Tourisme – Loisirs : Siem Reap, Angkor : Nouvelle destination des Phnompenhois

Se rendre à Angkor pour quelques jours de repos commence à devenir une habitude pour les Phnompenhois et les habitants des grandes villes du royaume. Et ces trois journées chômées en hommage à l’anniversaire du roi Norodom Sihamoni n’ont pas dérogé à cette règle.

Siem Reap, Angkor : nouvelle destination des Phnompenhois
Siem Reap, Angkor : nouvelle destination des Phnompenhois

Prise d’assaut

Auparavant, Siem Reap attirait les touristes cambodgiens seulement pour les festivités du nouvel an. Depuis l’année dernière, à chaque long weekend, la ville est littéralement prise d’assaut par des milliers de voitures principalement immatriculées à Phnom Penh. Alors pourquoi Siem Reap et pas ailleurs ? Plusieurs raisons à ces transhumances régulières ; la première étant le désamours récent des Cambodgiens pour Sihanoukville, particulièrement effrayés par le tarif des hôtels. Mais pas seulement !

Un petit tour sur quelques sites de réservations en ligne permet de comprendre l’ampleur du phénomène. À Kompong Som, on trouve très peu d’hôtels à moins de 100 dollars la nuit et les moins chers tournent autour de 50 dollars la nuit pour la période de ces congés. Sans petit déjeuner compris ! Par contre, il suffit de changer Sihanoukville par Siem Reap et des établissements de luxe avec piscine proposent des suites, petits déjeuners compris à moins de 30 dollars ! Ainsi le choix est vite fait.

Concurrence

Pourquoi de tels prix ? La réponse de quelques hôteliers interrogés est toujours la même : la concurrence et l’absence de touristes étrangers en cette très basse saison amène à casser les prix. « Il faut mieux remplir trois nuits pour un total de 60 dollars que de rester désespérément vide », explique un hôtelier anglais qui désire garder l’anonymat. Et de poursuivre : « le tourisme à Siem Reap a beaucoup changé ces dernières années et si le tourisme de masse principalement asiatique explose, l’individuel occidental stagne alors que le nombre d’hôtels continue d’augmenter. Les grands gagnants sont les grosses structures, alors que les petites peinent à joindre les deux bouts.

Ajoutez à cela une concurrence féroce dans le domaine de établissements de charme et vous comprendrez que tout le monde tente d’attirer à lui le chaland lorsqu’il se présente ». Le site de réservation en ligne ”expédia” montre une énorme majorité d’hôtels qui proposent des chambres entre 60 et 80% moins chers que leur prix habituel. De 160 USD la nuit, on passe ainsi à un peu moins de 40 dollars !

Evolution

En cet étouffant mois de mai, Siem Reap est dramatiquement désert et la plupart des établissements de moins de trente chambres tournent seulement entre 10 et 15 pour cent de taux de remplissage sur la totalité du mois. « Le tourisme cambodgien évolue. Auparavant, ils s’entassaient dans des guesthouses bon marchés. Désormais ils recherchent les établissements avec du charme, une piscine et un restaurant. Et à Siem Reap, ce n’est pas ce qui manque », explique Sopheak, propriétaire de l’agence de voyage éponyme située en centre ville.

Une autre raison de cet afflux de touristes locaux réguliers est le charme indéniable de la ville, ses nombreux restaurants bon marchés, ses animations et surtout, sa proximité avec les temples, gratuit pour les Cambodgiens.

Les seuls à ne pas apprécier cette soudaine affluence sont les rares touristes étrangers. « Je suis venu visiter Angkor en croyant qu’il n’y aurait personne. J’ai passé une heure dans le tuktuk pour rejoindre mon hôtel depuis Angkor hier, bloqué des embouteillages monstres. Et aux abords des temples, c’est un cauchemar, il y a des voitures partout ! », se plaint Nicolas, un touriste français résident aux USA.

Le bonheur des uns fait parfois le malheur des autres…
F.A.

Haut de page