Presse – 16e Sommet des médias d’Asie : Débats paisibles à Siem Reap malgré les appels de HRW

16e Sommet des médias d'Asie : Premier atelier sur ''Comment combattre la désinformation''
16e Sommet des médias d’Asie : Premier atelier sur ”Comment combattre la désinformation”

16e Sommet des médias d’Asie

Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, présidera le 16e Sommet des médias d’Asie, qui a lieu cette semaine. Le sommet, organisé par l’Institut pour le développement de la radiodiffusion en Asie-Pacifique, créé sous les auspices de l’UNESCO, se déroule du 10 au 14 juin à Siem Reap.

Selon le site officiel de l’événement, « la conférence offre aux radiodiffuseurs de la région une occasion unique de partager leurs réflexions sur la radiodiffusion et l’information ».

Le porte-parole du ministère cambodgien de l’Information, Mr Meas Sophorn, a déclaré lundi à RFA que l’événement vise à partager des informations sur la manière d’envisager l’avenir des médias – et non sur la situation des médias du pays hôte. “Nous nous concentrerons principalement sur les problèmes techniques dans chaque pays afin de pouvoir apprendre et partager les expériences des uns des autres en termes de mise en œuvre d’un système numérique dans cette quatrième révolution industrielle”, a-t-il déclaré.

Le porte-parole a confirmé que les questions liées à la liberté de la presse et à la liberté d’expression ne seraient pas abordées au sommet. Mais, il a déclaré que le Cambodge avait été choisi par l’Institut pour le développement de la radiodiffusion en Asie-Pacifique pour accueillir l’événement car ”il jouit pleinement de la liberté de la presse et de la liberté d’expression.”

Human Rights Watch proteste

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a déclaré dimanche dans un communiqué de presse détaillé et vindicatif que “la tenue d’une réunion de presse asiatique au Cambodge bafoue la liberté d’expression et la liberté de la presse”. L’ONG basée à New York a appelé les participants au sommet à exiger la fin de la répression des médias par le gouvernement cambodgien. “Les pays participant au Sommet des médias d’Asie, et à l’UNESCO, devraient confronter Hun Sen et demander publiquement à ce que les médias indépendants puissent rouvrir et mettre fin au harcèlement des journalistes”, a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de HRW pour l’Asie. “L’Union européenne et les autres partenaires commerciaux devraient indiquer clairement que l’échec de Hun Sen à renverser sa répression des médias aura un coût.”, a conclu Mr.Robertson

Mr Meas Sophorn a rejeté cette déclaration et affirme que la liberté de la presse au Cambodge est promue et protégée par des lois.

Cependant, d’autres organisations de défense des droits de l’homme se sont fait l’écho de HRW en déclarant que l’événement devrait discuter du déclin de la liberté de la presse et de la liberté d’expression au Cambodge. Sar Mory, cofondateur et vice-président du Cambodian Youth Network, a déclaré que l’ensemble du programme du sommet ne devrait pas être axé sur la révolution numérique et les technologies alors que les propres médias cambodgiens sont encore restreints.

Un événement pouvant devenir très utile

Dans le même temps, Nop Vy, directeur exécutif du Centre cambodgien pour les médias indépendants, a déclaré que le sommet qui se tient au Cambodge ne doit pas donner à penser que la presse est saine au Cambodge. Il a également ajouté que si les parties prenantes ne réglaient pas le problème, le sommet ne représenterait qu’une extravagance de temps et de budget. “Si l’événement peut aider à promouvoir une meilleure amélioration de la liberté de la presse au Cambodge, il devrait alors devenir très utile”, a-t-il déclaré.s. qui donnent au gouvernement le pouvoir de réprimer les médias à sa guise.

S.E Khieu Kanharith, ministre cambodgien de l'Information
S.E Khieu Kanharith (à gauche), ministre cambodgien de l’Information, au 16e Sommet des médias d’Asie

Ministre de l’information

S.E Khieu Kanharith, ministre cambodgien de l’Information, rappelle que ce sommet est l’un des principaux événements internationaux qui offre aux radiodiffuseurs, aux professionnels des médias, aux leaders de l’industrie, aux universitaires, aux chercheurs, aux experts et aux décideurs des médias du monde entier la possibilité de se rencontrer et de débattre de la manière d’améliorer la qualité des médias de concurrence difficile dans la révolution technologique.

«C’est un grand honneur et un grand plaisir pour le Royaume du Cambodge, et en particulier pour le ministère de l’Information, d’accueillir le 16ème congrès AMS à Siem Reap», a-t-il déclaré.

Après les ateliers des deux premiers jours, différents professionnels des médias traditionnels et des nouveaux médias du Cambodge, de la région et au-delà partageront leurs points de vue et échangeront leurs expériences sur la révolution numérique au cours des séances plénières, après la cérémonie d’ouverture de l’AMS qui se tiendra le 12 juin en présence du Premier ministre Hun Sen.

Du 12 au 13 juin, tous les professionnels des médias présents discuteront également des politiques gouvernementales régionales et des progrès accomplis en matière d’adoption de nouvelles technologies sur les marchés en développement et en développement.

Photographies AKP

Haut de page