ONU – Rhona Smith : ”J’estime que je devrais avoir le droit de rencontrer Kem Sokha”

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits de l’homme au Cambodge, Rhona Smith, a déploré mardi que le gouvernement cambodgien lui ait refusé la permission de s’entretenir avec le leader de l’opposition politique Kem Sokha.

Rhona Smith : ''J'estime que je devrais avoir le droit de le rencontrer Kem Sokha''
Rhona Smith : ”J’estime que je devrais avoir le droit de le rencontrer Kem Sokha”

Kem Sokha, dirigeant du Parti du sauvetage national cambodgien interdit, est placé en résidence surveillée à Phnom Penh après avoir été libéré de prison le 10 septembre 2018, un an après son arrestation pour des accusations de trahison.

.«Je trouve dommage qu’en tant qu’expert indépendant nommé par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, de ne pas pouvoir accéder aux lieux de détention et de rencontrer des détenus», a déclaré Smith à des journalistes après une réunion avec le directeur du Comité des droits de l’homme du Cambodge Keo Remy.

«Kem Sokha est toujours détenu, même s’il n’est pas directement dans une prison, ses libertés sont limitées», a-t-elle déclaré, ajoutant : «J’estime que je devrais avoir le droit de le rencontrer et d’avoir une réunion confidentielle avec lui. “

Chin Malin, porte-parole du ministère cambodgien de la justice, a renvoyé à la décision du juge d’instruction qui a rejeté sa demande. “Le juge a déjà décidé qu’elle ne pourrait pas rencontrer Kem Sokha car l’affaire est en attente d’enquête”, a-t-il déclaré.

Meng Sopheary, l’une des quatre avocats de la défense de Kem Sokha, a déclaré que les visites de Smith ne devraient pas perturber une enquête. “Un accusé a le droit de rencontrer des ONG même s’il est détenu”, a-t-elle déclaré, ajoutant : “En tant que rapporteuse des États-Unis, elle devrait pouvoir rencontrer Kem Sokha.

Samean Yun & Eugene Whong – RFA Khmer

Haut de page