Premier ministre : Envisager la peine de mort pour les violeurs d’enfants

Après sa visite dans les locaux de l’Afesip ce weekend, le Premier ministre a exprimé l’éventualité de modifier la Constitution afin de permettre le rétablissement de la peine capitale. Il a indiqué envisager cette modification si les cas de violences sexuelles à l’encontre des femmes et des enfants perdurent.

Premier ministre : Envisager la peine de mort pour les violeurs d'enfants
Premier ministre : Envisager la peine de mort pour les violeurs d’enfants

S.E. Hun Sen a déclaré que la peine capitale devrait être particulièrement appliquée à tout père et grand-père qui violent leur propre fille ou petite-fille.

L’agression sexuelle est un acte malheureux et immoral, a dit le Premier ministre, soulignant que la peine de mort devrait être appliquée à ceux qui ont commis de tels abus contre des femmes et des enfants, en particulier les membres de la famille. «J’espère que ce message d’avertissement les alertera», a-t-il déclaré.

«Les filles et les jeunes filles ici sont des victimes qui n’ont rien fait de mal, elles ne doivent pas faire l’objet de discriminations», a souligné le Premier ministre devant les 90 pensionnaires de l’Afesip venues l’accueillir.

«Si de tels cas se produisent encore, un amendement à la constitution sera apporté. L’établissement de la peine de mort pourrait faire l’objet d’un référendum car je veux sévir contre les ”animaux” de notre société».

Selon le chef du gouvernement, il s’agit pour l’instant d’une idée, car pour amender la Constitution et permettre l’application de la peine de mort, il souhaite l’organisation d’un référendum national.

Le Cambodge a aboli la peine de mort en 1989 sans controverse sociale ou politique. Le Royaume n’avait pas commis d’exécution depuis 1988. Nul doute que l’annonce d’un rétablissement de la peine capitale risque de faire grand bruit localement, et surtout à l’extérieur.

Support

S.E Hun Sen a décidé de financer un bâtiment de trois étages et de 24 chambres pour l’ONG. Il espère que le nouveau bâtiment, doté de salles d’étude, de méditation d’une infirmerie, aidera ces femmes en détresse.

Il a également financé une nouvelle camionnette pour le transport quotidien des enfants à l’école et accordé une aide ponctuelle de 7 500 dollars US. Chaque mois, le Premier ministre apportera au centre 1,2 tonne de riz et 2 500 dollars, tandis que chacune des 89 victimes recevra 300 dollars par an. Il a également intégré 32 volontaires et membres du personnel du centre dans le cadre du ministère des Affaires sociales, des vétérans et de la réadaptation des jeunes.

Avec C. Nika – AKP Phnom Penh, mars 2019 —

Haut de page