de quitter mon travail et de vivre ma passion à temps plein.

CM : Quelle est votre source d’inspiration et vos ambitions ?

Je m’inspire de beaucoup d’artistes, de chanteurs divers… Ça me motive de savoir que ma musique va rendre des gens heureux. Je veux devenir une grande DJ. Je commence déjà à être connue au Cambodge mais je ne veux pas me contenter de ça, je veux être reconnue à l’international.

CM : Quel style de musique produisez-vous  ?

Mon style est très ouvert, j’aime tous les types de musique mais ce que j’aime le plus c’est le RnB/Hip Hop.

CM : Connaissez-vous des DJ français ?

 Il y a un DJ français que j’aime tout particulièrement. Il est très connu, il s’appelle DJ Snake et il m’inspire énormément.
J’aime beaucoup également DJ Fly, c’est un disc-jockey hip hop/électro. Il est très performant dans ce qu’il produit.

CM : Comment produisez- vous votre musique ?

Pendant mes lives, je mixe la plupart du temps, je fais aussi beaucoup de mash-up.

DJ MAILY
DJ MAILY sur scène

CM : Est-ce difficile d’être une femme DJ au Cambodge ?

Oui, c’est assez difficile.

Au début, tout le monde se demandait pourquoi je voulais devenir DJ, moi je voulais juste vivre ma passion. Et quand je disais que je voulais devenir une DJ de renommée internationale, tout le monde rigolait, et moi je me disais et je me dis toujours que c’est possible, je vais y arriver.

CM : Jouez-vous uniquement au Cambodge ?

J’ai joué presque partout en Asie, je pense avoir fait dix pays en tout comme la Thaïlande, la Chine, la Malaisie ou encore les Philippines…

CM : Y-a-t-il d’autres femmes DJ au Cambodge ?

Quand j’ai commencé il n’y avait pas du tout de femmes DJ et maintenant il y en a de plus en plus.

Sans prétention, je pense que j’ai pu en inspirer quelque-unes, peut-être, qui n’osaient pas se lancer avant.

CM : Quels sont vos projets pour le futur ?

Je veux m’étendre à l’international, en Asie mais aussi en Europe, j’aimerais devenir très connue et pouvoir rendre les gens heureux grâce à ma musique

Propos recueillis par Eva Marcadé, Photographies par JUPITER ARTISTRY

Haut de page