ONU – Pauline Tamesis – Gouvernement : Atteindre ensemble le Programme de développement durable à l’horizon 2030

Nous vous proposons de larges extraits du discours de Mme Pauline Tamesis, coordinatrice résidente de l’ONU, à l’occasion de la récente rencontre entre le Premier ministre cambodgien Hun Sen et les représentants des agences onusiennes opérant au Cambodge. Si la lecture peut sembler un peu longue, malgré les larges coupes effectuées, le discours de la coordinatrice permet d’avoir un aperçu très complet des interventions de l’ONU, parfois décriées à tort, dans de nombreux domaines clés du royaume. Cela permet aussi de constater que l’ONU reste un partenaire absolument essentiel dans les ambitions gouvernementales de devenir un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d’ici 2030. 

Pauline Tamesis (au centre). Photographie AKP
Pauline Tamesis (au centre). Photographie AKP

”…L’équipe de pays des Nations Unies est reconnaissante d’avoir l’occasion de rencontrer le Premier ministre Samdech Hun Sen à l’occasion de notre dialogue annuel. Le dialogue de cette année revêt une importance particulière pour la famille des Nations Unies au Cambodge, car aujourd’hui, nous signons également, en votre présence, le prochain Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement sur cinq ans…”

Plan-cadre des Nations Unies

”…Le nouveau cadre s’appuie sur le partenariat de longue date entre l’Organisation des Nations Unies et le Gouvernement royal du Cambodge. Au cours des cinq prochaines années, l’ONU appuiera de manière stratégique les priorités de développement nationales, telles qu’énoncées dans la Stratégie rectangulaire IV, le projet de Plan de développement stratégique national 2019-2023 et le Cadre des objectifs de développement durable pour le Cambodge. Nous reconnaissons en particulier le rôle du Conseil pour le développement du Cambodge tout au long du processus de préparation de notre cadre de coopération.

Audace

”…Le Cambodge a pris des mesures audacieuses pour accélérer sa transition vers les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d’ici 2030, et pour devenir un pays à revenu élevé d’ici 2050. La rapidité du développement au Cambodge offre de grandes opportunités à la majorité de ses citoyens. Dans le même temps, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 plaide de manière convaincante pour l’inclusion et la durabilité afin de répondre à l’impératif de ne laisser personne de côté….”

En janvier, l’examen périodique universel du Cambodge et les préparatifs en vue de la progression volontaire de l’examen national des objectifs de développement durable et, plus important encore, du suivi de ces processus, offrent une formidable opportunité de partager la remarquable histoire de développement du pays à l’échelle mondiale.

Ils sont également une occasion de réfléchir aux défis qui restent à relever pour le pays et de mettre en évidence un soutien qui pourrait être utile aux populations les plus vulnérables du Cambodge. Pour aller de l’avant, il faudra peut-être accorder une attention prioritaire à l’équilibre entre la croissance économique et la protection de l’environnement, la protection des droits de l’homme et la promotion d’objectifs sociaux, afin de protéger les pauvres des chocs économiques, de partager équitablement la prospérité et de faire bénéficier les générations futures. à partir des décisions d’aujourd’hui sur la façon dont les ressources sont gérées….”

la récente rencontre entre le Premier ministre cambodgien Hun Sen et les représentants des agences onusiennes opérant au Cambodge
La récente rencontre entre le Premier ministre cambodgien Hun Sen et les représentants des agences onusiennes opérant au Cambodge

Soutien

”…Le Cambodge a des objectifs ambitieux d’accélérer la croissance et d’atteindre le statut de pays à revenu élevé d’ici 2050. Le Programme 2030 soutient la vision du Cambodge, et les objectifs de développement durable contribuent à orienter les progrès futurs vers la réduction des vulnérabilités et l’accroissement de la durabilité.

Dans le cadre du nouveau Plan cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement, l’ONU fournit un soutien financier et technique au gouvernement royal pour élaborer et mettre en œuvre des plans, des politiques et des cadres permettant de hiérarchiser les problèmes touchant les plus vulnérables. Pour y parvenir, l’ONU accélérera son soutien à la production et à l’utilisation de données nécessaires pour savoir qui sont les personnes vulnérables, où elles se trouvent et quels sont leurs besoins, pour que «personne ne soit laissé pour compte».

