Organisation internationale du Travail : Cinquante ans de partenariat avec le Cambodge

Le Premier ministre Hun Sen présidait jeudi matin matin la commémoration du centenaire de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et le cinquantième anniversaire de l’adhésion du Cambodge à cette organisation.

Cet événement a eu lieu au Palais de la Paix à Phnom Penh. Le chef du gouvernement royal a largement fait l’éloge du soutien de l’OIT au secteur du travail dans le pays. L’OIT est actuellement l’un des principaux partenaires techniques et de développement du gouvernement royal pour améliorer les conditions de travail dans le pays.

Le Cambodge est devenu membre de l’OIT en 1969. Depuis le début des années 90, l’OIT est un partenaire actif de la reprise économique, sociale et démocratique du Cambodge. L’organisation entend jouer un rôle important dans la restauration des moyens de subsistance, la création d’emplois durables, la reconstruction des infrastructures et le renforcement des  institutions démocratiques.

Évaluation d;une usine par des agents de l'OIT. Photographie fournie
Évaluation d;une usine par des agents de l’OIT. Photographie fournie

Better Factories Cambodia

Better Factories Cambodia (BFC), est un programme unique géré par le BIT et soutenu par le gouvernement, les syndicats et l’association des employeurs du secteur privé.  Depuis 2001, Better Factories Cambodia s’est associée aux travailleurs, aux employeurs et au gouvernement pour améliorer les conditions de travail et renforcer la compétitivité de l’industrie du vêtement. À l’origine, le projet était lié à un accord commercial novateur avec les États-Unis, qui prévoyait l’accès au marché en contrepartie de l’amélioration des conditions de travail dans le secteur de l’habillement. Après l’expiration de l’accord commercial en 2004, le gouvernement cambodgien, conjointement avec les syndicats et les employeurs, a demandé à l’OIT de mettre en place une stratégie de durabilité pour faire de Better Factories Cambodia une institution locale autofinancée.

Premier programme de ce type, BFC a mis au point une approche unique en faveur du changement qui a inspiré la création du programme Better Work dans sept autres pays. Avec une couverture actuelle de plus de 550 usines et 550 000 travailleurs, BFC a contribué à l’amélioration des conditions de travail dans les usines et de l’environnement de travail dans l’ensemble du secteur.

Au Cambodge, l’industrie du vêtement est l’un des principaux fournisseurs d’emplois contribuant à améliorer les moyens de subsistance des travailleurs et de leurs familles.  Les usines adhérentes au programme  BFC s’efforcent d’améliorer constamment le respect des normes fondamentales du travail de l’OIT et de la législation nationale du travail dans le secteur du vêtement au Cambodge. Lors de la quatrième visite d’évaluation de BFC, les taux de conformité moyens vont d’un minimum de 52% à un maximum de 95%, la masse de la distribution se situant entre 75% et 95% de conformité.

À mesure que la conformité s’améliore, le revenu des travailleurs augmente également. Les ménages cambodgiens comprenant un travailleur du vêtement gagnent 36,3% de plus que le revenu national moyen pour des ménages similaires sans travailleur du vêtement.

Rapport

Le rapport annuel 2018 du programme a mis en lumière les améliorations notables des conditions de travail Selon le document, les rapports publics sur les normes et les conditions de travail clés dans l’industrie du vêtement ont considérablement amélioré la conformité aux normes du travail dans des domaines importants. Le 35ème rapport de Better Factories Cambodia, qui s’appuyait sur les données de 464 visites d’évaluation, donnait un aperçu des tendances en matière de conformité et de conditions de travail dans le secteur de l’industrie du vêtement et de la chaussure.

Le rapport couvrant la période du 1er mai 2017 au 30 juin 2018, montrait que le nombre total d’infractions relatives à 21 problèmes critiques est tombé de 811 en 2014, année de la réintroduction de la notification publique, à 631 pour la période considérée. Dans le même temps, la proportion d’usines en conformité avec tous les problèmes signalés au public est passée de 32% à 41%.

PPTD

Le programme par pays de promotion du travail décent (PPTD) de l’OIT sert de base à la contribution de l’OIT à la stratégie rectangulaire du gouvernement pour la croissance, l’emploi, l’équité et l’efficacité et au cadre de développement stratégique national. Le PPTD aborde un large éventail de questions, notamment le développement des compétences et des ressources humaines, l’emploi des jeunes et des femmes, l’économie informelle, les petites et moyennes entreprises (PME), la protection sociale, la gouvernance du marché du travail, les relations professionnelles et le dialogue social.

Avec Khan Sophirom – AKP Phnom Penh, Mars, 2019 —

Haut de page