Siem Reap – Nature : Michael Meyerhoff, les animaux appartiennent à la nature

“Le Cambodge est un haut lieu de la biodiversité. Il existe de nombreuses espèces d’animaux dans le pays et certaines sont très rares”, a déclaré Michael Meyerhoff, directeur du Centre pour la conservation de la biodiversité d’Angkor.

Michael Meyerhoff, les animaux appartiennent à la nature
Michael Meyerhoff, les animaux appartiennent à la nature

Le Cambodge est l’un des pays les plus importants pour la conservation, a ajouté M. Meyerhoff.

Fondé en 2003, le Centre pour la conservation de la biodiversité d’Angkor est situé sur le site historique de Kbal Spean, à environ 40 km au nord de la ville provinciale de Siem Reap, sur une superficie de 14 hectares. Le centre abrite plus de 630 animaux de plus de 40 espèces, dont environ 90% sont menacés, en voie de disparition ou gravement menacés.

Cigogne à col de laine (Ciconia episcopus episcopus)
Cigogne à col de laine (Ciconia episcopus episcopus)

Après avoir été sauvés, principalement du trafic illégal d’espèces sauvages, les animaux sont traités en cas de blessures ou de maladies avant d’être relâchés dans la nature, selon le directeur. “Aimer les animaux ne veut pas dire les garder comme animaux de compagnie”, souligne également Michael Meyerhoff. “Les animaux appartiennent à la nature”, affirme-t-il, ajoutant que : “Garder des animaux sauvages comme animaux de compagnie est illégal au Cambodge.”

Civette palmiste (Paradoxurus hermaphroditus)
Civette palmiste (Paradoxurus hermaphroditus)

Le directeur du Centre pour la conservation encourage les Cambodgiens à se montrer fiers de leur faune, de leur environnement et de leurs espèces animales parce qu’elles sont uniques et que certaines sont en voie de disparition ou presque éteintes. “Le Cambodge est un haut lieu de la biodiversité. […] C’est l’un des pays les plus importants pour la conservation”, a-t-il souligné.

Selon M. Michael Meyerhoff, plus de 100 animaux arrivent au centre chaque année, la plupart d’entre eux étant sauvés du commerce illégal d’espèces sauvages. Ils sont examinés et traités pour les blessures et les maladies avant d’être relâchés dans la nature.

Avec  C. Nika & Thach Phanarong – Phnom Penh, Avril 2019 —

Haut de page