Société civile

”…L’expérience des Nations Unies montre que l’inclusion des voix de la société civile est un catalyseur pour un développement sain et des institutions saines. En disposant de l’espace nécessaire pour exprimer leurs besoins et exprimer leurs droits, les citoyens et les organisations représentatives peuvent apporter aux décideurs politiques des informations concrètes sur les solutions à leurs problèmes. Dans le même temps, un environnement inclusif offre aux citoyens la possibilité d’informer les autorités de la qualité et de l’efficacité des services qu’elles reçoivent. Les principes des droits de l’homme aident à guider et à promouvoir de bonnes relations entre les citoyens et les autorités.

Nous nous félicitons des efforts déployés par le gouvernement royal pour créer des plates-formes de dialogue avec la société civile et les ONG. L’ONU a déjà offert son soutien à ce processus et se tient prête à compléter des efforts tels que la mise en œuvre du cadre de responsabilité sociale, du service de guichet unique et d’autres innovations de la fonction publique qui renforcent l’interface entre le gouvernement et les citoyens.

En nous concentrant sur l’amélioration de la prestation de services dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l’éducation, de l’eau et de l’assainissement, ainsi que sur le renforcement de la protection sociale et la promotion de la couverture maladie universelle, nous aidons le gouvernement royal à être plus réactif et efficace pour atteindre les plus défavorisés et les habitants du Cambodge, tant dans les zones rurales que dans les villes.

Pour aider à faire en sorte que davantage de Cambodgiens et de générations futures tirent parti de la croissance, l’ONU collaborera avec ses partenaires pour élargir les perspectives économiques et promouvoir un mode de vie durable…”

Réforme et inclusion

”…Le gouvernement royal a mis en place un cadre solide pour la réforme, le développement et la prospérité partagée. De ce fait, la croissance économique et l’industrialisation du Cambodge ont créé des emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les jeunes et les femmes. Toutefois, la croissance économique doit reposer sur le savoir pour offrir des perspectives à long terme et de bons emplois reposant sur une éducation et de meilleures compétences, et non sur des coûts bas. Les investissements du Cambodge dans l’éducation et la participation économique des femmes ont non seulement réduit les inégalités entre les sexes, mais ont également accéléré la croissance économique.

Dans le prochain plan-cadre des Nations unies pour le développement, nous viserons d’abord à ce que davantage de personnes aient un travail décent et des compétences appropriées dans les secteurs traditionnels tels que le tourisme, l’agriculture, la foresterie, la pêche et le vêtement, mais également dans les industries émergentes telles que le commerce électronique, les énergies renouvelables énergie et l’économie circulaire. Deuxièmement, l’ONU contribuera à améliorer la productivité économique en soutenant les réformes institutionnelles et en collaborant avec les entreprises pour favoriser l’innovation et la technologie afin de réussir dans une économie numérique, respectueuse de l’environnement et verte. Troisièmement, nous soutiendrons les mesures visant à rendre la croissance plus inclusive en garantissant aux travailleurs un environnement propice à l’accès à la justice et aux mécanismes de réclamation, à la prévention de la discrimination et de la violence à l’égard des femmes et des enfants, et en encourageant la participation et le leadership des femmes et des jeunes dans la société…”

Croissance durable

”…La croissance économique doit également être durable sur le plan environnemental pour préserver les ressources naturelles du Cambodge. Le gouvernement royal a pris des mesures énergiques à cet égard, notamment en désignant 41% du pays comme zone protégée. Il est possible de tirer parti de cette force grâce à une réforme de la législation et de la réglementation, et en particulier à l’application des lois existantes. Des mesures telles que l’utilisation accrue de l’énergie solaire peuvent non seulement atténuer les risques liés au climat et à la santé, mais également améliorer la stabilité de l’approvisionnement en énergie et stimuler davantage la croissance économique. L’ONU est prête à intensifier sa coopération avec le gouvernement royal dans ce domaine.

Pour promouvoir un mode de vie durable, l’ONU collaborera avec les communautés, le secteur public et le secteur privé pour gérer les terres et les ressources naturelles de manière plus durable, améliorer l’accès à une alimentation saine, abordable et diversifiée, améliorer la sécurité de l’alimentation et de l’eau, faire face aux catastrophes et au climat, changer et protéger l’environnement. Pour permettre ces changements, l’ONU se concentrera sur le renforcement de la mise en œuvre des mesures politiques et réglementaires.

