Société – Rida : Victimes de la circulation routière, le débat sur la sécurité reprend

Phat Pov avait un rêve.

Durant son enfance dans un village pauvre au nord-est de Phnom Penh dans les années 1980, l’éducation de Pov n’a pas duré très longtemps. Lorsqu’elle a formé une famille avec son mari Dum Vuth, elle s’est engagée de faire en sorte que ses quatre enfants puissent réussir.

«Je voulais vraiment étudier, déclare Pov, 50 ans, à son domicile dans la province de Kandal. «J’ai dit à mes enfants d’étudier beaucoup parce que je n’ai rien à leur transmettre, seulement leur conseiller l’accès à l’éducation.»

Ils ont tous écouté et suivi les conseils de leur mère, y compris la troisième enfant, Rida.

Née en 1996, Rida était une fille obéissante et une étudiante assidue. Elle travaillait sans relâche malgré son environnement modeste pour réussir ses études. Rida a reçu un prix pour son travail en langue khmère au lycée et une bourse dans l’une des universités privées les plus chères de Phnom Penh. Elle devait obtenir un diplôme en sciences politiques en juillet. Mais un événement tragique dans l’après-midi du 26 mars a tout changé.

Drame

Pov était occupée – comme d’habitude – à préparer des citrouilles pour la vente chez elle à Prek Tamak lorsqu’elle a reçu un appel du logeur de Rida à Phnom Penh: Rida a été victime d’un grave accident de la route.

Dum Rida a été tué dans un accident de la circulation le mois dernier à Phnom Penh
Dum Rida a été tué dans un accident de la circulation le mois dernier à Phnom Penh

Rida conduisait lentement sur sa moto Honda Cub lorsqu’elle a atteint un carrefour dans le quartier animé de Tuol Kork à Phnom Penh, non loin de son université. Elle a été heurtée par un SUV à grande vitesse. Rida est décédée sur les lieux de l’accident. «J’étais perplexe et sans voix… Je ne savais pas quoi faire et c’était difficile à croire», se souvient Pov lorsqu’elle elle a appris la mort de Rida.

Rida faisait partie des 513 personnes tuées dans des accidents de la route au premier trimestre de cette année. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, La route a fait  1761 victimes dans le pays l’année dernière. Les autorités annoncent que les accidents coûtent 350 millions de dollars par an au Cambodge.

Kong Ratanak, directeur par intérim de l’Institut pour la sécurité routière du Cambodge, déclare que le royaume pourrait ne pas être en mesure de réaliser l’objectif des Nations Unies – fixé en 2011 – de réduire de moitié les accidents de la route d’ici 2020. «Nous exhortons toujours le public à accorder plus d’attention, à mettre en lumière le problème et à approfondir le débat sur les problèmes … car il semble que le public et les médias considèrent la sécurité routière comme acquise,» affirme-t-il. Mais, ajoute-t-il, la bataille est rude.

Une grande perte

Pour les familles perdant des proches dans des accidents de la route, ces pertes leur coûtent plus que des chiffres, déclare Ratanak.

Pov se concentre sur les bons souvenirs qu’elle a partagés avec Rida, malgré les difficultés. «Je ressens de la pitié pour mon enfant. Elle n’avait rien de bon dans sa vie, ni de la bonne nourriture, ni une vie confortable. Mais elle ne s’est jamais plainte. Elle était parfaite.»

”Cela affecte gravement toute la famille. Elle est mon cœur Elle est le cœur de ses frères et sœurs, de son père. Nous avions placé de grands espoirs en elle. ” Selon Pov, Rida lui aurait dit, juste avant l’accident, qu’elle souhaitait aller à l’école à l’étranger après avoir obtenu son diplôme en juillet. “Elle était proche du succès, mais les choses ont basculé.”

Les parents en deuil, Phat Pov et Dum Vuth, parlent de la douleur d'avoir perdu leur fille, Dum Rida, chez eux dans la province de Kandal
Les parents en deuil, Phat Pov et Dum Vuth, parlent de la douleur d’avoir perdu leur fille, Dum Rida, chez eux dans la province de Kandal

À l’école, une enseignante qui avait décelé le potentiel de Rida durant ses années de lycée a déclaré qu’elle se souvenait de son ancienne élève comme étant curieuse, avisée et comme une étudiante presque parfaite. «Elle avait une très belle personnalité…Je me souviens d’une jeune fille issue d’une famille pauvre, mais très diligente, persévérante et humble», indique Lay Sovanny, ancienne professeur de langue khmère de Rida.

Stratégie

Experts et observateurs appellent à un réexamen de la stratégie d’application de la loi des routes aux tribunaux afin de renforcer la sécurité sur les routes. Le Cambodge a adopté une loi mise à jour sur la circulation routière en 2015 avec des réglementations et des sanctions plus sévères imposées aux conducteurs téméraires, avec l’obligation supplémentaire pour les conducteurs de motos de se munir d’un permis de conduire avant de prendre la route.

À la fin de 2015, le chef de l’Unité anti-corruption, Om Yentieng, a formulé une critique publique rare à propos de la police de la route, se plaignant de mauvaises habitudes qui nécessitent une «brosse de fer» pour être ”nettoyées”.

Les investissements visant à accroître la sécurité routière ont également été remis en question. Kong Ratanak  déclare qu’il est d’accord sur le fait que ce soit un frein aux efforts de répression. «Il est encore à un niveau bas. Je pense que les chances de réussir à réduire le nombre de victimes de la circulation sont très faibles. ».

Sun Chanthol, ministre des Travaux publics et des Transports, parle à des journalistes au ministère des Travaux publics et des Transports à Phnom Penh
Sun Chanthol, ministre des Travaux publics et des Transports, parle à des journalistes au ministère des Travaux publics et des Transports à Phnom Penh

Budget

Lors d’un discours prononcé lors de la réunion trimestrielle du Comité national de la sécurité routière, le ministre des Transports, S.E. Sun Chanthol, a convenu que les investissements dans l’éducation et la mise en œuvre de la sécurité routière étaient trop bas, ajoutant que les 400 000 dollars par an du budget national pour le Comité national étaient “insuffisants”.

«Lorsque nous perdons environ 350 millions de dollars par an et que nous ne pouvons pas disposer de 1 ou 2 millions de dollars pour agir, je pense que nous devrions nous engager à consacrer plus de fonds à la réduction des accidents de la route. ,” a-t-il déclaré.

Il a également appelé à la participation du secteur privé pour  contribuer avec davantage de fonds à la formation régulière de leurs employés.

Avec Aun Chhengpor Sokummono Khan – VOA Khmer

Haut de page