Gastronomie : Champagne & paillettes, folies dînatoires au Royal Raffles Hôtel

D’aucuns, bien mal informés, imaginent encore la capitale du petit royaume du Cambodge comme une ville sous-développée, fréquentée par les plus débauchés des Occidentaux et les moins fréquentables des Chinois, où les logements sont insalubres, les auberges mal famées, la nourriture porteuse des germes les plus sournois… Mais ceux qui vivent ici ou prennent le temps de visiter la cité de la « colline de la vieille Penh » (Phnom Penh), savent qu’il n’en est rien.

Salle principal du Royal

Un hôtel historique

Parmi les hôtels de luxe, désormais maintenant pléthore, dignes d’héberger les voyageurs les plus exigeants, le Raffles Hotel Le Royal, anciennement Le Royal, est incontournable. Créé en 1929, cet établissement a eu l’insigne honneur de recevoir des personnalités de tout premier plan (Charlie Chaplin, Jackie Onassis, André Malraux…).

Pendant les sombres années qui ont suivi le coup d’État contre le prince Sihanouk en 1970 et jusqu’à la prise de la ville par les Khmers rouges en 1975, il était également le « camp de base » des journalistes du monde entier venus couvrir les événements tragiques qui ont précédé l’autogénocide perpétré par la clique de Pol Pot.

Une offre de restauration diversifiée

Le standing de l’hôtel suppose bien entendu une offre de restauration qui soit à la hauteur. Les affamés peuvent se restaurer en toute simplicité à l’incontournable Elephant Bar ou profiter de l’ambiance décontractée du Café Monivong, mais ceux qui ont des papilles délicates devront plutôt se diriger vers le restaurant gastronomique : Le Royal.

La carte du Royal propose de quoi satisfaire ceux qui ne rechignent pas à la dépense. Ils pourront donner libre cours à leurs libéralités en choisissant différents caviars, foies gras agrémentés de diverses façons, ou encore huîtres d’origines variées.

Si l’on veut éviter une entaille trop large à son budget, on pourra aussi opter pour l’un des multiples choix d’entrées chaudes et froides, soupes, poissons, viandes, plats mijotés, desserts…
Les indécis pourront choisir l’un des deux menus dégustation : le « Khmer Royal Cuisine Tasting Menu » s’ils ont un faible pour les saveurs locales, ou le « Guéridon Tasting Menu » s’ils ne veulent pas démordre de la cuisine occidentale. Ces deux menus peuvent se décliner en trois, quatre ou cinq plats, avec ou sans sélection de vins. La salle est, comme il se doit, décorée avec goût. Pendant le dîner, un bon pianiste crée une ambiance sonore qui contribue au plaisir du dîner.

Quant au service, il est bien entendu irréprochable. Le tableau ne serait complet si l’on omettait de mentionner le déjeuner d’affaires fixe (deux ou trois plats), d’un prix assez abordable, proposé du lundi au vendredi, et l’irrésistible brunch proposé les samedis et dimanches de 12h à 14h30.

Où se rendre ?

Le Royal se trouve au premier niveau de l’hôtel Raffles, à l’angle de la rue 92 et du boulevard Monivong, non loin de l’Ambassade des États-Unis et du Lycée Français René Descartes.

Texte & Photographie par Pascal Médeville

Haut de page