Monnaie : La Banque Nationale du Cambodge va employer un système de paiement de type blockchain cette année

Selon un nouveau rapport publié par The Word Economic Forum, la Banque Nationale du Cambodge ambitionne d’être la première banque centrale au monde à utiliser la technologie blockchain (1).

La Banque Nationale du Cambodge va employer un système de paiement de type blockchain cette année
La Banque Nationale du Cambodge va employer un système de paiement de type blockchain cette année

Résoudre le problème de la bancarisation du pays

Ce système est depuis sa création en 2008 un des sujets de réflexions les plus féconds des milieux financiers. Cette technologie de stockage et de transmissions d’informations de manière transparente semble avoir séduit la Banque Centrale du Cambodge qui veut généraliser ce système.

En effet, l’utilisation du système blockchain pourra permettre de résoudre les problèmes de bancarisation que connaît le Cambodge (En 2016, 40% des cambodgiens n’avaient toujours pas accès aux services bancaires). Cette technologie ne nécessite qu’un téléphone mobile, elle peut faciliter grandement l’accès aux services bancaires aux personnes jusqu’ici exclues du système, de réduire les procédures bureaucratiques et de fluidifier les échanges économiques, mais également de réduire la fraude fiscale.

De plus, avec cet outil, les banques commerciales pourront transmettre des informations de paiement et de règlement de manière uniformisée à la Banque Nationale, un système qui jusqu’ici est très fragmenté. Plus de dix agences bancaires utiliseront ce système dès cette année.

Près de 40 pays seraient prêt à rejoindre le Cambodge dans la mise en place de la blockchain

L’utilisation des crypto-monnaies est également à l’étude par plusieurs banques centrales dont celle de Singapour, d’Angleterre mais également de Lituanie qui prévoit de lancée une crypto-monnaie pilote afin d’étudier son utilisation et son potentiel en temps réel.

Néanmoins, le Cambodge est le premier à pousser une expérimentation de la crypto monnaie aussi loin. N’ayant pas de précédent, les risques d’une telle expérimentation ne sont pas encore très connus. Toujours dans le même rapport publié par The Word Economic Forum, les risques potentiels de ce nouveau système serait que les citoyens cambodgiens voient dans la banque centrale un acteur plus sûr que les banques commerciales.

Cette politique peut également engendrer un autre type d’exclusion financière pour ceux qui ne peuvent ou voudront utiliser ce tout nouveau système. Il n’est pas exagéré de dire que l’expérimentation cambodgienne va être étudiée par de nombreux acteurs étrangers, curieux de voir jusqu’où cette technologie peut aller lorsqu’elle est étendue à l’échelle d’un pays.

(1)  La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France). Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne.  Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous, et des blockchains privées, dont l’accès et l’utilisation sont limitées à un certain nombre d’acteurs. Une blockchain publique peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable.

Haut de page