Phare – ONG – Arts : Guerre, couleurs et images du vécu, comment l’art a inspiré les jeunes réfugiés cambodgiens

Srey Bandaul,  l’un des co-fondateurs de l’école d’art Phare Ponleu Selpak (PPS), se souvient encore lorsqu’il apprenait à dessiner.

Camp de réfugiés

C’était à la fin des années 1980 dans un camp de réfugiés à la frontière thaïlandaise où des milliers de soldats du régime de Phnom Penh combattaient les guérilleros khmers rouges qu’ils avaient chassé du pouvoir. Son instructeur était un travailleur social français, qui a enseigné le dessin à Bandaul et à ses camarades de classe, tous des adolescents comme lui traumatisés par une enfance sous le régime ultra-maoïste.

“L’enseignant a donné des couleurs et du papier aux enfants et les a laissés dessiner ce qu’ils voulaient”, a déclaré Bandaul dans une récente interview accordée à l’Institut français de Phnom Penh. «Les enfants ont commencé à dessiner. J’aimais moi-même dessiner. Le professeur a vu que nous avions du talent”.

«Mes amis ont dessiné des images montrant que des Khmers rouges avaient tué des gens. J’ai dessiné des amoureux se tenant par la main et des plages. Bandaul et ses amis ont depuis utilisé le dessin pour se réconforter après le traumatisme de la période des Khmers rouges et les années de guerre civile qui ont suivi.

Khuon Det, Srey Bandaul et Tor Vutha, cofondateurs de Phare Ponleu Selpak, lors d'une exposition artistique et d'une performance pour le 25e anniversaire de leur organisation à l'Institut français de Phnom Penh, le 4 avril 2019
Khuon Det, Srey Bandaul et Tor Vutha, cofondateurs de Phare Ponleu Selpak, lors d’une exposition artistique et d’une performance pour le 25e anniversaire de leur organisation à l’Institut français de Phnom Penh, le 4 avril 2019

Inspiration

Inspirés par l’art, ils sont rentrés au Cambodge avant les élections nationales organisées par l’ONU. Avec l’aide de leur enseignant, ils ont obtenu un financement et un terrain pour créer leur propre organisation en 1994. «Notre professeur est revenu de France. Sept, huit ou neuf d’entre nous se cherchaient, et le professeur nous cherchait aussi », déclare-t-il. «Après une rencontre à Battambang, nous avons passé une année à former des artistes capables de pouvoir enseigner aux autres.”

Leur groupe – Phare Ponleu Selpak (PPS) – célèbre ce mois-ci son 25e anniversaire.

Un groupe d'artistes de Phare Ponleu Selpak installent une œuvre d'art pour le 25e anniversaire de l'organisation à l'Institut français de Phnom Penh, le 4 avril 2019
Un groupe d’artistes de Phare Ponleu Selpak installent une œuvre d’art pour le 25e anniversaire de l’organisation à l’Institut français de Phnom Penh, le 4 avril 2019

Une vie à travers l’art

Depuis sa création, PPS a aidé des milliers d’enfants en difficulté à trouver la paix et à trouver une vie bien meilleure à travers l’art. «Nous avons aidé des artistes ayant terminé leurs études à trouver du travail. Actuellement, l’identité de notre [groupe] s’est répandue dans le monde entier “, déclare Bandaul.

Khuon Det, un autre fondateur de PPS, affirme que le groupe a rapidement élargi son champ d’action après le dessin. Det s’était intéressé aux techniques du cirque lorsqu’il était dans le camp de réfugiés et a rapidement mis en place un cours pour les artistes en herbe.  «Nous voulions aider les enfants cambodgiens car  nous avions l’expérience d’une enfance difficile et nous pensions que c’était possible avec l’art”, déclare Det.

Depuis 1994, PPS a élaboré son programme artistique et son programme d’études, et s’est étendu à Siem Reap. Plus de 1 000 étudiants peuvent étudier les arts, incluant la danse, le spectacle de cirque, les arts appliqués, les arts visuels, le graphisme, le théâtre, la musique et l’animation. Dans le même temps, ils peuvent également suivre une formation générale.

Certains étudiants devenus artistes se sont aujourd’hui fait un nom sur la scène internationale. Dina Sok et Sopha Nem, deux jeunes artistes PPS de Battambang, en sont un exemple.

Khuon Det, 46 ans, l'un des cofondateurs de Phare Ponleu Selpak
Khuon Det, 46 ans, l’un des cofondateurs de Phare Ponleu Selpak

Carrières prestigieuses

Ils ont obtenu des bourses pour étudier à l’École nationale du cirque de Montréal, la plus prestigieuse école au monde. Après des années d’entraînement intensif et de dur labeur, Dina est devenue la première Cambodgienne à être sélectionnée pour intégrer le Cirque du Soleil. Sopha, quant à lui, se produit pour une autre compagnie de cirque de premier plan au Canada. Le frère cadet de Sopha, Nem Mann, 23 ans, résident de Battambang qui a commencé à jouer à l’âge de huit ans, confie volontiers que PSS a joué un rôle très important pour sortir de la pauvreté les enfants cambodgiens comme lui et ses frères et sœurs. Sept des 12 frères et sœurs de Mann ont suivi des cours à PSS.

«Depuis que je suis tout petit, j’ai mangé à l’école [du PPS] et j’ai étudié à [PPS]. J’avais tout, des vêtements aux manuels scolaires en passant par Phare », déclare Mann.

Nem Mann, 23 ans, artiste de cirque avec Phare Ponleu Selpak, se prépare pour le spectacle du 25e anniversaire de l'organisation à l'Institut français de Phnom Penh, le 5 avril 2019
Nem Mann, 23 ans, artiste de cirque avec Phare Ponleu Selpak, se prépare pour le spectacle du 25e anniversaire de l’organisation à l’Institut français de Phnom Penh, le 5 avril 2019

«Phare a aidé six autres membres de ma famille. Mon frère y a été formé avant moi, puis mes autres frères et mes trois sœurs ont également rejoint le groupe. Nous venons tous de Phare.», conclut-il. Khuon Det espère que, dans un proche avenir, le PPS pourra s’étendre à d’autres provinces du pays.

Le groupe espère un jour constituer des classes dans des pays en proie à des conflits et à des bouleversements et redonner espoir aux enfants des camps de réfugiés comme ceux du Bangladesh. «Nous envisageons de travailler sur des sites de réfugiés dans d’autres pays, afin que les enfants des camps puissent apprendre l’art».

Avec Phorn Bopha – VOA Khmer

Haut de page