Rhona Smith – ONU : ”Malgré certaines préoccupations, je me félicite de certains signes d’ouverture”

Au cours d’une conférence de presse organisée à l’issue de sa visite de onze jours au Cambodge, Rhona Smith, rapporteuse spéciale pour les droits de l’homme au Cambodge, a déclaré que des réformes positives, des résolutions concernant les terres et la protection des réseaux sociaux avaient été constatées. Mais, selon elle, la liberté de réunion et les droits politiques des citoyens restent une préoccupation.

Rhona Smith, rapporteuse spéciale pour les droits de l’homme au Cambodge
Rhona Smith, rapporteuse spéciale pour les droits de l’homme au Cambodge lors de la conférence de presse de jeudi dernier –  Photographie AKP

Au cours de sa septième visite au Cambodge pour évaluer la situation des droits de l’homme au Cambodge, Mme Smith a rencontré plusieurs ministres, dont le ministre de la Justice, Ang Vong Vathana, le ministre des Affaires étrangères, Prak Sokhon, le ministre de la Gestion des Terres, Chea Sophara, et le ministre de l’Intérieur, Sar Kheng. Elle a également eu des entretiens avec de hauts responsables de l’Autorité nationale de lutte contre la drogue, le Comité cambodgien des droits de l’homme et l’Unité de lutte contre la corruption.

Améliorations

”Je pense qu’il y a eu des améliorations dans certains domaines des droits de l’homme au Cambodge depuis ma dernière visite, et je me félicite de certains signes d’ouverture et de volonté, par exemple, de s’engager avec la société civile pour tenter de régler les problèmes d’accès à la justice et aux droits de l’homme. ”, a déclaré Mme Smith.

Opposition et Kem Sokha

Mme Smith a affirmé qu’elle était au courant des mesures prises par les autorités au sujet des 80 anciens membres et responsables élus du CNRP au niveau sous-national, citant plusieurs citations à comparaître pour quelques dizaines d’entre eux. “De telles actions à mon avis ne sont pas propices au renforcement des droits politiques et de l’espace démocratique…j’ai des inquiétudes à cet égard. Et, j’espère qu’il y aura une nouvelle ouverture pour la culture politique au Cambodge basée sur le dialogue et le respect mutuel.”, a-t-elle déclaré.

Mme Smith a également exprimé son opposition au maintien en détention de Kem Sokha et demande à nouveau la libération de ce dernier et la conclusion rapide de l’enquête, ou l’abandon des poursuites. ”Je regrette de n’avoir pu obtenir la permission pour rencontrer… Kem Sokha. Et, le juge d’instruction n’a pas pu me rencontrer non plus. Je suis une experte indépendante nommée par le Conseil des droits de l’homme et je devrais pouvoir rencontrer des personnes en détention n’importe où au Cambodge.”, a ajouté l’experte de l’ONU.

La rapporteuse spéciale a également demandé que les charges retenues contre deux anciens reporters de Radio Free Asia soient abandonnées.

Conférence de presse
Conférence de presse

Gouvernement

Phay Siphan, porte-parole du gouvernement, a rejeté les propos de Mme Smith, affirmant qu’elle n’est pas satisfaite de la «paix et de la stabilité politique» au Cambodge. “Elle ne valorise pas la paix et la stabilité que le Cambodge a obtenues avant les élections et le jour du scrutin jusqu’à présent. Les citoyens sont pourtant très satisfaits de cela », a-t-il déclaré. Concernant l’affaire Sokha, le porte-parole a invoqué un motif politique : ‘C’est une affaire relevant purement du tribunal et je pense que les ONG du pays “servent des objectifs politiques”.

Conclusion

”Je pense que le gouvernement a réellement pris en compte un certain nombre de domaines concernant les droits de l’homme fondamentaux. Et, j’en ai discuté avec les officiels pour examiner les droits de l’homme et augmenter le nombre d’indicateurs pour atteindre les objectifs de développement. S’ils travaillent à la réalisation des objectifs de développement, cela contribuera à intégrer et renforcer les principes des droits de l’homme au bénéfice de tous.”, a conclu Rhona Smith.

Haut de page