Technologie : Quelle 5G pour le Cambodge ?

Pour les férus de technologie et les amateurs de téléphonie, Digital Cambodia 2019 était un rendez-vous incontournable.

En attendant les compétitions de jeux vidéo sur grand écran
Digital Cambodia 2019, un rendez-vous incontournable.

Utilisateurs

Plus d’une douzaine d’élèves du secondaire se sont rassemblés sur le stand de Cellcard, opérateur de téléphonie mobile du Cambodge. Sous la pancarte publicitaire 5G du stand, ils jouent à des jeux vidéo sur leur téléphone. Parmi eux, Hak Kimheng, un élève de neuvième année à Phnom Penh Il déclare que sa mère lui a acheté un smartphone Samsung il y a quelques mois, lorsqu’il s’est installé dans la capitale pour y vivre avec son oncle. Comme toutes les mamans, elle pense que le smartphone l’aidera à rester en contact avec son fils.

Hak Kimheng, 16 ans, l’utilise pour créer un compte sur Facebook, la plate-forme de réseaux sociaux préférée du Cambodge. Il a également téléchargé Khmer Academy, une application de tutorat contenant des leçons de mathématiques, de physique et de chimie.

Et, une heure par jour, Hak Kimheng regarde le football sur l’application YouTube qu’il a téléchargée. Toutefois, pour lui, la connexion Internet est «lente… et l’image vidéo n’est pas claire», déclare-t-il. «Je veux que ce soit plus rapide. … Ce sera bien d’avoir la 5G. ”

Non loin du stand Cellcard, des représentants du gouvernement cambodgien, des ministres des télécommunications et de l’informatique de l’ASEAN, des hommes d’affaires et des représentants d’entreprises du secteur des télécommunications et de la technologie se sont réunis pour la cérémonie d’ouverture de Digital Cambodia 2019. L’événement, qui s’est déroulé du 15 au 17 mars, a attiré plusieurs centaines d’orateurs de toute l’Asie du Sud-Est, des hauts fonctionnaires, des hommes d’affaires, des chercheurs et représentants d’entreprises de télécommunication.

Les discussions ont largement porté sur la 5G, qui, avec des vitesses jusqu’à 100 fois supérieure à celle de la 4G, se traduira par une meilleure visualisation du football pour Hak Kimheng et des connexions plus rapides pour tous les utilisateurs. Mais la 5G sera également au cœur d’un monde de villes intelligentes, peuplées de maisons et de bureaux regorgeant de dispositifs connectés à «l’Internet des objets».

Smart Axiata, l'un des supports officiels du forum
Smart Axiata, l’un des supports officiels du forum, annonce la 5G pour cette année

«Une année charnière»

David Li, PDG des opérations cambodgiennes de la société chinoise Huawei, confrontée à des problèmes de sécurité aux États-Unis, parle en premier. Il promet «d’aider le Cambodge à obtenir de meilleures technologies numériques pour améliorer la productivité sociale et l’économie nationale». «À l’heure actuelle, nous sommes le seul fournisseur du secteur à pouvoir fournir le système 5G entrelacé. Je pense que cette année 2019 sera une année charnière pour la 5G au Cambodge », ajoute-t-il.

Alors que cette nouvelle génération de réseaux mobiles mettra probablement des années à se déployer, les États-Unis et la Chine se font concurrence pour que la technologie définisse les normes des réseaux 5. Ceci aura une valeur commerciale immédiate et aussi des implications stratégiques à plus long terme pour le développement de plate-forme pour 6G.

Citant l’inquiétude que Huawei est, comme toutes les entreprises chinoises, liée au gouvernement de Pékin, les États-Unis ont exhorté leurs alliés à ne pas laisser Huawei construire leurs réseaux 5G. Mais, dans des pays comme la Thaïlande, voisine du Cambodge et alliée des États-Unis, Huawei construit et teste un réseau 5G car les autorités ont déclaré que son faible coût reste un avantage par rapport aux USA.

