Interview – Cinq questions : Mu Sochua, ”il faut plus de femmes en politique, et des sanctions ciblées”

Dans une interview plutôt nuancée, la leader de l’opposition exprime, sans surprise, son point de vue sur le gouvernement actuel, explique les raisons qui l’ont amené à entrer en politique, appelle de nouveau à des sanctions contre le gouvernement, et lance un appel pour plus de femmes actives en politique et pour sa relève.

Mu Sochua est la chef adjointe du Parti national du sauvetage du Cambodge (PNSC) et l’une des femmes politiques les plus connues du Cambodge. La semaine dernière, un tribunal cambodgien a émis des mandats d’arrêt à l’encontre de huit membres éminents du parti d’opposition en exil, dont Sochua (1).

Mu Sochua est la chef adjointe du Parti national du sauvetage du Cambodge (PNSC) et l'une des femmes politiques les plus connues du Cambodge
Mu Sochua est la chef adjointe du Parti national du sauvetage du Cambodge (PNSC) et l’une des femmes politiques les plus connues du Cambodge

”La série de cinq questions” est une tribune permettant aux universitaires, aux responsables gouvernementaux, aux dirigeants de la société civile et aux praticiens de la politique étrangère d’analyser en temps opportun les nouveaux développements en matière de promotion de la femme dans le monde.

Mu Sochua a consacré sa vie à la promotion des droits des femmes et de la démocratie en Asie du Sud-Est. En 2017, elle a fui le Cambodge dans le cadre d’une action judiciaire à l’encontre des dirigeants de l’opposition. Sochua a continué à se battre pour son pays et envisage maintenant un retour au Cambodge. La semaine dernière, un tribunal cambodgien a émis des mandats d’arrêt à l’encontre de huit membres éminents du PNSC , dont Sochua.

Q : Pendant la majeure partie de votre jeunesse, vous avez vécu en exil aux États-Unis. Qu’est-ce qui vous a incité à retourner au Cambodge et à vous lancer en politique ?

J’ai toujours pensé que ce sont les circonstances politiques qui m’ont poussé à prendre des décisions pour moi-même et pour mon peuple. Je suis parti en exil en 1972, parce que c’était soit rester chez soi et vivre avec les communistes, soit aller à l’étranger et s’instruire. Pour moi, rentrer chez moi n’était pas une question. Il était de mon devoir de travailler et de parler au nom de mon peuple. Et je me prépare maintenant à rentrer chez moi avec le soutien de mes collègues.

Q : En 2017, vous avez quitté le Cambodge. Néanmoins, pendant votre exil, vous avez continué à défendre les valeurs démocratiques au Cambodge. Quelle est la situation actuelle au Cambodge et comment espérez-vous que d’autres se joignent à vous dans votre combat ?

En contradiction flagrante avec les libertés démocratiques accrues dans la région, depuis les récentes élections en Indonésie aux réformes démocratiques en Malaisie, le Cambodge est devenu inconstitutionnellement une dictature à parti unique. Le chef de l’opposition Kem Sokha a été arrêté arbitrairement et le parti d’opposition interdit, certains médias réduits au silence, les droits de l’homme violés et les droits des citoyens non respectés.

Aujourd’hui, environ la moitié des Cambodgiens ont accès à un téléphone intelligent. Alors chaque jour, je vais en direct sur les médias sociaux pour transmettre un message à la population. Nous devons rapporter sur ce qui se passe sur le terrain. Il est important que nous suivions les actualités et que nous nous exprimions en leur nom. Il faut que les médias internationaux rendent compte de ce qui se passe sur le terrain – ils ne devraient pas attendre qu’il y ait du sang dans les rues pour rendre compte de ce qui se passe.

Chaque recul démocratique au Cambodge devrait faire la une des journaux, sinon le monde l’oubliera. Ensuite, des gouvernements tels que les États-Unis devraient imposer des sanctions ciblées aux représentants du gouvernement cambodgien. Enfin, les Cambodgiens doivent être très clairs sur ce que nous voulons. Nous voulons des élections libres et équitables. Nous voulons la libération de nos dirigeants et de nos prisonniers d’opinion. Nous voulons que le Cambodge revienne sur ses rails.

