Siem Reap – Arts – Batia Sarem : Nouvelle exposition de Khvay Samnang avec le danseur contemporain Rady Nget

Ils sont de retour…

Khvay Samnang retourne à Batia Sarem avec le danseur contemporain Rady Nget. La galerie invite le public de Siem Reap à assister à un spectacle unique de Rady, partiellement improvisé et inspiré des deux séries d’œuvres de Khvay Samnang présentées à Batia Sarem: “Où est ma terre?” et “Preah Kunlong”.

Nouvelle exposition de Khvay Samnang avec le danseur contemporain Rady Nget
Nouvelle exposition de Khvay Samnang avec le danseur contemporain Rady Nget

L’événement commence à 18h30. Le spectacle lui-même commencera à 19h30.

A propos de Khvay Samnang

Khvay Samnang, acteur majeur de la scène artistique asiatique contemporaine, est aujourd’hui l’un des artistes cambodgiens les plus reconnus au monde. Né en 1982 à Svay Rieng au Cambodge, il travaille et enseigne à Phnom Penh. Samnang a exposé dans de nombreux pays, notamment au Japon, aux États-Unis, à Hong Kong et en Australie. Ses œuvres ont été exposées au Jewish Museum de New York (2013), au Singapore Art Museum de Singapour (2014) et au Jeu de Paume Museum de Paris (2015). Plus récemment, en 2017, l’artiste a été exposé au Sa Sa Art Project à Phnom Penh, et a été artiste invité à la Documenta 14 (2018) à Kassel et à Athènes. En 2019, une de ses œuvres a été montrée à la Haus der Kunst à Munich.

Vallée d’Areng

La première installation, Preah Kunlong, consiste en une vidéo, des photos et des masques d’animaux. Elle est dédiée à la vallée de l’Areng située dans le sud-ouest du Cambodge, l’une des régions les plus sauvages du pays, habitée par une communauté animiste.

Le chorégraphe et danseur Rady Nget est photographié et filmé portant des masques, exécutant une danse au milieu de paysages immaculés. La deuxième pièce s’intitule Où est ma terre ?,  une installation de photos et une vidéo montrant Rady Nget improvisant une danse autour du Mékong, où des glissements de terrain meurtriers ont eu lieu, conséquences des exportations intensives des sables du fleuve.

Les deux installations sont représentatives du travail de Samnang. L’artiste mène une enquête de terrain minutieuse et quasi anthropologique, qu’il s’agisse d’une dégradation de l’environnement ayant des répercussions sur le Mékong ou de menaces de déforestation liées à la construction d’un barrage aux conséquences multiples pour les communautés locales. Il digère ensuite cette matière première en introduisant de la poésie et de l’humour et en utilisant tout support qu’il juge pertinent, tel que la vidéo, la photographie ou la sculpture.

Utilisation du corps humain

Samnang préfère l’utilisation du corps humain à un discours trop lisible.

L’artiste célèbre constamment la fusion de l’être humain avec ce qui l’entoure. La transe du danseur à Preah Kunlong devient le véhicule de l’unité que l’on retrouve avec l’esprit des animaux de la forêt. Où est ma terre ? la danse improvisée et les poses soulignent de manière accablante la douleur infligée à la rivière et à ses habitants. L’expérience des travaux de Samnang est subtile et sensuelle. C’est l’incarnation et la permanence des âmes, contre les agressions extérieures, que Samnang saisit par des images avec des compositions élaborées, des masques rugueux et ludiques et des vidéos captivantes.

Khvay Samnang est aujourd’hui l’un des artistes cambodgiens les plus reconnus sur la scène artistique internationale. C’est pourquoi la galerie Batia Sarem est fière de présenter ces deux installations remarquables. Le texte de la conservatrice indépendante et critique d’art Caroline Ha Thuc, publié pour la première fois sur le site Web www.cobosocial.com, semble un complément très instructif à l’expérience de la vision de Preah Kunlong.

Samedi 29 juin 2019 de 18h30 à 21h00
Batia Sarem
45 Bamboo street, Siem Reap, Cambodge

Yves Zlotowski, Lyvann Loeuk et Martin Phéline.

Haut de page