Presse : Reporters sans Frontières fustige le Cambodge

Un nouveau rapport de Reporters sans Frontières déclasse le Cambodge en raison de son bilan en matière de liberté des médias en 2018.

Reporters sans Frontières fustige le Cambodge
Reporters sans Frontières fustige le Cambodge

Dans son indice de liberté de la presse 2018, le groupe a déclaré que le rapprochement du Cambodge avec la Chine et son détachment vis-à-vis de l’Occident ont conduit à une augmentation des restrictions. Son rang passe à 143 sur 180, indique le rapport. Le document déclare que, à la suite de la répression, les Cambodgiens ne peuvent en grande partie avoir accès qu’aux nouveaux médias provenant de médias approuvés par le gouvernement.

Meas Sophorn, un porte-parole du ministère de l’Information, a rejeté le rapport, affirmant que le Cambodge était un “pays démocratique qui respecte la liberté de la presse”. “Cela contraste donc avec les déclarations de certaines institutions qui ne reflètent pas la réalité du Cambodge”, a-t-il ajouté.

Le directeur du Centre cambodgien pour les médias indépendants, Nop Vy, a déclaré que le rapport reflétait le fléchissement de la liberté de la presse au Cambodge. Il a ajouté que le gouvernement devrait considérer les médias sous toutes leurs formes comme des partenaires dans sa stratégie de développement. «Il devrait y avoir une plus grande ouverture dans la prise de décision ou la coopération avec certaines stations de radio locales, ainsi qu’avec des ONG et d’autres médias indépendants, afin de permettre aux gens d’obtenir des informations de tous les horizons ou de tous les points de vue politiques. Cela aiderait à garder les gens bien informés. “

Haut de page