Solidarité – Nature – Éléphants : Airavata à Phnom Penh, Acte II

Le 31 mars prochain aura lieu au Raffles hotel Le Royal la deuxiéme soirée organisée par la fondation Airavata au profit de la préservation des éléphants du Ratanakiri. La première avait eu lieu dans les jardins de l’ambassade de France à Phnom Penh en avril 2018, et avait réuni près de 300 personnes. Pour cette deuxième édition, Pierre-Yves Clais, qu’il est inutile de présenter, répond aux questions de Cambodge Mag. Entretien :

CM : Vous organisez un deuxième gala pour les éléphants d’Airavata, pour quelles raisons – objectifs – besoins ?

A vrai dire, les raisons n’ont guère varié… s’occuper d’éléphants coûte cher, d’autant que nous avons eu cette année nos premiers pépins de santé. Il a fallu opérer Bokva, notre plus gros mâle, d’un abcès à la tempe droite puis le mettre sous antibiotiques pendant plus de deux mois tout en continuant les soins, mais à ce jour le problème n’est pas encore résolu.

Solidarité - Nature - Éléphants : Airavata à Phnom Penh, Acte II
Solidarité – Nature – Éléphants : Airavata à Phnom Penh, Acte II

Même si nous avons le privilège d’être soutenus par la clinique vétérinaire Agrovet, l’Institut Pasteur du Cambodge et l’Hôpital pour Eléphants de Lampang en Thaïlande, 160 comprimés par jour d’antibiotiques pendant des mois, ça finit par être un peu onéreux… Et puis ce n’est là qu’une partie des multiples dépenses induites par notre activité.

Nous commençons petit à petit à aborder le volet social d’Aïravata avec une aide à certaines personnes malades ou blessées issues de la communauté Brao et vivant autour de notre forêt, nous recherchons d’ailleurs des partenariats pour nous aider à œuvrer dans ce domaine.

Nous allons également lancer un programme de reforestation de certaines zones complètement rasées, nous espérons être prêts à commencer en début de saison des pluies.

CM : Comment se porte la fondation ?

Notre notoriété s’accroit doucement, de plus en plus de personnes nous rendent visite, nous étoffons notre carnet d’adresses, nous nous apprêtons à accueillir des étudiants en stage, nous avons accès à de nouveaux terrains et la charge de travail s’accroît en conséquence.

Nous avons fait réaliser un nouveau logo, un véritable Airavata à trois têtes, très chic, surmonté des tours d’Angkor et protégé par le parasol de la monarchie cambodgienne, ceci afin de rendre hommage au Haut Patronage Royal dont Sa Majesté Norodom Sihamoni a bien voulu gratifier la Fondation, sans oublier le soutien particulièrement touchant et significatif de Sa Majesté la Reine Mère il y a quelques mois.

CM : Quelles ont été les avancées depuis le précèdent gala ?

Elles sont encore limitées, nous sommes en train de nous déplacer vers de nouveaux terrains situés juste en face de la forêt de Katieng et d’y construire une dizaine de huttes traditionnelles en bois et bambou de l’ethnie Brao afin de recevoir les visiteurs. Nous essayons par notre présence régulière de dissuader les coupes de bois illégales sur les arbres restants et d’assurer ainsi la survie des quelques animaux qui s’y trouvent encore, bandes de singes, calaos, aigles…

construire une dizaine de huttes traditionnelles en bois et bambou
Construire une dizaine de huttes traditionnelles en bois et bambou

Dans quelques jours les visiteurs pourront dormir et manger sur place, à l’ancienne : pas d’électricité, soirées autour du feu, réveil dans le froid humide du petit matin, décrassage à la rivière, la vie quoi, et au milieu des éléphants ! Nous allons mettre en place une salle de sport en plein air faite de récupérations diverses, elle sera ouverte à tout le monde en attendant de pouvoir offrir de la boxe ou du Bokator aux jeunes des villages alentours.

La construction de maisons traditionnelles nous permet d’employer les villageois de l’endroit, de mieux les connaître et de réfléchir à ce que nous pouvons faire pour leur venir en aide. Ce qui saute aux yeux c’est la pauvreté mais surtout le mauvais état de santé de nombre d’entre eux, fractures jamais réduites, abcès jamais opérés, maladies jamais soignées… voir cela au quotidien est très perturbant, il faut que nous trouvions un moyen de leur donner un coup de main ! Notre Vice-Président, le professeur François-Xavier Roux s’est déjà mis en quête de soutiens.

Une dentiste installée à Phnom Penh et Kratié nous a dores et déjà promis de monter au village avec son matériel pour y dispenser des soins !

Cette proximité accrue avec la population facilite aussi notre volet de développement de l’écotourisme cher au Ministre du Tourisme qui soutient et encourage le projet. Nous identifions des tisserandes, des guides, de futurs cornacs, des cuisinières, nous sommes à l’aube d’une belle aventure où nous n’aurons plus seulement les éléphants, mais les pachydermes au milieu de tout ce qui fait la beauté de Ratanakiri, en termes de culture et de nature, conformément aux engagements que nous avions pris devant S.E Phoeung Sakona, Ministre de la Culture, qui nous suit avec amitié depuis les débuts de la fondation.

CM : Parlez-nous de cette deuxième soirée…Pourquoi ce lieu ?

