Sihanoukville : Forte hausse des loyers

L’augmentation constante du nombre de ressortissants chinois s’installant à Sihanoukville au cours des deux dernières années a entraîné une hausse des coûts de logement dans la province côtière du sud-ouest, laissant de nombreux travailleurs cambodgiens peinant à joindre les deux bouts alors que les propriétaires profitent de la hausse des loyers.

Des touristes chinois se détendent sur la plage d'Ochheuteal à Sihanoukville
Des touristes chinois se détendent sur la plage d’Ochheuteal à Sihanoukville. Photographie VOA Khmer

Selon les chiffres officiels, près de 78 000 ressortissants chinois vivent actuellement dans la province. Et beaucoup d’entre eux paient maintenant des prix exorbitants pour louer des chambres ou des stands de vente.

Afflux et concurrence

S’adressant au service khmer de RFA, Mo Sopheak, un motodop âgé de 31 ans qui s’est installé à Sihanoukville en octobre dernier déclare que les loyers ont monté en flèche ces derniers mois.

“Avant, je pouvais louer une chambre à 30 dollars par mois, mais la même chambre coûtera aujourd’hui jusqu’à 120 dollars”, annonce-t-il en attendant des clients près du marché de Phsar Leu. “Et pour les endroits proches du marché, le loyer peut être d’environ 400 $ par mois.”

«Les loyers et les prix des repas sont devenus très chers. Je ne peux pas économiser », affirme Mo Sopheak, qui vit maintenant avec son épouse et son bébé dans une maison en tôle ondulée qu’ils partagent avec une autre famille pour les aider à faire face à leurs dépenses. Les revenus de la famille ont également diminué, déclare l’épouse de Mo Sopheak, Sous Davy, 25 ans. « Par le passé, nous pouvions gagner de l’argent», indique-t-elle « Mais maintenant, les Chinois affluent dans notre région et d’autres Cambodgiens viennent ici pour gagner de l’argent, alors mon mari gagne beaucoup moins. »

«Lorsque nous sommes arrivés ici, nous gagnions entre 60 et 70 dollars par jour, mais aujourd’hui ce sont 30 dollars par jour au maximum», indique-t-elle.

Les revenus des propriétaires augmentent

Dans le même temps, la croissance du nombre de migrants et d’investisseurs chinois dans la province a accru les revenus des propriétaires fonciers cambodgiens.

La propriétaire d’un appartement de six pièces situé dans une ruelle du quartier de Khlaing Leu déclare qu’elle louait son bien au prix de 300 $ par mois, mais qu’elle pouvait désormais obtenir beaucoup plus des ressortissants chinois disposés à payer jusqu’à 2500 $ par mois.

« C’est la même chose pour la location d’étals de marché», a déclaré le propriétaire, sous couvert de l’anonymat. “Un stand de vendeur de nourriture peut maintenant être loué à environ 3 000 dollars par mois, et les Chinois ont loué presque tous les stands du marché de Phsar Leu “, ajoute-t-elle.

Un autre chauffeur de taxi, Chuob Nin, 36 ans, affirme que les coûts du logement l’obligent maintenant à dormir dans son taxi la nuit. «Les moustiques me mordent et je développe des éruptions cutanées et j’attrape la grippe pendant la saison des pluies, mais que puis-je faire ? », dit-il. Bien qu’il gagne deux fois plus que dans sa province natale, Takeo, il ne peut toujours pas louer une chambre décente pour vivre et doit prendre des douches dans les toilettes publiques, raconte-t-il..

“Nous, les Cambodgiens, n’avons pas autant d’argent que les Chinois”, déclare-t-il. « Comment pouvons-nous gagner suffisamment d’argent pour gérer nos propres entreprises si nous ne travaillons qu’en tant que domestiques? » « J’aimerais vraiment voir une forte diminution des coûts de notre loyer ! », conclut-il.

Un terrain de jeu

Les investissements chinois ont afflué à Sihanoukville au cours des dernières années, faisant de cette ville balnéaire autrefois somnolente un véritable point de discorde pour les Cambodgiens préoccupés par la pénétration économique de leur pays par la Chine et la criminalité rampante liée à cette immigration massive. Les Cambodgiens fustigent régulièrement de ce qu’ils appellent des pratiques commerciales sans scrupules et des comportements inconvenants d’hommes d’affaires et de résidents chinois.

Gouvernement

Singapour, Las Vegas ou encore Silicon Valley…Ce sont les modèles dont le gouvernement cambodgien déclarait vouloir s’inspirer pour la ville côtière, lors d’une conférence de presse organisée en mars dernier. Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, souhaitait alors transmettre un message aux journalistes locaux en raison du mécontentement face aux investissements chinois massifs et à l’immigration associée à Sihanoukville. « J’ai parcouru les rues de la ville la nuit, c’est tout simplement une photo de Las Vegas », avait-il déclaré, ajoutant que la région deviendra également un centre financier et technologique comme la Silicon Valley ou Singapour.

Opinion – chantier en plein air

Viseth Tith, haut-fonctionnaire au ministère de l’intérieur s’était également largement étendu sur le sujet dans nos colonnes, comparant également Sihanoukville à Las Vegas. « A propos de Preah Sihanouk et de son développement, je pense que nous ne devrons pas paniquer ni tirer de conclusions hâtives sur une situation et une période données ». Le Cambodge est actuellement en transition rapide, il est passé d’un modèle de pays en développement à un système de développement rapide, ajoutait-il, « Sihanoukville est aujourd’hui un grand chantier en plein air, il est évident qu’il ne s’agit plus de la station balnéaire calme et paisible d’antan, où vous pouviez trouver une chambre à 5 dollars et une bière fraîche à 0, 5 dollars ! C’est le prix du développement économique, car le pays doit créer de la richesse et des emplois. »

Sovannarith Keo -RFA Khmer & C.G Cambodge Mag

Haut de page