Siem Reap – Exposition : Feuille de lotus, de la boue émerge la beauté

Le vernissage de l’exposition « From Mud comes Beauty » (de la boue émerge la beauté) de l’artiste Sara Da Riva à lieu vendredi à l’hôtel Anantara Hotel Resort de Siem Reap. Pour Sara Da Riva, une feuille de lotus est à la fois la toile sur laquelle elle peint et l’objet qui l’inspire de par sa beauté et sa fragilité.

Photo  Polen Ly
Photo Polen Ly

Autour du lotus

« Il y a tout un univers autour du lotus, » dit-elle en entrevue. « J’adore les peindre, j’adore travailler avec plusieurs épaisseurs [de feuilles] et j’adore raconter une histoire dans chaque tableau. Parce que chacun est diffèrent. » Comme les visiteurs pourront le constater lors de son exposition à Siem Reap, chaque œuvre est unique aussi bien du point de vue technique que des couleurs ou de la composition.

Sur chacune tableau, les feuilles sont juxtaposées, leurs surfaces translucides créant une douce luminosité bleue ou verte ou mauve. L’impression créée est d’une beauté mystérieuse et intemporelle.

Photo  Polen Ly
Photo Polen Ly

Tout commence dans l’étang ou des Cambodgiens avec lesquels elle travaille vont cueillir des feuilles de lotus. Puis Mme Da Riva soumet ces feuilles à un processus de préparation qui prend environ deux semaines durant lesquelles elles sont posées sur des « squelettes » de bois de différentes tailles. « toiles » sont ainsi créées en divers formats et épaisseurs de feuilles de lotus. Mais malgré tout ce travail, peindre sur cette surface demandera beaucoup de délicatesse, patience et concentration.

Dans les ateliers qu’elle organise, ses élèves sont habituellement d’Asie sinon des non-asiatiques vivant en Asie qui comprennent le symbolisme d’une feuille de lotus et vont respecter cette matière qui est d’une telle délicatesse, dit-elle. “Le lotus dans la religion bouddhique signifie force,” dit Mme Da Riva. « Un lotus peut pousser au milieu d’ordures et il va malgré tout fleurir…Il peut se trouver au milieu d’un étang plein de sacs de plastic sales et dégoûtants. Et soudain, feuille et fleur de lotus vont apparaître, émergeant de la boue. Le lotus survit à tout et puis fleurit ».

Photo  Polen Ly
Photo Polen Ly

Un chemin inattendu

Originaire du nord de l’Espagne, plus précisément du Pays basque, Mme Da Riva a grandi parmi des architectes et artistes mais a choisi de se spécialiser en pédagogie et éducation des enfants handicapés.

Au Cambodge depuis bientôt 10 ans, elle travailla par l’entremise d’une ONG espagnole au développement de programmes scolaires au Ministère de Education, de la Jeunesse et des Sports. Et aujourd’hui, elle continue de prêter main forte à des ONGs en ce qui a trait à l’éducation.

C’est au Cambodge qu’elle s’est tournée vers les arts. Durant toute son enfance, elle avait entendu ses parents (tous deux architectes) discuter design et lumière, dit-elle. « Ici, je me suis rendu compte que j’aimerais dessiner et peindre. »  Elle habite à Phnom Penh mais compte déménager à Siem Reap d’ici peu.

Photo Polen Ly

Le vernissage de son exposition « From Mud Comes Beauty » se tiendra vendredi de 18 :00 à 21 :00 à l’hôtel Anantara Hotel Resort de Siem Reap. L’exposition se termine le 21 juin.

Haut de page