Oxfam – Social (1) : Pour la reconnaissance des 240 000 travailleurs domestiques du royaume

Selon une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT), le Cambodge recense plus de 240 000 travailleurs domestiques.

Qui sont les travailleurs domestiques ?

Les travailleurs domestiques sont des personnes qui travaillent avec le ménage de l’employeur. Ils effectuent divers services ménagers pour un particulier ou une famille. Leur travail va de la prise en charge des enfants et des personnes âgées à charge, à l’entretien ménager. Les travailleurs domestiques ne sont actuellement pas encore admissibles aux régimes de la Caisse nationale de sécurité sociale car ils ne sont pas encore couverts par la loi sur le travail au Cambodge de 1997.

Pour la reconnaissance des 240 000 travailleurs domestiques du royaume
Jeune employée de maison à Phnom Penh

Le Cambodge a commémoré le 16 juin la Journée internationale des travailleurs domestiques avec la participation d’environ 250 personnes, notamment des travailleurs domestiques, des vendeurs ambulants, des représentants des employeurs, ainsi que des officiels du gouvernement royal du Cambodge. Les débats ont essentiellement porté sur la situation des travailleurs domestiques et leurs problèmes, en particulier sur la protection sociale.

Journée Internationale des employées de maison

Organisé conjointement par Oxfam, le Solidary Center et l’association Independent Democracy of Informal Economy Association, le forum ” visait a faciliter les interactions entre toutes les parties impliquées dans le secteur afin de formuler des suggestions et envisager des solutions futures à initier par les acteurs politiques concernés ”, rapporte le communiqué de presse.

« Nous célébrons chaque année la Journée internationale des employées de maison pour promouvoir les droits à la protection sociale de tous les employés de maison au Cambodge. Il s’agit aussi de soutenir notre effort de plaidoyer en faveur d’une reconnaissance accrue de la nécessité de les inclure dans les régimes de protection sociale comme les autres travailleurs », a déclaré Mme Solinn Lim, Directrice national d’Oxfam au Cambodge. Selon elle, « investir dans les services de soins pour les femmes ainsi que dans la protection sociale des employés de maison signifie que le Cambodge investit dans leur potentiel pour faire progresser l’économie cambodgienne et réaliser son ambition d’être un pays à revenu intermédiaire élevé . »

Selon Oxfam, les revenus des travailleurs domestiques représentent une proportion économique importante de ceux des ménages cambodgiens, contribuant ainsi à l’éradication de la pauvreté. « Les revenus des employées de maison contribuent à améliorer leur situation économique et celle de leurs familles. Ces revenus préparent les membres de la famille à faire face aux risques et aux éventuels chocs économiques, et les aident progressivement à sortir de la pauvreté », a souligné Mme Solinn Lim. « Mais, sans avoir un accès égal et équitable aux services de protection sociale, ces travailleurs, les femmes en particulier, risquent d’être pris au piège de l’extrême pauvreté », a-t-elle ajouté.

IDEA

M. Von Pov, président d’IDEA, déclare que son association encourage depuis 2005 des changements positifs dans les conditions de travail du secteur : “Actuellement, IDEA coordonne un réseau local de travailleuses domestiques le Cambodian Domestic Workers Network. L’ambition de cette démarche est d’entamer un dialogue constructif avec les agences gouvernementales concernées et les employeurs afin de mieux faire reconnaître leurs droits et leur permettre d’accéder ainsi à la protection sociale et à des conditions de vie décentes”.

« Les emplois domestiques ont la même valeur que les autres types de travail et méritent donc un accès égal aux systèmes et aux services de protection sociale. », conclut-il.

Accès à la protection sociale

Travailleuse domestique elle-même depuis plus de dix ans, Mme Von Kimsry membre d’IDEA, défend activement le principe de meilleures conditions de travail et l’accès aux services sociaux pour tous les travailleurs domestiques au Cambodge. Fière de son travail, elle aide d’autres de ses collègues à comprendre leurs droits au travail décent, à la liberté d’association et à la participation à une activité syndicale. « Je vais bien maintenant, mais j’ai besoin d’aider d’autres personnes qui ont besoin de soutien, comme pour moi dans le passé », déclare Mme Von Kimsry, âgée de 38 ans, qui travaille comme employée de maison depuis l’âge de 18 ans. Elle s’occupe aujourd’hui d’enfants dans une maison privée à Phnom Penh.

A l’image des autres femmes de l’économie informelle, les employées de maison sont particulièrement exposées aux risques d’insécurité du revenu et de santé en raison de la discrimination, des conditions de travail parfois peu sûres et précaires, des revenus souvent bas et instables, avec un accès limité à la liberté d’association.

Oxfam exhorte le gouvernement royal du Cambodge à ratifier la Convention no 189 de l’OIT (1) sur le droit des travailleurs domestiques et à prendre les mesures nécessaires pour soutenir la mise en œuvre afin que le gouvernement puisse réaliser ses objectifs de développement durable, et son ambition de devenir un pays à revenu intermédiaire d’ici 2030, et un pays à revenu élevé d’ici 2050.

Gouvernement

En janvier dernier, Chhun Hak, directeur général de l’égalité des sexes et de l’autonomisation économique des femmes au ministère des Affaires féminines, déclarait que le gouvernement avait pris note de ces préoccupations et préparait des mesures pour remédier à ces problèmes : « Nous discuterons de ce problème et d’autres, tels que les soins de santé et la sécurité, afin de trouver des moyens de les résoudre. »

A l’occasion de la 133ème Journée internationale du travail cette année, Le Premier ministre Hun Sen avait déclaré : « Le gouvernement coopère avec l’OIT et d’autres partenaires de développement pour atteindre les objectifs de développement durable de l’ONU, et de devenir un pays à revenu intermédiaire supérieur à 2030 et un pays à revenu élevé d’ici 2050. »

Il avait ajouté qu’il espérait que le gouvernement continuerait à faire respecter les lois visant à promouvoir le secteur de l’emploi au Cambodge, en mettant un accent particulier sur l’économie informelle afin que ces travailleurs puissent bénéficier de la sécurité et des avantages dont bénéficient les acteurs du secteur formel.

” Le gouvernement doit renforcer la protection sociale et les avantages pour les travailleurs de l’économie informelle, car ils ne bénéficient pas encore de ces avantages, cela fait partie de nos objectifs “, avait-il conclu.

(1) La Conférence du travail de l’OIT a adopté la Convention 189 concernant le travail décent pour les travailleurs domestiques, également appelée Convention sur les travailleurs domestiques, le 16 juin 2011. Cette convention reconnaît que le travail domestique est un travail comme les autres et que ces travailleurs ont droit à des conditions de travail décentes.

Haut de page