Communauté : Sur les pas de l’ambassadrice de France

Deux jeunes Cambodgiennes ont passé une journée entière en compagnie de Mme Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France au Cambodge, une expérience enrichissante pour les deux jeunes femmes.

Au départ, le projet était tout simple : permettre à une jeune Cambodgienne de suivre pendant une journée Madame Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France au Cambodge. « Des fois dans la vie, une rencontre suffit pour inspirer, pour changer la vie, » expliquait Mme Nguyen « Et c’est ça que je recherche : montrer le soutien, montrer l’inspiration. » Les deux invitées de jeudi dernier étaient Sun Rasey, responsable du département juridique au sein du groupe Thalias, et Sun Soveasna, directrice du Département de la Francophonie au Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge.

M. Philippe Baudry, chef du Service Economique Cambodge Laos a l’Ambassade de France au Cambodge, explique les programmes en cours. De gauche, Mme Sun Soveasna, Mme Sun Rasey et Mme Mme Nguyen Binh.
M. Philippe Baudry, chef du Service Economique Cambodge Laos a l’Ambassade de France au Cambodge, explique les programmes en cours. De gauche, Mme Sun Soveasna, Mme Sun Rasey et Mme Mme Nguyen Binh.

Ce qui a frappé Mme Rasey durant cette journée est l’activité intense de la diplomate. En effet, l’ambassadrice doit suivre toutes les activités des services et tous les programmes menés par l’ambassade, que ce soit pour la coopération économique ou dans le secteur culturel et ce, en plus des dossiers politiques et de ses réunions avec les représentants du gouvernement cambodgien. « J’ai appris que la journée de Madame l’Ambassadrice est toujours très chargée et très variée », a-t-elle déclaré.

Les difficultés auxquelles toutes les femmes font face

La discussion s’est ensuite orientée vers les défis que toute femme rencontre lorsqu’elle choisit de mener de front carrière et vie familiale. Pour mener une franche discussion à ce sujet, Mme Nguyen Binh avait invité à déjeuner des femmes de diverses nationalités et professions. Les invitées incluaient Mme Angela Corcoran, ambassadrice d’Australie ; Mme Khieu Mealy, médiatrice commercial a SokSiphana @associates ; S.A.R La Princesse Nanda-Devi Norodom, associée principale de Devenco ; Mme Chenda Clais, femmes d’affaires et fondatrice de la Fondation Airavata ; et enfin Mme Dana Langlois de Java Creative Café.

La discussion sur les défis auxquels les femmes qui travaillent font face bat son plein durant le dejeuner. De gauche, Emilie Breyne, stagiaire a l’Ambassade de France, Mme Sun Rasey, Mme Nguyen Binh, Mme Sun Soveasna et Mme Solène Favre, conseillère du commerce extérieur français.
La discussion sur les défis auxquels les femmes qui travaillent font face bat son plein durant le déjeuner. De gauche à droite, Mme Sun Rasey, Mme Nguyen Binh, et Mme Sun Soveasna

Durant le déjeuner avec ces femmes ambassadrices et entrepreneures, Mme Rasey  a déclaré : « ce qui est très émouvant pour moi, c’est de voir leur conviction et leur détermination pour réussir et pour atteindre leur objectif ».

C’est effectivement crucial pour une femme d’être résolue à atteindre son objectif, a souligné Mme Nguyen Binh. « Généralement, on peut dire que les femmes ont souvent beaucoup moins confiance en elles que les hommes. Si des postes se libèrent, les femmes se demandent d’abord si elles vont parvenir à être sélectionnées alors que les hommes posent déjà leurs conditions…»

Mme Nguyen Binh visite jeudi les installations pour le Marché français à l’Ambassade de France. Ce marché se déroula samedi. De gauche, Mme Sun Rasey, Mme Nguyen Binh et Mme Sun Soveasna
Mme Nguyen Binh visite jeudi les installations pour le Marché français à l’Ambassade de France. Ce marché se déroula samedi. De gauche, Mme Sun Rasey, Mme Nguyen Binh et Mme Sun Soveasna

Entre carrière et vie familiale

L’autre grand obstacle auquel sont confrontées les femmes de toutes nationalités est la nécessite de prendre soin de leurs enfants. Et ça commence avec la grossesse, puis l’accouchement sans oublier l’allaitement, a souligné Mme Soveasna, mère d’une fille de 2.5 ans et d’un fils de 15 mois. Mettre un enfant au monde est loin d’être une sinécure, dit-elle. « Je suis contente que la tendance dans le monde aujourd’hui est de donner priorité au travail des femmes parce qu’elles souffrent beaucoup [physiquement] », dit-elle.

Et bien sûr, les femmes ne veulent négliger ni famille ni carrière.

« Pour moi, la priorité c’est de maintenir l’équilibre, » expliquait Mme Nguyen Binh. « ma priorité est ma vie familiale. Mais je sais que j’adore mon métier et que si je ne le fais pas, je serais sans doute malheureuse….Donc pour moi, la priorité c’est vraiment de maintenir l’équilibre. »  Réussir à maintenir cet équilibre dépend habituellement de l’aide qu’une femme reçoit de son mari. Et ceci varie souvent en fonction des pays, cultures et parfois des générations. Comme les femmes de carrière le mentionnaient durant le déjeuner à l’ambassade, certains Cambodgiens exigent que leurs femmes s’occupent de leurs enfants mais aussi cuisinent elles-mêmes leur repas en rentrant du travail.

Un selfie pour immortaliser la journée
Un selfie pour immortaliser la journée

Bilan : deux femmes prêtes à conquérir tous les obstacles

A la fin de la journée, les deux invitées cambodgiennes ont regagné leurs bureaux plus déterminées que jamais à poursuivre leurs carrières.  Mme Rasey a souligné qu’elle est maintenant secrétaire générale de l’Alliance française de Siem Reap, un rôle qui l’emballe et qu’elle entend bien remplir. Quant à Mme Soveasna qui fut conseillère à l’Ambassade du Cambodge en France de 2014 à 2017, elle espère devenir un jour ambassadrice du Cambodge à l’étranger. Bien que les salaires dans le secteur public soient moins élevés que dans le secteur privé, elle tient à y demeurer. « Je suis fière de représenter mon pays, » dit-elle.

Les deux autres Cambodgiennes sélectionnées pour passer la journée avec Mme Nguyen Binh sont Keo Sokunthy, fonctionnaire au Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge, et Lorraine MAY, étudiante à l´Université royale de droits et des sciences économiques. Leur visite à l’ambassade est prévue ce mardi.

Par Michelle Vachon

Haut de page