Royauté : Le roi Norodom Sihamoni assiste à la célébration du 25e anniversaire du CIC-Angkor à Paris

Le roi Norodom Sihamoni est parti jeudi dernier en France pour assister à la célébration du 25e anniversaire du CIC-Angkor .

Le roi Norodom Sihamoni assistera à la célébration du 25e anniversaire du CIC-Angkor à Paris
Le roi Norodom Sihamoni assistera à la célébration du 25e anniversaire du CIC-Angkor à Paris

Le monarque a été salué à son départ de l’aéroport international de Phnom Penh par le président de l’Assemblée nationale, Samdech Héng Samrin ; le président du Sénat, Samdech Say Chhum ; le Premier ministre Hun Sen ; des officiels et des membres de la famille royale.

Sa Majesté le Roi restera en France jusqu’à ce dimanch et, pendant son absence, Samdech Say Chhum assume les fonctions de chef de l’Etat par intérim.

Création

A rappeler qu’après l’inscription d’Angkor sur la Liste du patrimoine mondial le 14 décembre 1992, le CIC-Angkor a été créé en décembre 1993. Co-présidé par la France et le Japon, cet organisme est un outil international de coordination de l’assistance fournie par différents pays et organisations pour la sauvegarde et le développement du site historique d’Angkor. La création du CIC-Angkor était l’une des conditions exigées par l’UNESCOl pour accepter le site d’Angkor sur la Liste du patrimoine mondial.

Le CIC-Angkor se réunit eux fois par an afin d’assurer un suivi régulier de toutes les opérations menées sur le site avec l’assistance de quatre experts ad hoc dans le domaine de la préservation et de l’archéologie et trois dans le domaine du développement durable.

Selon l’UNESCO…

…Ce Programme international se distingue par son approche novatrice, associant étroitement les opérations de sauvegarde aux efforts en matière de développement durable…Angkor est ainsi devenu en 25 ans, un laboratoire vivant faisant la preuve du potentiel du tourisme durable, de l’artisanat, de la pleine mobilisation des communautés locales pour la cohésion sociale…

…Un modèle de réussite

…L’expertise scientifique spécialement créée par le CIC-Angkor permet de coordonner les efforts de diverses disciplines dans des domaines tels que la restauration, la conservation ou la recherche en aidant les architectes, ingénieurs, archéologues à échanger des informations et des méthodes de recherche qui ont notamment résolu la stabilisation structurale des monuments d’Angkor.

La vitalité de ce gigantesque site représente un modèle de développement durable qui fait vivre 700 000 habitants et attire quelque cinq millions de visiteurs dont il faut gérer le flux chaque année. Les autorités du parc, mènent plusieurs projets destinés à améliorer la vie des communautés par la mise en oeuvre d’un tourisme durable et respectueux de la sensibilité locale. Consultant la société civile dans toutes les phases de développement du site, chaque projet est géré par un comité directeur constitué des représentants du secteur privé, des résidents, ainsi que le clergé bouddhiste, très actif sur le site.

Le fait qu’un projet d’une telle ampleur ait pu être mené à bien dans un pays en développement, tout juste sorti de plus de deux décennies de conflit en 1992, atteste du potentiel remarquable de la Convention du patrimoine mondial et de la solidarité internationale animée par l’UNESCO.

Haut de page