L’hôtel Le Royal abrite en soin sein le plus beau, le plus ancien et le plus prestigieux bar de la capitale cambodgienne, l’« Eléphant Bar » de plus, depuis des années cet endroit propose un délicieux cocktail à base rhum baptisé « Aïravata »… Nous ne pouvions décemment pas faire notre soirée ailleurs !

Et puis le personnel du Raffles a vraiment fait le maximum pour nous aider, une telle disponibilité, une telle générosité dans un hôtel de si grand standing fait vraiment chaud au cœur ! Le cocktail se déroulera autour de la piscine car l’Eléphant bar est trop petit pour l’occasion, mais même ainsi, c’est tout de même beaucoup plus petit que les jardins de l’Ambassade de France, nous limiterons donc les places à 200 personnes maximum contre plus de 300 l’année dernière….Achetez donc vite vos places, sinon vous vous ruinerez au marché noir !

Quel programme ?

Le voici :

  • Projection d’un court métrage de « Thmey Thmey »  sur les éléphants d’Airavata
  • Une démonstration de Bokator par l’équipe de Prodal Fight & Fitness Studio  et le club Eisan Ratanak de Ratanakiri.
  • Enchères d’œuvres originales de 3 peintres : Chhim Sothy, Nou Sary, Em Riem, ainsi que du duo YSK .
  • Un spectacle de magie
  • Un défilé de mode utilisant les tissus traditionnels des minorités ethniques de Ratanakiri

CM : Quelles nouveautés pour ce gala ?

La nouveauté sera définitivement le défilé de mode, il était important de rendre hommage aux minorités mais également de leur permettre d’améliorer leurs conditions de vie en mettant en valeur un héritage sur le point de disparaître, le tissage de tissus traditionnels.  Nous avons donc contacté quelques-uns des designers les plus en vue à Phnom Penh : Em Riem, Don Protasio et Remy Hou. Ces trois artistes ont chacun un style bien à eux, exubérant pour Em Riem, sobre et japonisant pour Don Protasio et fusion classique pour Remy Hou. Cela promet un défilé intéressant et varié.

Bijoux, jupes et divers polos et T Shirts qui seront en vente à la boutique. Photographie - Céliane De Wilde d'Esmael
Bijoux, jupes et divers polos et T Shirts qui seront en vente à la boutique. Photographie – Céliane De Wilde d’Esmael

L’autre fait notable est la participation de la jeunesse, tous nos assistants et mannequins sont de jeunes bénévoles vivant et étudiant à Phnom Penh, au Lycée Descartes, à l’ISPP, certains sont déjà des professionnels, d’autres des amateurs et enfin, certains feront leurs débuts ce soir-là !

assistants et mannequins sont de jeunes bénévoles vivant et étudiant à Phnom Penh
Assistants et mannequins sont de jeunes bénévoles vivant et étudiant à Phnom Penh

Nous tenons à les remercier, ainsi que leurs familles, pour cette belle solidarité qui nous touche ! L’idée étant de récolter un maximum de fonds pour la fondation, nous allons multiplier les opportunités de « shopping » lors de cette soirée.

De jeunes peintres réaliseront votre portrait devant des éléphants, vous pourrez acheter des bijoux, des vêtements, des photographies, des kramas brodés au logo d’Airavata, des bibelots, etc, et vous pourrez bien sur acquérir les œuvres créées par les trois designers et portées lors du défilé.

une partie du travail de Don Protasio
Une partie du travail de Don Protasio

CM : Comment se portent les éléphants du Cambodge aujourd’hui ? Optimiste ?

A court terme, nous sommes très inquiets de la sécheresse en cours qui devrait s’aggraver dans les mois qui viennent avec l’arrivée d’El Nino. La forêt de Katieng est déjà fort sèche et brûlée et j’ai bien peur que la nourriture ne soit pas suffisante pour nos quatre animaux qui mangent plus d’une tonne de végétaux par jour. Il y a aussi le problème des pesticides employés par les paysans alentours qui, du fait de la sécheresse, se retrouvent plus concentrés encore dans le ruisseau de Katieng quand celui-ci devient un filet d’eau…

nous sommes très inquiets de la sécheresse en cours qui devrait s’aggraver dans les mois qui viennent
Pierre-Yves Clais : nous sommes très inquiets de la sécheresse en cours qui devrait s’aggraver dans les mois qui viennent

Et à moyen terme non plus, nous ne sommes pas optimistes. La population d’éléphants domestiques cambodgiens diminue constamment car trop âgée pour se reproduire et la population sauvage voit tous les jours son espace vital se restreindre. Les conflits humains – pachydermes sont de plus nombreux et se terminent rarement à l’avantage de ces derniers, comme pour ce pauvre éléphant récemment abattu à Mondolkiri, tué parce qu’il se trouvait dans une plantation de noix de cajou étrangement située en pleine zone protégée… Nous risquons d’autres drames, c’est malheureusement fort probable !

Alors pour le moment faisons ce que nous pouvons pour les quelques éléphants qui vivent encore dans le pays !

Points de vente des Tickets :

Hôtel Le Royal, Hôtel Sangkum et Motoland Cambodge pour le quartier du Marché Russe.

Tarifs :

40$ – 150 $ pour le co-parrainage d’un éléphant pendant un an – 1000$ pour une place assise en VIP

Numéros à contacter : 012214468 / 012965165

Page Facebook d’Airavata

Haut de page