CamAdapt : Un projet pour aider les communautés cambodgiennes de pêcheurs à s’adapter au changement climatique

Un projet quinquennal appelé CamAdapt, qui vise à aider les communautés de pêcheurs côtiers et les écosystèmes de quatre provinces côtières – Kampot, Kep, Koh Kong et Preah Sihanouk – à s’adapter au changement climatique, devrait commencer début 2020.

Pêcheries au Cambodge
Pêcheries au Cambodge. Photographie WorldFish (cc)

Le projet est financé à hauteur de 4,35 millions de dollars US par le Fonds pour les pays les moins avancés du Fonds pour l’environnement mondial, a déclaré lundi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture au Cambodge. L’adaptation au climat et la résilience dans les communautés tributaires de la pêche côtière au Cambodge (CamAdapt) seront mises en œuvre par la FAO au Cambodge et par l’Administration des pêches du Ministère de l’environnement.

Projet

Les écosystèmes côtiers et marins cambodgiens, y compris les forêts de mangrove, les récifs coralliens, les marais salants et les estuaires, sont tous extrêmement importants pour le développement économique du Cambodge ainsi que pour les moyens de subsistance des communautés locales, qui dépendent fortement des pêches et des ressources côtières.

Cependant, les communautés de pêcheurs côtières du pays font partie des plus vulnérables en raison de leur forte dépendance aux ressources naturelles, de leur exposition directe aux vecteurs du climat (tempêtes, élévation du niveau de la mer et modification des régimes de précipitations), de la pauvreté en général, de l’éloignement et de la marginalisation. Les femmes ont même moins d’options d’adaptation, car elles ont généralement moins d’influence sur les décisions.

CamAdapt
Préparation de pâte de poisson. Photographie WorldFish (cc)

Il existe toute une gamme de mesures politiques, juridiques et techniques, ainsi que d’investissements visant à soutenir le développement côtier et la gestion des écosystèmes. Cependant, les stratégies de réponse actuelles se concentrent principalement sur les causes profondes et les défis de la dégradation de l’environnement et sur d’autres facteurs socio-économiques ne prenant pas en compte les futurs changements climatiques. Sans financement supplémentaire pour générer des modèles d’adaptation efficaces, établir des cadres de soutien et autonomiser les communautés vulnérables, les défis et les coûts anticipés pour les résoudre augmenteront avec le changement climatique.

CamAdapt

Le projet «Adaptation au climat et résilience dans les communautés dépendant de la pêche côtière au Cambodge», ou «CamAdapt», contribuera à relever ces défis en mettant en œuvre des mesures d’adaptation appropriées, et en renforçant les initiatives existantes en matière de gestion des pêches et des zones côtières. CamAdapt soutiendra les efforts des communautés dépendant de la pêche côtière dans leur effort d’adaptation au changement climatique.

Plus de 130 officiels et experts ont participé aux quatre ateliers provinciaux organisés en mai dernier pour valider le projet CamAdapt.

Adhésion

M. Oum Kosal, représentant adjoint de la FAO au Cambodge, a souligné que CamAdapt s’aligne pleinement sur la stratégie de la FAO au Cambodge, qui vise à contribuer à l’éradication de la pauvreté, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition, tout en progressant vers la gestion durable des ressources naturelles du pays. Il a ajouté que les changements climatiques avaient des effets négatifs sur les écosystèmes de la pêche, de l’aquaculture et des écosystèmes côtiers, et que des interventions futures seraient nécessaires pour améliorer les moyens de subsistance des populations et leur résilience, en particulier pour les communautés de pêcheurs.

des interventions futures seraient nécessaires pour améliorer les moyens de subsistance des populations et leur résilience
des interventions futures seraient nécessaires pour améliorer les moyens de subsistance des populations et leur résilience. Photographie WorldFish (cc)

Les quatre ateliers provinciaux ont fourni une plate-forme de discussion sur divers aspects, notamment les problèmes communs liés aux écosystèmes et aux moyens de subsistance côtiers, les impacts du changement climatique, les activités proposées pour l’adaptation au changement climatique, les mécanismes de coordination (y compris les cadres de gestion de projet proposés par CampAdapt), etc… l’expertise multisectorielle, a permis d’identifier des interventions pratiques d’adaptation au changement climatique en fonction des spécificités du contexte et des enseignements tirés d’initiatives de développement antérieures.

Intervenants

M. Thay Somony, Directeur du Département du développement de l’aquaculture de l’Administration des pêches, a reconnu que le changement climatique reste un défi pour la pêche, l’aquaculture et l’écosystème côtier. Les interventions de développement devraient rechercher des moyens de renforcer les activités aquacoles afin de réduire la pression exercée sur le stock naturel et de répondre à la demande alimentaire. Il a appelé à une forte collaboration entre le gouvernement, le secteur privé et les partenaires de développement afin d’améliorer le développement de l’aquaculture et l’innovation pour soutenir les communautés de pêcheurs.

M. Sreng Sophal, Directeur adjoint du Département de la conservation des zones marines et côtières du ministère de l’Environnement, a souligné que le changement climatique affecte les récifs coralliens. La pénurie d’eau douce pour la consommation dans les communautés côtières est également le résultat d’une longue sécheresse. Il a également évoqué le problème de la concentration de micro-plastiques sur la côte qui affecte l’environnement aquatique et la santé humaine.

S.E Ken Sotha, gouverneur de la province de Kep, a confirmé que Kep figure parmi les destinations écotouristiques les plus attrayantes, avec une bonne protection de l’environnement et un développement industriel très limité. Il a mis en exergue le “Parc des fonds marins” comme exemple de l’engagement du Gouvernement royal du Cambodge en faveur d’un environnement sain, d’un développement touristique durable et de la protection des ressources naturelles.

S.E Pel Kosal, gouverneur adjoint de la province de Kampot, a indiqué que l’administration de la province a pris des mesures fermes pour protéger les zones côtières tout en contrôlant les activités d’investissement privé afin d’assurer un équilibre approprié entre la protection des ressources naturelles et le développement économique. Il a souligné l’impact du changement climatique à travers l’exemple de la réduction de la production de sel à Kampot.

S.E Chhin Seng Nguon, sous-gouverneur de Preah Sihanouk, a souligné que les leçons tirées des projets précédents profiteront à de nouveaux projets tels que CamAdapt et soutiendront son succès. Certains problèmes ont déjà été abordés dans des projets antérieurs et CampAdapt devrait examiner les lacunes et prévoir des interventions pour surmonter les échecs du passé.

S.E Orn Phirak, sous-gouverneur de la province de Koh Kong, a évoqué des problèmes auxquels l’administration provinciale est confrontée, tels que le manque d’eau douce pendant la saison sèche ; la demande croissante en électricité ; et la hausse des prix des terrains. Il a souligné que les autorités provinciales prennent des mesures pour contrôler les empiétements illégaux de terres dans les zones protégées. S.E Phirak a noté que l’élimination inappropriée des déchets solides, à la fois à terre et en mer, demeure l’un des problèmes essentiels à Koh Kong.

Les ateliers de validation provinciaux ont réussi à mobiliser un soutien solide pour le projet. Il y a eu un grand enthousiasme, une implication et un engagement qui démontrent une volonté de prendre les mesures nécessaires pour permettre aux communautés de pêche côtières de s’adapter au climat.

Source FAO

Haut de page