Aider les villes

”…Pour aider les villes à générer une croissance économique inclusive et durable, l’ONU participera à la gestion de l’urbanisation. Premièrement, l’ONU travaillera avec les groupes marginalisés pour faire en sorte que leurs voix soient entendues, dans la manière dont les villes sont conçues et fonctionnent. Deuxièmement, l’ONU soutiendra les autorités urbaines pour qu’elles fournissent de meilleurs services urbains. Troisièmement, l’ONU aidera à collecter des données et à améliorer les lois et les politiques, afin de promouvoir les espaces verts, les logements abordables, de réduire la pollution et de fournir de meilleurs moyens de transport…”

Sur la croissance inclusive et le développement durable

”…Avec le gouvernement, l’ONU a amélioré la productivité agricole et les exportations. Trois exemples pour illustrer :

Premièrement, en collaboration avec le secteur de la pêche, l’aide de l’ONU au développement de la chaîne de valeur, la création de la première usine de transformation conforme aux normes internationales de sécurité des aliments, ainsi que l’amélioration des relations commerciales, ont permis d’élargir le marché intérieur de 35% avec une marge bénéficiaire supérieure de 5% par rapport aux exportations. Parallèlement à la modernisation des installations de traitement, l’ONU a également amélioré les compétences des travailleurs, dont 84% de femmes. Forte de son succès, l’ONU, avec l’appui de partenaires, intensifiera ses efforts pour renforcer le secteur de la pêche au Cambodge, en créant 16 000 emplois supplémentaires et de nouveaux marchés.

Deuxièmement, dans le secteur du manioc, l’ONU collabore avec le ministère du Commerce à l’amélioration des chaînes de valeur du manioc. Les efforts des Nations Unies ont contribué à une augmentation des exportations d’amidon de manioc et à la création de partenariats avec le secteur privé, qui ont stimulé de nouveaux plans d’investissement d’un montant de 150 millions de dollars.

Notre travail dans les secteurs de la pêche et du manioc est prometteur et nous permet également de mieux comprendre comment mobiliser le secteur privé pour les objectifs de développement durable. Nous explorerons plus d’opportunités pour faciliter les partenariats public-privé qui génèrent non seulement des bénéfices, mais également des impacts sociaux et environnementaux.

Le troisième exemple a à la fois amélioré la productivité et sauvé des vies grâce au soutien de l’ONU dans le déminage des mines terrestres et des restes explosifs de guerre. Ensemble, nous avons déminé 48 km2 de terrain contaminé par les mines, désamorcé 4 862 mines antipersonnel, 81 mines antichar et 8 318 restes d’explosifs de guerre éliminés en toute sécurité afin d’aider 20 581 ménages à accéder en toute sécurité à leurs terres…”

Environnement

”…Nous avons également appuyé l’engagement du gouvernement à protéger l’environnement. L’ONU a aidé à élaborer des politiques et des outils pour la gestion durable des ressources naturelles et la conservation de la biodiversité, tels que le code de l’environnement et le premier programme d’action national de lutte contre la dégradation des sols. L’ONU a également soutenu un plan d’action et d’investissement visant à préserver plus de sept millions d’hectares d’aires protégées et a investi dans une agriculture intelligente face au climat et dans de petites infrastructures rurales résilientes au climat….”

Sur le développement social, la protection sociale et le développement du capital humain

”…Dans le précédent plan-cadre des Nations unies pour le développement, notre engagement dans l’élaboration du cadre politique national de protection sociale et notre soutien au Conseil national de la protection sociale ont permis d’accroître le budget de l’assistance sociale, notamment le lancement prévu du nouveau programme de transferts monétaires pour les femmes enceintes et les enfants de moins de deux ans, les repas scolaires et les bourses d’études, ainsi que le programme d’allocation d’invalidité.

Afin de réduire la malnutrition, l’appui des Nations Unies a permis de réduire de 8,4% le nombre de cas de malnutrition aiguë sévère dans six districts des provinces du nord-est, illustrant ainsi le profond impact qu’un investissement ciblé peut avoir. À cet égard, nous félicitons le gouvernement royal d’avoir augmenté les allocations budgétaires nationales destinées à lutter contre la malnutrition. Malgré les améliorations, il est possible d’accélérer les progrès vers la lutte contre la faim et l’amélioration de la nutrition. L’ONU soutient la reconnaissance par le gouvernement de la nutrition en tant que domaine d’investissement essentiel pour accélérer les progrès dans la réalisation des objectifs de développement durable. Nous continuerons de collaborer avec le Conseil du développement agricole et rural et ses membres à cet égard…”

