Tout Sauf les Armes – Textile : Les importateurs expriment à nouveau leur inquiétude

Les importateurs étrangers de textiles et de chaussures cambodgiens expriment à nouveau leur inquiétude dans une lettre adressée au gouvernement la semaine dernière.

Textile : Les importateurs expriment à nouveau leurs inquiétudes
Textile : Les importateurs expriment à nouveau leurs inquiétudes. Photographie ILO (cc)

Dans cette lettre adressée le 2 mai au premier ministre cambodgien Hun Sen, diverses grandes entreprises notamment Nike, Gap Inc. et Levi Straus demandent au gouvernement cambodgien de prendre des mesures pour répondre aux critiques internationales concernant concernant son bilan en matière des droits de l’homme.

« Nous sommes préoccupés par le fait que la situation du travail et des droits de l’homme au Cambodge pose un risque pour les préférences commerciales du Cambodge » déclarent les signataires de la lettre. Bon nombre de ces signataires avaient déjà fait part de leurs préoccupations « par de multiples voies auprès du gouvernement », déclarent-ils. Ils précisent qu’une lettre envoyée le 1er novembre 2018 contenant des recommandations n’a reçu jusqu’ici aucune réponse.

« Nous avons hâte d’avoir de vos nouvelles et de travailler avec vous pour assurer un avenir brillant aux travailleurs cambodgiens et à l’économie cambodgienne dans son ensemble », précise la nouvelle lettre.

Des solutions appropriées

« Si ces clients cessent de nous acheter nos produits, nos exportations en souffriront », a déclaré Rong Chhun, président de la Confédération cambodgienne des syndicats. « Nous allons perdre des centaines de milliers d’emplois et le Cambodge sera en situation très difficile », a-t-il ajouté.

S’adressant à RFA Khmer, Ath Thon, président de la ”Coalition of Cambodian Apparel Workers’ Democratic Union”, exhorte le gouvernement cambodgien à chercher des ” solutions appropriées ” pour répondre aux demandes des acheteurs de textile, affirmant que les entreprises étrangères préoccupées par la situation des droits au Cambodge ne cesseront pas d’exiger des réponses.

En février, l’Union Européenne a annoncé le lancement d’une période de contrôle de six mois pour déterminer si les exportations cambodgiennes devraient continuer à bénéficier d’une entrée en franchise de droits sur le marché européen dans le cadre du régime Tout Sauf les Armes (TSA).

Le marché asiatique, nouveau pivot commercial du Cambodge ?

Devant la perspective de perdre les avantages douaniers des marchés européen et nord-américain, le Premier Ministre Hun Sen semble se tourner vers ses partenaires asiatiques et surtout vers la Chine.

Li Keqiang, Premier ministre chinois, s’est dit clairement disposé à aider « Le Cambodge en partie grâce à des investissements supplémentaires dans ce pays ». Le premier ministre Hun Sen a également affirmé que le responsable du Parti communiste chinois au pouvoir, Wang Huning, lui avait assuré lors d’une réunion que la Chine avait mené des études sur l’impact d’une suspension de l’initiative TSA, et qu’elle n’aurait « pas d’impact sérieux ».

La Banque mondiale et la Banque Asiatique de Développement ont toutefois déclaré dans des rapports récents que la suspension de l’initiative TSA constituait un risque majeur qui pourrait avoir un impact négatif sur les perspectives économiques du Cambodge cette année en ralentissant la croissance des exportations.

Par le service khmer de la RFA. Traduit par Samean Yun & Hugo Bolorinos

Haut de page