Tout sauf les armes : Visite d’une délégation UE et appel des ONG

Une délégation de l’Union européenne (UE) est arrivée au Cambodge alors qu’ONG et syndicats appellent le gouvernement à ne pas perdre les conditions commerciales préférentielles que l’UE a menacé de retirer.

Tout sauf les armes : Visite d'une délégation UE et appel des ONG
Tout sauf les armes : Visite d’une délégation UE et appel des ONG

En février, l’UE a décidé de lancer une période de surveillance de six mois afin de déterminer si les exportations cambodgiennes devaient continuer à bénéficier d’une entrée en franchise d’impôt sur le marché européen dans le cadre du programme ”Tout sauf les armes” (TSA).

La mesure commerciale de l’UE, et une proposition similaire proposée par le Congrès des États-Unis, sont motivées par l’arrestation en septembre 2017 du président de l’opposition du CNRC, le Cambodge, pour des actes de «trahison» présumés et la dissolution de son parti deux mois plus tard.

Rencontre

Le porte-parole de la mission UE-Cambodge, George Edgar, a déclaré à RFA que les délégués de l’UE ont rencontré des représentants du gouvernement cambodgien mercredi. «Ce n’est pas une mission d’enquête comme celle qui a eu lieu en juillet dernier. C’est une courte visite qui fait partie du processus d’engagement entre l’UE et les autorités cambodgiennes dans le contexte de l’initiative TSA », a-t-il déclaré par courrier électronique.

La visite a incité un groupe de 66 ONG, syndicats et activistes locaux et internationaux à publier une déclaration appelant le gouvernement à répondre aux préoccupations de l’UE. La coalition se dit profondément préoccupée par le lancement de la procédure de la Commission européenne visant à suspendre l’accès du Cambodge à son accord commercial” Tout sauf les armes “.

«En tant que défenseurs des droits fondamentaux et des droits du travail, nous comprenons parfaitement la position et la décision de l’Union européenne. Cependant, nous sommes profondément préoccupés par le fait que la suspension de l’initiative TSA aura un impact direct et négatif sur le bien-être et les moyens de subsistance de la population cambodgienne », indique le communiqué.

“Nous pensons que cette situation peut être évitée si le gouvernement prend des mesures appropriées pour s’acquitter de ses obligations envers ses citoyens et pour appliquer efficacement la Constitution cambodgienne”, ajoute-t-il.

Gouvernement

En réponse à la déclaration des ONG, le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, a déclaré à RFA que le régime de Hun Sen ne courberait pas la tête en échange d’avantages. “Le gouvernement a déjà déclaré que nous ne nous mettrons pas à genoux en échange de notre intégrité…”, a déclaré Phay Siphan, ajoutant que : “Les ONG devraient louer la situation au Cambodge”.

Premier ministre

Le Premier ministre Hun Sen a déclaré mercredi que le programme Tout sauf les armes ne pourrait pas enrichir le Cambodge, mais que l’autodétermination pouvait le faire. «C’est bien s’ils nous accordent ce régime. Mais, le pays ne peut s’enrichir que si nous travaillons d’arrache-pied », a -t-il déclaré lors d’une visite d’ouvriers du textile à Pursat.

Haut de page