Q : Vous avez des diplômes en psychologie et travail social. Avant de vous lancer en politique, vous avez travaillé comme organisateur communautaire. Qu’est-ce que votre travail en tant qu’organisateur vous a appris et comment a-t-il éclairé votre agenda politique?

Au cours de ma vie, j’ai vécu des expériences qui m’ont exposé aux réalités des autres et qui ont façonné ma compréhension du monde. Par exemple, en tant qu’étudiante dans la région de la baie de San Francisco, j’ai travaillé comme interprète pour les premières vagues de réfugiés cambodgiens à venir dans la région. C’était un travail incessant, parce que leurs histoires restent dans votre cœur et dans votre esprit.

Mais j’ai réalisé qu’ils ne devraient pas être traités comme des victimes, car ils ne sont pas que des réfugiés. Ce sont des êtres humains et des survivants qui ont besoin d’un moment de paix pour se reconstruire. Cette expérience m’a appris à quel point il est important de respecter la dignité et les droits de l’homme des personnes, et ces valeurs ont été au centre de mes préoccupations politiques.

Q : Tout au long de votre carrière, vous avez lutté pour les droits des femmes. Vous avez été la première femme ministre des affaires féminines au Cambodge, un poste auparavant toujours occupé par un homme! Pouvez-vous expliquer pourquoi l’autonomisation des femmes est un élément central de votre travail ?

Je suis entrée en politique en 1995. En tant que militante des droits des femmes, j’ai été inspirée par le discours de la première dame Hillary Clinton à la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Beijing. Dans son discours, Mme Clinton a appelé les gouvernements à autonomiser les femmes et à promouvoir leurs droits fondamentaux. Au gouvernement, j’ai parlé de la vie quotidienne des femmes cambodgiennes et de la problématique mondiale des femmes.

Au Cambodge, un proverbe dit: «Les hommes sont de l’or et les femmes sont des pièces de drap blanc». L’idée est que les hommes, comme l’or, peuvent être souillés et nettoyés, alors que les femmes souillées sont souillées à jamais. En tant que ministre des Affaires des femmes et des anciens combattants, je voulais changer la façon de penser des Cambodgiens. Nous avons donc remplacé le proverbe par: «Les hommes sont de l’or et les femmes des pierres précieuses.»

Dès que les gens ont commencé à penser que les femmes étaient tout aussi valables, il était plus facile de défendre leurs droits fondamentaux. Nous avons rédigé et adopté une loi contre la violence domestique, négocié un accord avec la Thaïlande pour lutter contre la traite à des fins sexuelles et instauré un dialogue national entre les femmes des zones rurales et leur développement.

Q : Quel conseil donneriez-vous aux femmes qui cherchent à promouvoir l’égalité et à sauvegarder la démocratie au Cambodge ?

Entrez dans la politique. Dans le monde entier, il n’y a pas assez de femmes en politique. La politique doit être définie par l’action dans les rues. Je regarde le mouvement # MeToo aux États-Unis et je me dis: «Waouh! Comment pourrions-nous faire un mouvement cambodgien #MeToo? »Les femmes cambodgiennes sont toujours, toujours en première ligne à chaque manifestation – c’est un hommage à leur courage et aux sacrifices qu’elles ont consentis. Nous avons besoin que nos femmes, surtout les plus jeunes, se lancent dans la politique et prennent ma place.

(1) La Cour municipale de Phnom Penh a délivré des mandats d’arrêt à l’encontre de huit membres éminents du CNRP en exil: Sam Rainsy, Mu Sochua, Ou Chanrith, Eng Chhai Eang, Men Sothavarin, Long Ry, Tob Van Chan et Ho Vann. Les accusations portées contre eux sont conspiration pour trahison et incitation à commettre un crime.

Meighan Stone, chercheuse au sein du programme Femmes et politique étrangère, et Rebecca Hughes, chercheuse associée ont contribué à l’élaboration de cet article. Cet article est reproduit sous la licence CC et ne reflète que les opinions exprimées par leurs auteures. Pour des raisons de clarté et de lisibilité, le texte a été très légèrement réduit.

Haut de page