Panel – Conférence : Du rôle des arts dans le processus de guérison post-conflit

La discussion a également marqué l’ouverture d’une exposition intitulée «Quatre décennies après la chute des Khmers rouges».

1906 – 2016, un siècle d’histoire du Ballet Royal
1906 – 2016, un siècle d’histoire du Ballet Royal. Photographie Christophe Gargiulo

Phnom Penh

Om Yuvanna, danseuse classique, avait 20 ans lorsque les Khmers rouges lancèrent leurs chars et leurs véhicules blindés à Phnom Penh en avril 1975. Comme d’autres survivants, Yuvanna a vu comment le régime utilisait les arts à des fins de propagande. Mais depuis, elle a compris que les arts pouvaient jouer un rôle important dans le processus de guérison après la guerre.

«Je ne veux pas non plus rappeler le passé, mais il est important que la jeune génération le sache», a-t-elle déclaré lors d’une table ronde organisée au Festival international du film du Cambodge en 2019 à Phnom Penh, ce mois-ci.

Aujourd’hui professeure d’arts traditionnels à l’Université royale des beaux-arts, Yuvanna, dans la soixantaine, a parlé de ses expériences personnelles et du rôle des arts dans le processus de guérison.

«Notre art est transmis dans un langage technique. À l’époque, ils changeaient la chorégraphie ou les paroles pour promouvoir leurs idées », déclare Yuvanna, évoquant l’utilisation des arts par les Khmers rouges pour soutenir leur propagande.

Processus

Selon les estimations officielles, les artistes étaient particulièrement ciblés parmi les personnes à exécuter par les Khmers rouges. Et, 80% d’entre eux sont morts sous le régime. Sur les 190 danseurs actifs dans l’équipe du Ballet Royal en 1975, seuls 40 ont survécu.

Au centre Bophana de Phnom Penh, le panel – composé d’artistes, de travailleurs de la société civile et d’étudiants – a évoqué les rôles et le pouvoir de la production artistique et culturelle dans le processus de guérison et de réparation.

«L’art est l’identité de notre nation. Cela nous distingue des pays voisins », a déclaré Yuvanna. «En tant qu’artistes, il est de notre devoir de préserver notre identité et de la partager avec les autres.»

La table ronde a également marqué le début de l’exposition «Quatre décennies après la chute des Khmers rouges», dans laquelle onze peintures de l’artiste Sang Nan étaient exposées jusqu’au 22 mars.

Inspiration

Connu pour ses graphismes et son implication artistique avec le célèbre réalisateur cambodgien Rithy Panh dans le film nominé aux Oscars «The Missing Picture» et «Graves without a name», Nan, 28 ans, s’est dit inspiré par l’histoire des survivants de sa famille.

Nan était frustré par le manque d’exposition à l’histoire des Khmers rouges au cours de son adolescence. Il a donc choisi de raconter à nouveau ses histoires sur les souffrances et les espoirs de ceux qui vivaient sous le régime des Khmers rouges à travers ses peintures.

«Je pense que partager notre savoir et nos histoires d’une génération à l’autre est une responsabilité importante, car cela peut servir de leçon à la jeune génération», déclare-t-il.

Messages codés

Nan ajoute qu’il est conscient du fait qu’il n’est pas facile pour les artistes de raconter leur histoire au public cambodgien par le biais des arts abstraits. Mais, il souligne l’importance de la curiosité, qui permet au public plus jeune de comprendre les messages encodés dans les œuvres d’art.

«J’espère que les jeunes Cambodgiens seront capables d’interpréter les émotions qui se cachent derrière mes œuvres. Parfois, ils voient la peur et le chagrin liés à la famine et à une possible exécution », indique-t-il.

«Chacune de mes peintures a sa propre signification», conclut-il. “Mon travail représente généralement à la fois le chagrin et l’espoir.”

Meas Phidochampa, 56 ans, déclare : ”Nous ne devons pas confondre histoire individuelle et histoire collective. Tout comme les pièces de puzzle, les histoires de cinq millions de personnes sont accumulées dans une histoire nationale. Nous avons besoin des deux pour approfondir notre compréhension. “

Him Savy, musicien traditionnel et compositeur, a déclaré qu’il était important que les Cambodgiens étudient leur histoire. “Cela leur permet de savoir ce que leur pays et leurs peuples ont vécu”, affirme-t-elle. “Lorsque nous produisons de l’art, ce n’est pas seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour l’amour de l’histoire.”

Avec Thim Rachna – VOA Khmer

Haut de page