Santé : Ralentissement des nouveaux cas de SIDA

Selon le Ministère de la santé cambodgien, seules 538 personnes auraient été  infectées par le VIH en 2018 au Cambodge, contre 2 562 en 2008.

Infirmière à Phnom Penh
Infirmière à Phnom Penh

Le VIH est le virus qui cause le SIDA. Depuis la détection de son premier cas d’infection au VIH, en 1991, le Cambodge connaissait une croissance rapide de ses taux d’incidence et de prévalence du VIH/SIDA. Mais, depuis 1997, il semble que l’adoption de fermes mesures politiques et la réaction du public aient favorisé un ralentissement de cette épidémie chez les populations à risque.

“Le taux de transmission du VIH est de 0,03 cas sur 1 000”, a déclaré le ministre de la Santé, Mam Bunheng lors d’un discours à la conférence annuelle du ministère.

Plus de 67 000 Cambodgiens vivent actuellement avec le VIH / sida. Parmi eux, 87,22% auraient reçu des antirétroviraux, selon le ministre.

Ieng Mouly, président de la National AIDS Authority, a déclaré le mois dernier qu’il y avait aussi 10 000 autres victimes du SIDA vivant dans la clandestinité et ne recevant aucun traitement. Il a déclaré qu’au cours des deux dernières décennies, le pays de l’Asie du Sud-Est avait dépensé environ 800 millions de dollars américains pour lutter contre la maladie.

“En conséquence, le Cambodge a réussi à empêcher l’infection de 900 000 personnes”, a-t-il déclaré dans un communiqué de presse sur le site Internet de la National AIDS Authority. «C’est une grande victoire du Cambodge», a-t-il ajouté.

Haut de page