Histoire : Décès de John Gunther Dean, ambassadeur américain lors de la chute de Phnom Penh

Dans une interview accordée à Associated Press à l’occasion du quarantième anniversaire de la chute de Phnom Penh en 2015, Mr. Dean avait déclaré que les États-Unis « avaient abandonné le Cambodge et l’avaient remis au boucher ».

Sur cette photo prise le jeudi 19 mars 2015, l’ancien ambassadeur des États-Unis au Cambodge donne une interview à Associated Press à Paris, en France.
Sur cette photo prise le jeudi 19 mars 2015, l’ancien ambassadeur des États-Unis au Cambodge donne une interview à Associated Press à Paris, en France.

Eagle Pull

John Gunther Dean, ambassadeur des États-Unis affecté au Cambodge avant la prise de contrôle de Phnom Penh par les Khmers rouges en 1975, est décédé ce mois-ci dans sa maison de retraite en France. Il avait 93 ans.

Le porte-parole de l’ambassade américaine au Cambodge, Arend Zwartjes, a confirmé mercredi la mort de Dean, déclarant : “nous sommes attristés d’apprendre le décès de l’ambassadeur Dean et honorons ses services en tant qu’ambassadeur au Cambodge et dans quatre autres pays”.

Dean a été ambassadeur des États-Unis au Cambodge de 1974 à avril 1975 pendant la République khmère.

Évacuation

Le 12 avril 1975, l’ambassade des États-Unis à Phnom Penh ferme ses portes lors de l’opération Eagle Pull visant à évacuer les diplomates et le personnel. Cinq jours plus tard, Phnom Penh et tout le pays tombent sous le régime des Khmers rouges qui entraînera la mort d’au moins 1,7 million de Cambodgiens. La scène symbolique de l’opération Eagle Pull s’est déroulée alors que Dean portait le drapeau de l’ambassade avec lui pendant l’évacuation – une scène qui symbolise le retrait de l’Amérique à la fin de cette seconde guerre d’Indochine.

Dans cette photo du 12 avril 1975, l’ambassadeur des États-Unis au Cambodge, John Gunther Dean, porte le drapeau américain de l’ambassade des États-Unis au Cambodge alors qu’il arrive à la base aérienne de Utapao en Thaïlande après l’évacuation de Phnom Penh.
Dans cette photo du 12 avril 1975, l’ambassadeur des États-Unis au Cambodge, John Gunther Dean, porte le drapeau américain de l’ambassade des États-Unis au Cambodge alors qu’il arrive à la base aérienne de Utapao en Thaïlande après l’évacuation de Phnom Penh.

Dans une interview accordée à Associated Press  en 2015, M. Dean avait déclaré que les États-Unis « avaient abandonné le Cambodge et l’avaient remis au boucher ».

«J’ai échoué», a-t-il déclaré à AP lors de l’interview de 2015 sur l’évacuation. “J’ai tellement essayé. J’ai emmené autant de personnes que je pouvais, des centaines, je les ai emmenées, mais je ne pouvais pas sortir toute la nation. “

M. Dean a ensuite décrit cet épisode comme le pire jour de sa vie, liant le retrait américain à la mort d’environ 1,7 million de Cambodgiens sous le règne de Pol Pot. « Vous devez maintenant comprendre, “Je suis né en Allemagne et ai souffert de l’oppression nazie”, Comment pouvais-je remettre un peuple au boucher ? »

Selon l’AP, M. Dean et son personnel ont quitté l’ambassade vers 9 h 45. Ils ont été conduits à dix pâtés de maisons d’un terrain de football où les Marines ont transporté par hélicoptère près de 300 ressortissants américains, cambodgiens et de pays tiers vers un porte-avions en attente.

M. Dean a été le dernier à monter dans l’hélicoptère. Une photo sur la couverture de Newsweek le montrait arrivant sur une base militaire en Thaïlande avec le drapeau de l’ambassade, le dernier vestige de la puissance américaine au Cambodge, enveloppé dans une feuille de plastique transparente et serrée sous son bras.

Il a ensuite servi avec l’UNESCO en tant qu’envoyé spécial au Cambodge, contribuant à rétablir les liens internationaux avec le pays, qui a marqué le début des réformes démocratiques au début des années 90. Mais, l’administration Bush a décliné sa demande de restitution du drapeau de l’ancienne ambassade à Phnom Penh, ce qu’il espérait être un acte de réconciliation.

Une fuite

Phay Siphan, porte-parole du gouvernement cambodgien, a décrit l’évacuation de l’ambassade en 1975 comme une «fuite». “Nous nous souvenons de l’époque comme d’un souvenir misérable et nous partageons ses remarques sur ses divergences avec la politique américaine à l’égard du Cambodge de 1970 à 1975, qui a entraîné des guerres au Cambodge”, a déclaré Phay Siphan.

Après le Cambodge, Dean a été nommé ambassadeur au Danemark, au Liban, en Thaïlande et en Inde. Il était originaire d’une famille juive en Allemagne, avant de fuir aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Remords

Youk Chhang, directeur du Centre de documentation du Cambodge a déclaré que le souvenir de Dean restera étroitement lié à une lettre d’un leader clé de la République khmère, Sirik Matak, faisant part de sa déception face au retrait des Etats-Unis. Sirik Matak, architecte du «coup d’État» de 1970 qui a introduit le régime de la République khmère, aurait été exécuté lorsque les Khmers rouges ont pris le contrôle de Phnom Penh.

Toutefois, les efforts de Dean pour aider les réfugiés cambodgiens vivant dans des camps à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge au cours des années 1980 ont été vains, avance Ear Sophal, professeur agrégé de diplomatie à l’ Occidental College, basé à Los Angeles.

« L’Ambassadeur Dean a tenté de faire amende honorable en aidant les réfugiés cambodgiens et en favorisant la réconciliation », ajoute Ear Sophal. « L’Ambassadeur Dean restera dans les mémoires comme un homme honorable qui a courageusement essayé. Si le Cambodge avait un ”cimetière du Mont Sion” comme Jérusalem où est enterré Oskar Schindler, l’ambassadeur Dean devrait également y reposer. ”

Avec VOA Khmer

Haut de page