Huawei a longtemps affirmé qu’il ne fournissait pas de portes dérobées au gouvernement chinois, soulignant le manque de preuves à l’appui des allégations de Bloomberg. William Carter, directeur adjoint du programme de politique technologique du Centre d’études stratégiques et internationales a déclaré plus tôt ce mois-ci que tout pays faisant affaire avec Huawei en 5G devra faire face au risque d’influence chinoise.

“Et la question sera de savoir dans quelle mesure cette préoccupation est suffisante pour surmonter les avantages de service et de financement intégrés avec Huawei”, affirme-t-il.

Villes de demain = villes intelligentes
Villes de demain = villes intelligentes

Marché riche

Alors que de plus en plus d’entreprises privées et de services gouvernementaux se tournent vers le paiement sans numéraire et l’accès aux données en ligne, le Cambodge est en train de devenir un marché très intéressant pour les télécommunications 5G. Environ 13,6 millions de personnes, soit 82% des Cambodgiens, utilisent Internet. Et, environ sept millions utilisent Facebook alors que le nombre d’abonnements à la téléphonie mobile est d’environ 19,5 millions en janvier 2019, soit une pénétration de 120%, selon le ministère des Postes.

Sok Puthyvuth, secrétaire d’État aux postes et aux télécommunications, a déclaré que le Cambodge voulait la 5G, appelant les sociétés privées, y compris les opérateurs de téléphonie mobile et les sociétés Internet, à “rendre la 5G disponible dans tout le pays”.

Thomas Hundt, PDG de Smart Axiata, l’un des opérateurs de télécommunications mobiles cambodgien, déclare que sa société se prépare pour un déploiement 5G, car la consommation de données des utilisateurs dépasse le réseau 4,5G. «Nous voyons un besoin immédiat de préparer et lancer cette prochaine évolution technologique… à un moment donné cette année.»

Ian Watson, PDG de Cellcard, indique que la société vise un lancement commercial des services 5G au deuxième trimestre de 2019.

Tram IvTek, ministre cambodgien des Postes et Télécommunications, a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture de Digital Cambodia que le gouvernement «est fermement résolu à connecter le pays et à faire en sorte que les avantages des TIC (technologies de l’information et de la communication) atteignent les coins les plus reculé du pays d’ici 2020.

Aun Pornmoniroth, ministre de l’Economie et des Finances lors d’un atelier sur l’économie numérique du Cambodge, a suggéré qu’il faudrait «cinq à dix ans ou plus pour mettre en place une économie numérique complète et faire de l’économie du Cambodge un leader technologique».

Meas Po, sous-secrétaire d’Etat au ministère de la Poste, a déclaré que le gouvernement n’avait pas encore décidé avec quelle société s’associer pour la construction de l’infrastructure 5G, sans toutefois exclure Huawei ou d’autres sociétés chinoises. «Dans notre pays, nous avons notre système de protection, dans d’autres pays, ils ont le leur. Nous n’autoriserons personne à pirater librement nos données. “

Protéger la vie privée

Hundt de Smart Axiata a déclaré que sa société recherchait un partenaire qui «nous garantirait la solidité de l’équipement, ainsi que la sécurité des données de nos utilisateurs et la sécurité totale du réseau».

Nguon Somaly, titulaire d’une maîtrise en droit et technologie de l’Université de technologie de Tallinn, en Estonie, a beaucoup écrit sur la confidentialité des données au Cambodge. Elle affirme que les utilisateurs de médias sociaux cambodgiens n’ont pas les préoccupations des utilisateurs américains et européens en matière de confidentialité des données.

«Les jeunes cambodgiens ne se soucient pas vraiment de la vie privée sur les médias sociaux, mais les citoyens de l’UE s’inquiètent de la confidentialité de leurs données», déclare Somaly, se référant au règlement général de l’Union européenne sur la protection des données (GDPR).

“C’est de l’argent et il peut être analysé et générer des revenus”, a déclaré Somaly. «Pour la Chine, la vie privée n’est pas une priorité. Leur priorité est de générer des opportunités d’affaires et des revenus. “

Par Sun Narin – VOA Khmer

Haut de page