Alumni – Portrait : Vinarith Ngo, je ne me vois pas vivre ailleurs qu’au Cambodge

Vinarith Ngo, 28 ans, est revenu s’installer au Cambodge fin 2015 après avoir effectué des études d’ingénieur à Paris.

Vinarith Ngo lors du Salon de la Construction
Vinarith Ngo lors du Salon de la Construction

Q : Pouvez-vous vous présenter ? Quelles sont vos origines ?

Je m’appelle Vinarith Ngo, je suis né à Paris de parents Cambodgiens. J’ai effectué ma scolarité au lycée Français René Descartes de Phnom Penh. Et, je suis revenu au Cambodge en 1995.

Q : Qu’avez-vous suivi comme études supérieures ? Où ?

Après avoir obtenu mon baccalauréat, je suis retourné à Paris pour effectuer une école d’ingénieur, l’Efrei, pendant cinq ans. Durant mon cursus j’ai eu l’occasion de voyager, j’ai notamment pu découvrir les Etats-Unis (Californie), et la Chine, à Guangzhou et Shanghai. J’ai aussi effectué un stage au Cambodge, à la Banque Nationale du Cambodge.

Q : Quel a été votre premier emploi ?

À la fin de mon stage de fin d’études, j’ai eu la chance d’intégrer la banque BNP Paribas à Paris, en tant que chef de projet informatique. Mon rôle était de mettre en oeuvre et coordonner les développements informatiques d’outils utilisés en agences (2200 agences), développements réalisés depuis le Maroc par un sous-traitant. Après deux années, j’ai décidé de retourner au Cambodge.

Q : Pourquoi avez-vous choisi de revenir au Royaume ?

J’ai décidé de revenir m’installer au Cambodge fin 2015, tout d’abord car ma famille est ici. Et, c’est au Cambodge que j’ai grandi et où je me sens chez moi. En arrivant j’ai travaillé pour un business familial, dans une plantation de mangue. Par la suite je me suis rendu compte que le Cambodge était un pays en plein essor, et que je ne me voyais pas vivre ailleurs.

Q : Pensez-vous qu’avoir effectué vos études en France vous ai aidé à trouver plus facilement du travail au Cambodge ?

Sûrement, mais je pense surtout que je dois mon emploi actuel à mon profil : je suis Français et Cambodgien, né en France et ayant grandi au Cambodge, je parle aussi bien Khmer que Français, et j’ai aussi un bon niveau d’anglais. La double culture est un réel avantage.

Q : Que faites-vous actuellement ?

Depuis quelques mois je suis business developer pour Octopus Asia Pacific Cambodia (ou OAPCL) qui est une entreprise de distribution au Cambodge fondée en 2014. Nous représentons un ensemble de marques chacune reconnue dans son domaine.

Par exemple, nous sommes les distributeurs de la marque française Legrand, un des leaders mondiaux des produits et systèmes électriques et numériques du bâtiment, mais aussi Somfy, une autre marque française, spécialisée dans la domotique.

Nous représentons également le groupe ASSA ABLOY, numéro 1 mondial de la serrurerie ; l’entreprise espagnole Zelnova Zeltia, fabriquant de produits de désinsectisation domestiques, industriels et hôteliers ; ELEK, entreprise française basée au Vietnam spécialisée dans la conception et la production de produits d’éclairage.

Depuis le début du mois d’avril, nous avons ouvert notre premier magasin de vente et d’exposition de nos produits à Siem Reap : A1 HOME.

Q : Qu’aimez-vous dans votre métier ?

C’est un travail intéressant car nous représentons plusieurs marques de différentes industries, donc je dirai que c’est la diversité des domaines de compétences. j’ai beaucoup appris depuis que je suis arrivé dans cette entreprise. De plus c’est un métier qui me fait rencontrer beaucoup de personnes, de différents horizons, différents pays. Mais, ce que j’apprécie vraiment est le fait que l’entreprise soit de taille humaine.

Q : Vous voyez-vous rester au Cambodge dans l’avenir ?

Oui, je me vois faire ma vie au Cambodge, c’est un pays en plein développement, avec énormément d’opportunités à saisir. Cela me plaît de contribuer à l’essor de mon pays.

Propos recueillis par Eva Marcadé

Haut de page