ITC : Clôture de la Fête Commune de la Francophonie à Phnom Penh

C’est avec des chansons et des danses que se sont closes les festivités culturelles de la Fête Commune de la Francophonie, vendredi, à l’Institut de Technologie du Cambodge, à Phnom Penh.

Clôture de la Fête Commune de la Francophonie à Phnom Penh
Clôture de la Fête Commune de la Francophonie à Phnom Penh

Les personnalités présentes ont tenu à faire passer quelques messages aux nombreux élèves et étudiants présents dans la salle. Et « En français… S’il vous plait » pour reprendre le slogan de l’édition 2019 de ce rendez-vous.

Le ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, S.E. Hang Chuon Naron
Le ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, S.E. Hang Chuon Naron. Photographie ITC

Souligner, tout d’abord, combien la langue française rayonne dans le monde, avec plus de 300 millions de francophones dans le monde et le double d’ici 25 ans. « C’est une langue parlée sur les 5 continents, dans 88 pays », a précisé le ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, S.E. Hang Chuon Naron, lors de son allocution.

S’ouvrir au monde

« Un dynamisme qui invite à l’apprendre car c’est assurément un bon choix », a souligné Éric Normand Thibeault, directeur-représentant régional Asie-Pacifique-OIF. Et cela à différents titres. « Apprendre le français favorise l’épanouissement.

ric Normand Thibeault, directeur-représentant régional Asie-Pacifique-OIF
Eric Normand Thibeault, directeur-représentant régional Asie-Pacifique-OIF

C’est également bénéficier de nouvelles opportunités sur le plan économique, le français étant la troisième langue des affaires. C’est, aussi, s’ouvrir au monde en ayant accès à une plus large information », a-t-il précisé en ne manquant pas d’évoquer les efforts du Cambodge pour en favoriser l’apprentissage.

En quête de qualité

Formation des professeurs, attractivité du métier, développement de classes bilingues, séminaires… Les actions se multiplient. En 2017, 6% des jeunes Cambodgiens apprennent la langue de Molière. Mais il faut faire mieux encore quantitativement mais, surtout, qualitativement. Cela passe par une meilleure utilisation des outils numériques à des fins pédagogiques comme l’a indiqué, Om Romny, le directeur général de l’Institut de Technologie du Cambodge, mais également par un renforcement des initiatives et des partenariats, notamment avec la France.

La France comme partenaire

« Les bonnes nouvelles se sont accumulées ces derniers mois, en la matière. Il y a quelques jours, je participais à l’inauguration de l’Alliance Française de Siem Reap. En avril, une centaine de professeurs vont bénéficier de nouvelles formations, un département de Français va ouvrir ses portes prochainement à l’université de Battambang. En décembre, Phnom Penh accueillera la 39ème assemblée générale de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) », a rappelé l’ambassadrice de France, Madame Eva Nguyen Binh.

L’ambassadrice de France, Madame Eva Nguyen Binh
L’ambassadrice de France, Madame Eva Nguyen Binh

Si la Journée Internationale de la Francophonie marquée, au Cambodge, par de multiples rendez-vous, est passée, la Quinzaine Française qui met en lumière le dynamisme de la francophonie au Cambodge, se poursuit jusqu’au 30 mars, à Phnom Penh. La « grande famille de la francophonie » a encore beaucoup de « choses » à (se) dire…

Par Fabrice Barbian

Plus de photographies :

Francophonie 2019 en images

Posted by Section de français – Institut de Technologie du Cambodge on Thursday, 21 March 2019

Haut de page