Régime préférentiel – USTR : Le Cambodge est également sous la pression américaine

Les États-Unis et l’Union européenne ont acheté au total environ neuf milliards de dollars américains des exportations cambodgiennes en 2018. Parmi celles-ci, environ la moitié ont été expédiés dans le cadre des programmes TSA et SPG.

On en parle moins que de la visite européenne mais le représentant américain au commerce (USTR) et une délégation du département d’État ont conclu le 7 juin une mission de cinq jours au Cambodge.

Employées du textile - Photographie ILO (CC)
Employées du textile – Photographie ILO (CC)

Coïncidence

La délégations a été officiellement envoyée pour “discuter des questions commerciales bilatérales, y compris des normes automobiles, ainsi que de la situation de l’emploi au Cambodge”, indique la page Facebook de l’ambassade américaine au Cambodge.

Toutefois, certains observateurs et journalistes pensent que les délégations étudient la possibilité de retirer le Cambodge du Système généralisé de préférences (SGP) des États-Unis, un système commercial préférentiel qui accorde un statut tarifaire et sans contingent aux exportations des pays en développement. L’USTR, l’agence chargée de conseiller le président des États-Unis sur la politique commerciale, s’interrogerait sur le point de savoir si le régime préférentiel du Cambodge doit être réexaminé en raison de la ”situation médiocre des droits du travail”.

Au cours des deux derniers mois, les désignations SPG de l’Inde et de la Turquie ont été supprimées pour des questions d’accès aux marchés. La délégation américaine est arrivée au Cambodge la même semaine qu’une équipe d’enquête de la Commission européenne et du Service européen pour l’action extérieure. La délégation européenne a été envoyée pour déterminer si le pays peut continuer à bénéficier du programme « Tout sauf les armes » (TSA).

Clients

Les États-Unis et l’Union européenne ont acheté au total environ neuf milliards de dollars américains des exportations cambodgiennes en 2018. Parmi celles-ci, environ la moitié ont été expédiés dans le cadre des programmes TSA et SPG.

Le mois dernier, un groupe d’entreprises internationales impliquées dans le secteur du vêtement au Cambodge – dont Nike, Adidas et Levi Strauss – ont envoyé une lettre au Premier ministre Hun Sen indiquant être préoccupés par la situation des droits de préférences commerciales pour le Cambodge.

Le gouvernement estime que les nouveaux tarifs, si le régime TSA est révoqué, coûteront aux exportateurs environ 700 millions de dollars US par an. Cela entraînerait probablement des dommages plus importants tels une baisse de l’investissement – les fabricants chercheront peut-être à s’implanter ailleurs – les fermetures d’usines, en particulier dans le secteur du vêtement, pouvant entraîner des licenciements massifs et un endettement croissant.

Bien que la Chine ait promis un soutien financier en cas de perte des régimes préférentiels, elle ne peut pas se substituer aux deux principaux marchés d’exportation du pays. La Chine n’achète que 6% des exportations cambodgiennes et principalement des produits agricoles.

En apparence, le Cambodge a beaucoup plus à perdre s’il est exclu du programme TSA de l’UE que du SPG américain. Sur les 5,5 milliards de dollars de biens exportés par le Cambodge vers l’UE l’année dernière, 5,4 milliards de dollars US relevaient du régime TSA. Seulement 720 millions de dollars sur les 3,8 milliards de dollars d’exportation vers les États-Unis l’an dernier ont été expédiés dans le cadre du schéma de préférences généralisées.

Haut de page