Santé

”…En matière de santé, notre partenariat avec le gouvernement a permis de faire de grands progrès dans la promotion de la couverture maladie universelle et dans la réduction de la mortalité maternelle. La lutte contre le VIH a également beaucoup progressé. Avec l’appui des Nations Unies, les nouvelles infections à VIH ont diminué de 63% entre 2010 et 2017, et le Cambodge a la couverture de traitement du VIH la plus élevée de la région Asie-Pacifique. Les efforts visant à élargir l’accès des personnes vivant avec le VIH à la carte d’équité chez les populations vulnérables aident également les plus difficiles à atteindre…”

Education

”…En ce qui concerne l’éducation, avec l’appui de l’ONU, le taux de scolarisation primaire est maintenant proche de 98%. Nous nous félicitons de l’importance accordée par le gouvernement à l’éducation, comme en témoigne l’allocation croissante du budget national. Ensemble, nous poursuivrons nos efforts pour améliorer la qualité de l’éducation, améliorer la rétention et l’apprentissage…”

Sur la gouvernance et les droits de l’homme

”…L’ONU a soutenu le projet de loi sur l’accès à l’information et l’élaboration d’un projet de code de conduite pour les agents publics. Nous avons poursuivi notre soutien à la mise en œuvre des réformes judiciaires, notamment à la rédaction de la politique d’aide judiciaire. Nous félicitons le gouvernement pour l’adoption de la loi tant attendue sur la justice pour mineurs, dont la mise en œuvre est désormais une priorité.

L’ONU a également travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement pour améliorer la vie des personnes handicapées. La coordination sectorielle s’est améliorée, avec la mise en place de mécanismes pour les personnes handicapées dans 19 ministères et des conseils provinciaux de lutte contre le handicap.

Conformément à l’engagement pris par le Gouvernement en faveur de l’égalité des sexes, l’ONU a aidé à soutenir la première politique du Cambodge en faveur de l’égalité des sexes. Pour lutter contre la violence sexiste, l’ONU a soutenu la mise en œuvre d’un plan d’action national à multiples facettes visant à prévenir la violence à l’égard des femmes.

Les Nations Unies ont également contribué à renforcer la gouvernance du marché du travail, notamment dans le secteur du textile. En ce qui concerne le règlement des litiges et les recours, l’ONU a contribué au renforcement des capacités des conciliateurs nationaux et des mécanismes de plainte pour les travailleurs migrants.

Nous avons travaillé avec le gouvernement pour améliorer les droits fonciers des communautés autochtones. Il est possible de faire plus, étant donné que de nouveaux cas continuent de se produire dans un contexte d’urbanisation rapide et de pression croissante sur les terres et les ressources…”

Atteindre ensemble le Programme de développement durable à l’horizon 2030

”…En réfléchissant aux réalisations remarquables du gouvernement royal en matière de développement économique et social, nous reconnaissons, entre autres, que la forte appropriation nationale appuyée par des investissements inscrits au budget est l’un des éléments essentiels du succès du Cambodge. C’est peut-être une bonne occasion pour moi d’expliquer pourquoi les réformes du système de développement des Nations Unies créent les conditions permettant d’atteindre ensemble le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Le Programme 2030 et les objectifs de développement durable sont ambitieux et stimulants. Cela exige une nouvelle façon de répondre à nos défis mondiaux communs. Cela exige des réponses intégrées, des compétences et des connaissances nouvelles et améliorées, ainsi que la cohérence des mesures prises par divers groupes de parties prenantes – gouvernements, parlements, société civile, secteur privé, universités, organisations internationales, entre autres.

Approche régionale

Fondamentalement, les réformes constituent une nouvelle génération d’équipes de pays des Nations Unies, dirigées par un système de coordonnateurs résidents indépendant et doté de pouvoirs, et appuyées par une approche régionale revitalisée. La résolution historique adoptée par les 193 pays le 31 mai 2018 donne le mandat nécessaire au Secrétaire général et au système des Nations Unies pour qu’ils s’acquittent de leurs responsabilités collectives afin de rendre l’ONU apte à soutenir le Programme 2030.

La première étape visible des réformes a consisté à séparer les fonctions du coordonnateur résident des Nations Unies de celles du représentant résident du PNUD. Le coordonnateur résident des Nations Unies relève désormais du Secrétaire général et est directement lié au secrétariat des Nations Unies à New York.

En accordant la priorité aux réformes, le Secrétaire général «a replacé le développement au centre des travaux de l’Organisation sur la base des droits et de la prise de conscience que des investissements judicieux dans le développement durable sont à la base de sociétés pacifiques et prospères accès à des opportunités pour tous, sans nuire à la planète.

Mme Pauline Tamesis, coordinatrice résidente de l’ONU au Cambodge

Haut de page